Skip to main content

Full text of "Mon oncle et mon curé"

See other formats


PRESENTED 



The University of Toronto 



K &^. C(,M. ^. 



Examination copies of the accompany- 
ing" Book hâve just reached us fpom the 
Publisheps. We hâve pleasure in sending- 
one to your address. 

THE COPP, CLARK COMPANY, LIMITED 

9 Front St. West, TORONTO 



Digitized by the Internet Archive 

in 2010 witii funding from 

University of Ottawa 



littp://www.archive.org/details/mononcleetmoncurOOclier 



Sicpmauu's JTrfucf) ^rrirs 

^ / F-j- rOxTO SiKPMANV 

Gcnoal Edttoys \)^^^^^^^ I'ellissiek 



MON ONCLE ET MON CURE 



■^ t^ 



MON ONCLE ET MON 
CURÉ 



JEAN DE LA BRETE 

OUVRAGE COURON.XÉ PAR L'ACADEMIE FRAXÇAISE 
ADAPTED AND EDITED 

BY 

E. G. GOLDBERG, M.A. 

HEAO MASTER OF THE MODERN SIDE OF TONBRIUGE SCHOOL 
LATE SCHOLAR OF ST. JOHN's COLLEGE, OXFOKU 

AUTHORISED EDITION 




IL ont) on 
MACMILLAN AND CO., Limited 

NEW YORK: THE MACMILLAN COMPANY 
1898 

AU righti restrvtd 



PQ 

1806 



GENERAL PREFACE TO THE 
SERIES 

This séries introduces a number of works by 
distinguished French authors, such as de VogUé 
and Emile Pouvillon, who arc prominent in 
their own country, but whose books hâve not 
yet received that récognition among our school 
classics which is their due ; it will also include 
some of the best productions of Daudet, Coppée, 
Theuriet, and others, of which no EngHsh school 
éditions exist ; and finally it will contain a few 
Works which, although more familiar, may yet, it 
is hoped, be welcome in an édition framed on the 
plan hère advocated. 

The advanccd texts are intended for pupils 
of the Fifth and Sixth forms, and are therefore 
longer (80-150 pages) and more difficult. The 
elcniejitary texts are shorter (40-80 pages) and 
fairly easy, so as to suit Third and Fourth forms ; 
to thèse a vocabulary will bc added. 



vi General Préface to the Séries 

Each volume contains enough matter for one 
or two terms' reading. The editors, while taking 
care that the works selected should arouse the 
pupils' interest, should furnish them vvith a 
practical vocabulary and useful phraseology, and 
should help to cultivate literary taste, will also 
include in their sélection such books as will enable 
the English reader to acquire a knowledge of 
France and her institutions, of French life and 
customs, or, as Thackeray puts it, " to study the 
inward thoughts and ways of his neighbours." 

The Notes are not intended to give merely 
a translation of the difficult passages, nor are 
they meant to be a storehouse of grammatical 
curiosities or of philological learning. They aim. 
rather at giving in a clear and concise form such 
explanations as will help the pupil to overcome 
ail textual difficulties which are out of his reach, 
and at elucidating historical, geographical, and 
literary allusions ; while reminding the reader at 
the same time of points of grammar and of con- 
structions which he is apt to forget, illustrating 
thèse by parallels taken, if possible, from other 
parts of the text. As to renderings, the object, 
as a rule, is to throw out a hint for the solution of 
a difficulty rather than to give the solution itself, 
without, however, excluding the translation of such 
passages as the pupil cannot be expected to render 



General Préface to the Séries vii 

satisfactorily into good English. Comments are 
introduced on l'Vcnch Hfc and thought whcnevcr 
the text affords an opportunity for them. Lastly, 
information is supplied on word - formation and 
dérivation, where such knowledge is lii<cly to be 
of real hclp towards a complète grasp of the 
varions meanings of vvords, or whcre it may serve 
as an aid to the memory. 

The Introduction vvill in each case give a short 
account of the author and his works, with spécial 
référence to the text of the particular volume. 

Appendices will be added to cach volume by 
the General Editors, containing — (i) lists of words 
and phrases for viva voce drill, which should 
be learned pari passu with the rcading ; (2) 
exercises on syntax and idioms for viva voce 
practice, which will involve the vocabulary of a 
certain portion of the text ; (3) continuons 
passages for translation into French, which will 
bring composition and construing lessons into close 
relation ; (4) some chapter on word-formation or 
etymology of a practical nature. 

The addition of thèse appendices calls perhaps 
for explanation. 

Appendix I. — The practical expérience of 
teachers, the continualh- rccurring verdict of 
examiners, any man's personal recollection of his 



viii General Préface to the Séries 

own earlier labours in acquiring a new language — 
ail go to prove that vvant of vocabulary and phrase- 
ology is one of the main difficulties with which 
the learner has always to contend. " Take a 
dictionary and learn it by heart " is idle advice ; 
teachers and learners alike agrée that the sensé of 
a Word or phrase is best grasped and most easily 
remembered in connexion with some context. 
Again, the System by which each pupil records in 
a note-book for subséquent revision unfamiliar 
words and phrases is educationally sound, and 
has some advantages : the pupil makes the 
mental effort of sélection, and the words so 
selected are adapted to his spécial needs. But 
this System has also many drawbacks : words are 
often misquoted or misspelt ; the revision, if 
left to the pupil, is often neglected, and if con- 
ducted by the master is, in a class of any size, 
impracticable. The présent appendices are de- 
signed, notto do away with the pupil's note-book, 
but to make the revision of a large number of 
words and phrases practicable in the class-room. 
It is true that some of the words chosen may be 
already known to a portion of the class, but the 
répétition of a (ew familiar phrases does no harm ; 
while the gain in certainty and facility of revision, 
and still more in point of time, is enormous. 
No enunciation of the English is necessary ; and 



General Préface to thc Séries ix 

it is astonishing how rapidly a form or set, with 
the page in front of them, will run down a column, 
and reproduce, in correct Frcnch, words and phrases 
which they hâve been through once or twice before. 

It may be mentioned that the plan is not 
a theoretical one. Trial has proved its value 
beyond anticipation. It has also shown that the 
pupils thcmselves soon begin to like this drill, as 
they feel a growing and tangible addition to thcir 
knowledge from week to weck.^ 

Appendices II. and III. — There is no need to 
say anything of thèse, as it is now generally 
recognised that the reading-book should form the 
nucleus of ail instruction in languages. 

Appcndix IV. is necessarily not exhaustive. 
But " half a loaf is better than no bread." Word- 
formation and etymology are not usually dcalt 
with in grammars ; moreover, a complète treat- 
ment of the subject would be out of place in 
schools. But some knowledge of word-building 
and dérivation is of interest and use cven to school- 
boys, and is constantly demanded in our military 
and other examinations. A short chapter has 
therefore been added to each of thc advanccd texts. 

' Tlie lists placed at the end of the text contain the Enijlish 
only. Separate lists, with the Fiench added, will also bc pub- 
lished for the benefit of masters who might wish their pupils to 
learn them in home-prepaiation. 



X General Préface to the Séries 

In conclusion : as is obvious from the above, 
it is the object of the présent séries that the 
pupil should draw from each successive book some 
permanent possession in the way of linguistic 
knowledge and gênerai culture ; that the study of 
each text, while partly an end in itself, should 
still more be treated as a means to something 
wider and more lasting. 

If this object is to be attained, it is necessary 
that the pupil should not merely learn to translate 
the text, but that he should enter into the subject 
matter and, to some extent, into the life and 
interests of the people whose literature he is read- 
ing ; at the same time he should learn to speak in 
the forcign language. This resuit can only be 
obtained by treating language as a living thing, 
i.e. by such constant répétition as lias been 
suggested of the words and phrases that occur ; 
by regular application of what has been learnt, in 
viva voce practice of reproductory exercises and 
prose passages based on the text ; moreover, by 
careful attention to pronunciation, and by fréquent 
questions, asked and answered in French, upon 
the subject matter of the book. It is hoped that 
no teacher will fail to make such conversational 
.practice an intégral part of his work. 



CONTENTS 

PAGE 

Introduction ..... xiii 

Text ...... I 

Notes . . . . . -95 

Appendices by the Gener.vl Editors — 

I. WoRus AND Phrases for i'/^a voce 

Drill . . . . .119 

II. Sentences on Syntax axd Idio.ms for 

vivA rcc^ Practice . .127 

m. P.^ss.'vges for Transl.\tion into Frencii 136 
I\'. Word-Formation. 147 



INTRODUCTION 

This little book niade its first appearance in the autumn 
of 1S89 and was at once received with marked favour 
by both the critics and the public in England as well as 
France. It rapidly went through numerous éditions 
and was crowned by the Académie Française. In the 
Rapport des Contours Acadâniqiics of 1890 occur the 
following remarks of Camille Doucet on this novel : — 
' La seconde nous effraie un peu tout d'abord par le 
ton plus moderne d'une jeune fîUe mal élevée, qui 
finira sans doute par abuser de son esprit contre son 
oncle et son curé. Pas du tout ! L'esprit est sauvé 
par le cœur; le petit démon est un ange; la fillette 
mutine et révoltée sera la plus douce des femmes ; 
l'oncle et le curé triomphent ; la morale en fait autant ; 
le lecteur est attendri jusqu'aux larmes, et l'Académie 
désarmée couronne le livre et l'auteur.' Tony d'Ulmès 
also writes in Les Abeilles (26th ]\Lirch 1892): — 'Ce 
n'est pas une plate berquinade,^ comme le sont 
d'ordinaire les livres optimistes, mais un roman original, 
spirituel, très gai et surtout très sincère.' 

The popularity of this charming work is certainly 

' Berquin wrote insipiil children's books in the last centur)*. 



xiv Mon Oncle et mon Curé 

due to the genuine brightness and heartiness of the 
story, and the fresh breezy style in which it is written, 
as contrasted with the mawkish sentiment and insipid 
triviality of the writer of the ordinary roman honnête. 

The bock is especially adapted for the présent séries, 
not only as being one in which both old and young 
people of both sexes will find interest and delight, but 
also because it may serve as a model of the good simple 
French of the présent day. 

It may be urged that in the delineation of character 
there is not much originality in Mo}t Onde et mon 
Curé; that the Curé is a well-worn figure in French 
fiction, and that English and American readers will 
recognise an old friend in the heroine. But so lively 
is the drawing, that we soon lose sight of the familiarity 
of the picture. At any rate there is boldness and 
originality in the conception of the thoroughly un- 
romantic lover (see p. 36, 11. 6—17 etc.); and even if we 
feel inclined to object that Mme de Lavalle is a cari- 
cature rather than a portrait, we ought at least to be 
thankful that neither she nor any other of the characters 
belong to that waxwork type of humanity which is too 
often the standard of writers of this class. 

Of the purity of the French in Mon Oncle et mon 
Curé it rnay be said that, while it is thoroughly 
académie in vocabulary, it teems with delightful collo- 
quialisms and terse phrases, ail imbued with that bright 
spirit which is so essentially French in character. 

As the name of ' Jean de la Brète ' is a pseudonym 
concealing the identity of the talented author, no attempt 
has been made to give biographical détails. May 



Introduction xv 

it suflfice to say that in this slory, as in othcr works 
from the same pen — Le Co/nie de Palhie (1891), Le 
Roman (Tune Croyante (1892), Un Vaincu (1893), 
Badinage (1896), L' Esprit souffle où il veut (1896), and 
L Lmagination fait le reste (1897) — we are able to see 
under the veil of ' Jean de la Brète ' the fine and 
délicate touch of a lady. 

It has been necessary to make sundry excisions in 
order to bring the présent volume within the limits of 
a school reading-book. But it is hoped that this has 
been done with as little damage as possible to the 
continuity of the plot and the design of the author. 

E. C. G. 

ToNBRiPGE School, 
Odober, 1898. 



MON ONCLE ET MON CURÉ 



JK suis si petite qu'on pourrait me donner la qualification 
de naine, si ma tête, mes pieds et mes mains n'étaient 
pas parfaitement proportionnés cà ma taille. Mon visage 
n'a ni la longueur démesurée, ni la largeur ridicule que 
l'on attribue aux nains et aux êtres difformes en général, 5 
et la finesse de mes extrémités serait enviée par plus 
d'une belle dame. 

Cependant, l'exiguïté de ma taille m'a fait verser des 
larmes en cachette. 

Je dis en cachette, car mon corps lilliputien renfermait 10 
une âme fière, orgueilleuse, incapable de donner le 
spectacle de ses faiblesses au premier venu . . ., et 
surtout à ma tante. Du moins, telle était ma façon de 
sentir à quinze ans. Mais les événements, les chagrins, 
les soucis, les joies, la pratique de la vie, en un mot, ont 15 
détendu rapidement des caractères beaucoup plus rigides 
que le mien. 

Ma tante était la femme la plus désagréable que j'aie 
jamais connue. Je la trouvais fort laide, autant que mon 
£ B 



2 Mon Oncle et mon Curé 

esprit, qui n'avait jamais rien vu ni rien comparé, pouvait 
en juger. Sa figure était anguleuse et commune, sa voix 
criarde, sa démarche lourde et sa stature ridiculement 
élevée. 

5 Près d'elle, j'avais l'air d'un puceron, d'une fourmi. 
Quand je lui parlais, je levais la tête aussi haut que si 
j'avais voulu examiner la cime d'un peuplier. Elle était 
d'origine plébéienne, et, semblable à beaucoup de gens 
de sa race, prisait par-dessus tout la force physique et 

lo professait pour ma chétive personne un dédain qui 
m'écrasait. 

Son moral était la reproduction fidèle de son physique. 
Il ne renfermait que des âpretés, des aspérités, des angles 
aigus contre lesquels les infortunés qui vivaient avec 

15 elle se cassaient le nez quotidiennement. 

Mon oncle, gentilhomme campagnard dont la bêtise 
était devenue proverbiale dans le pays, l'avait épousée 
par faiblesse d'esprit et de caractère. Il mourut peu de 
temps après son mariage, et je ne l'ai jamais connu. 

20 Quand je pus réfléchir, j'attribuai cette mort prématurée 
à ma tante, qui me paraissait de force à conduire rapide- 
ment en terre non seulement un pauvre sire comme mon 
oncle, mais encore tout un régiment de maris. 

J'avais deux ans, quand mes parents s'en allèrent dans 

25 l'autre monde, m'abandonnant aux caprices des événe- 
ments, de la vie et de mon conseil de famille. D'une 
belle fortune, ils laissaient d'assez jolis débris : quatre 
cent mille francs environ en terres, qui rapportaient un 
fort bon revenu. 

30 Ma tante consentit à m'élever. Elle n'aimait pas les 
enfants, mais, son mari ayant mal administré, elle était 



Mon Oncle et mon Curé 3 

luuvre et songeait avec satisfaction i}uc l'aisance entrerait 
avec moi dans sa maison. 

Quelle laide maison ! grande, délabrée, mal tenue ; 
l)àlic au milieu d'une cour remplie de fumier, de boue, 
de poules et de lapins. Derrière s'étendait un jardin 5 
dans lecjuel poussaient pêle-mêle toutes les plantes de la 
création, sans que personne s'en souciât le moins du 
monde. Je pense cjue, de mémoire d'homme, on n'avait 
vu un jardinier émonder les arbres ou arracher les 
mauvaises herbes (jui croissaient à leur guise, sans (jue 10 
ma tante et moi nous eussions l'idée de nous en occuper. 

Cette forêt vierge me déplaisait, car, même enfant, 
j'avais un goût inné pour l'ordre. 

La propriété s'appelait le Buisson. Elle était située 
au fond de la campagne, à une demi-lieue de l'église et 15 
d'un petit village composé d'une vingtaine de chaumières. 
Ni château, ni castel, ni manoir à cincj lieues à la ronde. 
Nous vivions dans l'isolement le plus complet. Ma 
tante allait quelquefois à C . . ., la ville la plus voisine 
du Buisson. Je désirais vivement l'accompagner, de 20 
sorte qu'elle ne m'emmenait jamais. 

Les seuls événements de notre vie étaient l'arrivée 
des fermiers, qui apportaient des redevances ou l'argent 
de leurs termes, et les visites du curé. 

Oh ! l'excellent homme que mon curé ! 25 

Il venait trois fois par semaine à la maison, s'étant 
chargé, dans un jour de beau zèle, de bourrer ma cervelle 
de toutes les sciences à lui connues. 

Il poursuivit sa tâche avec persévérance, quoicjue je 
m'entendisse à exercer sa patience. Non pas que j'eusse 30 
la tête dure, j'apprenais avec facilité; mais la paresse 



4 Mon Oncle et mon Curé 

était mon péché mignon : je l'aimais, je le dorlotais, en 
dépit des frais d'éloquence du curé et de ses efforts 
multiples pour extirper de mon âme cette plante de 
Satan. 

5 Ensuite, et c'était là le point le plus grave, la faculté 
du raisonnement se développa chez moi rapidement. 
J'entrais dans des discussions qui mettaient le curé à 
l'envers; je me permettais des appréciations qui heurtaient 
et froissaient souvent ses plus chères opinions. 

10 C'était un vif plaisir pour moi de le contredire, de le 
taquiner, de prendre le contre-pied de ses idées, de ses 
goûts, de ses assertions. Cela me fouettait le sang, me 
tenait l'esprit en éveil. Je soupçonne qu'il éprouvait le 
même sentiment et qu'il eût été profondément désolé si 

15 j'avais perdu tout à coup mes habitudes ergoteuses et f 
l'indépendance de mes idées. 

Mais je n'avais garde, car, lorsque je le voyais se 
trémousser sur son siège, ébouriffer ses cheveux avec l 
désespoir, barbouiller son nez de tabac en oubliant toutes '^ 

20 les règles de la propreté, oubli qui n'avait lieu que dans 
les cas sérieux, rien n'égalait ma satisfaction. 

Cependant, s'il eût été seul en jeu, je crois que j'aurais 
résisté quelquefois au démon tentateur. Ma tante avait 
pris la funeste habitude d'assister aux leçons, bien qu'elle 

25 n'y comprît rien et qu'elle bâillât dix fois par heure. 

Or, la contradiction, lors même que sa laide personne 
n'était pas en scène, la mettait en fureur ; fureur d'autant 
plus grande qu'elle n'osait rien dire devant le curé. 
Ensuite, me voir discuter lui paraissait une monstruosité 

30 dans l'ordre physique et moral. Jamais je ne m'attaquais 
à elle directement, car elle était brutale et j'avais peur 



Mon Oncle et mon Curé 5 

des coups. Enfin, ma voix, — cependant douce et 
musicale, je m'en flatte ! — i)roduisait sur ses nerfs auditifs 
un eflet désastreux. 

En cette occurrence, on comprendra qu'il me fût 
impossible, absolument impossible, de ne pas mettre en 5 
œuvre ma malice pour faire enrager ma tante et tour- 
menter mon curé. 

Cependant, je l'aimais, ce pauvre curé ! je l'aimais 
beaucoup, et je savais que, en dépit de mes raisonne- 
ments saugrenus qui allaient parfois jusqu'à l'impertinence, 10 
il avait pour moi la plus grande affection. Je n'étais pas 
seulement son ouaille préférée, j'étais son enfant de 
prédilection, son oeuvre, la fille de son cœur et de son 
esprit. A cet amour paternel se mêlait une teinte 
d'admiration pour mes aptitudes, mes paroles et mes 15 
actes en général. 

Il avait pris sa tâche à cœur; il avait juré de 
m'instruire, de veiller sur moi comme un ange tutélaire, 

..jt. malgré ma mauvaise tête, ma logique et mes boutades. 
Du reste, cette tâche était devenue promptement la plus 20 
douce chose de sa vie, la meilleure, si ce n'est la seule 
distraction de son existence monotone. 

Par la pluie, le vent, la neige, la grêle, la chaleur, le 
froid, la tempête, je voyais apparaître le curé, sa soutane 
retroussée jusqu'aux genoux et son chapeau sous le bras. 25 
Je ne sais si, de ma vie, je l'en ai vu coiffé. Il avait 
la manie de marcher la tête découverte, souriant aux 
passants, aux oiseaux, aux arbres, aux brins d'herbe. 
Replet et dodu, il paraissait rebondir sur la terre qu'il 

...... foulait d'un pas alerte, et à laquelle il semblait dire : 30 

" Tu es bonne, et je t'aime ! " Il était content de vivre, 



6 Mon Oncle et mon Curé 

content de lui-même, content de tout le monde. Sa 
bonne figure, rose et fraîche, entourée de cheveux blancs, 
me rappelait ces roses tardives qui fleurissent encore 
sous les premières neiges. 
5 Quand il entrait dans la cour, poules et lapins accou- 
raient à sa voix pour grignoter quelques croûtes de pain 
qu'il avait eu soin de glisser dans sa poche avant de 
quitter le presbytère. Perrine, la fille de basse - cour, ^ /^^V^ 
venait lui faire la révérence, puis Suzon, la cuisinière, 

lo s'empressait d'ouvrir la porte et de l'introduire dans le 
salon où nous prenions nos leçons. 

Ma tante, plantée dans un fauteuil avec la grâce d'un 
paratonnerre un peu épais, se levait à son approche, lui 
souhaitait la bienvenue d'un air maussade et se lançait ^ -«'-^ 

iS au galop sur le chapitre de mes méfaits. Après quoi, se 
rasseyant tout d'une pièce, elle prenait un tricot, son chat 
favori sur ses genoux, et attendait, ou n'attendait pas, 
l'occasion de me dire une chose désagréable. 

Le bon curé écoutait avec patience cette voix rêche 

20 qui brisait le tympan. Il arrondissait le dos comme si 
la mercuriale était pour lui, et me menaçait du doigt en 
souriant à -moitié. Dieu merci, il connaissait ma tante 
de longue date. 

Nous nous installions à une petite table que nous 

25 avions placée près de la fenêtre. Cette position avait 
pour double avantage de nous tenir assez éloignés de ma 
tante, qui trônait près de la cheminée, au fond de 
l'appartement, puis de permettre à mes yeux de suivre le 
vol des hirondelles et des mouches ; et, en hiver, 

30 d'observer les effets de la neige et du givre sur les arbres 
du jardin. 



Mon Oncle et mon Curé 7 

Le cure posait sa tabatière à côté de lui, un mouchoir 
à carreaux sur le bras de son fauteuil, et la le^on com 
mentait. 

Quand ma paresse n'avait pas été trop grande, les 
choses allaient bien, tant qu'il s'agissait des devoirs à 5 
corriger, car, cjuoiqu'ils fussent le plus courts possible, ils 
étaient toujours soignés. Mon écriture était nette et 
mon style facile. Le curé secouait la tète d'un air 
satisfait, prisait avec enthousiasme, et répétait : " Bon, 
très bon ! " sur tous les tons. 10 

Pendant ce temps, je comptais mentalement les taches 
qui couvraient sa soutane, et je me demandais quelle 
apparence il pourrait bien présenter s'il avait une perruque 
noire, des culottes collantes et un habit de velours rouge, 
comme celui que mon grand-oncle portait, sur son 15 
portrait. 

L'idée du curé en culotte et en perruque était si 
plaisante, que je partais d'un grand éclat de rire. Alors 
ma tante s'écriait : 

" Sotte ! petite bête ! " 20 

Et autres aménités de ce genre, qui avaient le privilège 
d'être aussi parlementaires qu'explicites. 

Le curé me regardait en souriant, et répétait deux ou 
trois fois : 

" Ah ! jeunesse ! belle jeunesse ! " 25 

Et un souvenir rétrospectif sur ses quinze ans lui 
faisait ébaucher un soupir. 

Après cela, nous passions à la récitation, et les choses 
n'allaient plus si bien. C'était l'heure critique, le moment 
de la causerie, des opinions personnelles, des discussions, 30 
voire même des disputes. 



8 Mon Oncle et mon Curé 

Le curé aimait les hommes de l'antiquité, les héros, 

les actions presque fabuleuses dans lesquelles le courage 

physique a joué un rôle important. Cette préférence 

était étrange, car il n'était pas précisément pétri de 

5 l'argile qui fait les héros. 

Néanmoins, il en tenait pour ses héros ; il les admirait, 
les exaltait, les aimait d'autant plus, sans doute, que, le 
cas échéant, il se sentait absolument incapable de les 
imiter, 
lo Quant à moi, je ne partageais ni ses goûts, ni ses 
admirations. J'éprouvais une antipathie prononcée pour 
les Grecs et les Romains. Par un travail subtil de mon 
intelligence fantaisiste, j'avais décidé que ces derniers 
ressemblaient à ma tante . . ., ou que ma tante leur 
15 ressemblait, comme on voudra, et, du jour où je fis ce 
rapprochement, les Romains furent jugés, condamnés, 
exécutés dans mon esprit. 
f^'^'-' Cependant le curé s'obstinait à barboter avec moi 

dans l'histoire romaine, et je m'entêtais, de mon côté, 
20 à n'y prendre aucun intérêt. Les hommes de la Répu- 
blique me laissaient froide, et les Empereurs se confon- 
daient dans ma tête. Le curé avait beau pousser des 
exclamations admiratives, se fâcher, raisonner, rien 
n'ébranlait mon insensibilité et mon idée personnelle. 
25 Par exemple, racontant l'histoire de Mucius Scévola, 
je terminais ainsi : 

" Il brûla sa main droite pour la punir de s'être 
trompée, ce qui prouve qu'il n'était qu'un sot ! " 

Le curé, qui m'écoutait un instant auparavant d'un air 
30 béat, tressautait d'indignation. 

— Un sot ! mademoiselle ... Et pourquoi cela? 



Mon Oncle et mon Curé 9 

— Parce que la perte de sa main ne réparait pas son 
erreur, répondais-je, que Porsenna n'en était ni plus ni 
moins vivant, et que le secrétaire ne s'en portait i)as 
mieux. 

— Bien, ma petite ; mais Porsenna fut assez effrayé 5 
pour lever le siège immédiatement. 

— Ceci, monsieur le curé, prouve que Porsenna n'était 
qu'un poltron. 

— Soit ! mais Rome était délivrée, et grâce à qui ? 
grâce à Scévola, grâce à son action héroïque ! 10 

Et le curé, qui, frémissant à l'idée de se brûler le 
bout du petit doigt, n'en admirait que mieux Mucius 
Scévola, de s'exalter, de se démener pour me faire 
apprécier son héros. 

— J'en tiens pour ce que j'ai dit, reprenais-je tranquille- 15 
ment ; ce n'était qu'un sot, et un grand sot ! 

Le curé, suffoqué, s'écriait : 

— Quand les enfants se mêlent de raisonner, les 
mortels entendent bien des sottises. 

— Monsieur le curé, vous m'avez appris, l'autre 20 
jour, que la raison est la plus belle faculté de l'homme. 

— Sans doute, sans doute, quand il sait s'en servir. 
Puis, je parlais de l'homme fait, et non des petites filles. 

— Monsieur le curé, le petit oiseau essaie ses forces 
au bord du nid. -S 

L'excellent homme, un peu déconcerté, s'ébouriffait 
les cheveux avec énergie, ce qui lui donnait l'air d'une 
tête de loup poudrée à blanc. 

— Vous avez tort de tant discuter, ma petite, me 
disait-il quelquefois ; c'est un péché d'orgueil. Vous ne 30 
m'aurez pas toujours pour vous répondre, et quand vous 



lo Mon Oncle et mon Curé 

serez aux prises avec la vie, vous apprendrez qu'on ne 
discute pas avec elle, cju'on la subit. 

Mais je me souciais bien de la vie ! J'avais un curé 
pour exercer ma logique, et cela me suffisait. 
5 Lorsque je l'avais bien taquiné, ennuyé, harcelé, il 
s'efforçait de donner à son visage une expression sévère, 
mais il était obligé de renoncer à son projet, sa bouche, 
toujours souriante, se refusant absolument à lui obéir. 
Alors il me disait : 
lo — Mademoiselle de Lavalle, vous repasserez vos 
empereurs romains, et vous ferez en sorte de ne pas 
confondre 'libère avec Vespasien. 

— Laissons ces bonshommes, monsieur le curé, lui 

répondais-je, ils m'ennuient. Savez-vous que, si vous 

15 aviez vécu de leur temps, ils vous auraient grillé vif, ou 

arraché la langue et les ongles, ou coupé en petits 

morceaux menus comme chair à pâté ! 

A ce sombre tableau, le curé tressaillait légèrement, 
et s'en allait en trottinant, sans daigner me répondre. 



II 



20 Le lendemain, à peine étions-nous installés à notre table, 
le curé et moi, que la porte s'ouvrit avec fracas et que 
nous vîmes entrer Perrine, le bonnet sur la nuque et ses 
sabots bourrés de paille à la main. 

— Le feu est-il à la maison ? demanda ma tante. 

25 — Non, madame, mais le diable est chez nous, bien 
sûr ! l>a vache est dans le champ d'orge qui poussait si 



Mon (^nclc et m<Mi (iirc ii 

ben, elle ravage tout, je ne peux pas la rattraper ; les 
chapons sont sur le toit et les lapins clans le potager. 

— Dans le potager ! cxrlania ma tante, qui se leva en 
me lan(^ant un regard courroucé, car ledit potager était 
un lieu sacré pour elle et l'objet de ses seules amours. 5 

— Mes beaux chapons ! grogna Suzon, qui jugea à 
propos de faire une apparition et d'unir sa note bourrue 
à la note criarde de sa maîtresse. 

— Ah ! péronnelle ! cria ma tante. 

Elle se précipita à la suite des domestiques en frappant 10 
la porte avec colère. 

— Monsieur le curé, dis-je aussitôt, croyez-vous que, 
dans l'univers entier, il y ait une femme aussi abominable 
que ma tante ? 

— Eh bien, eh bien, ma petite, que veut dire ceci? 15 

— Savez-vous ce qu'elle a dût hier, monsieur le curé ? 
Elle m'a battue ! 

Et je frappai la table de mon poing fermé, ce qui me 
fit grand mal. 

— ^'oyons, voyons, mon bon petit enfant, me dit le 20 
curé tout ému, calmez-vous et racontez-moi ce que vous 
aviez fait. 

— Rien du tout ! Quand vous êtes parti, elle m'a 
appelée effrontée et s'est jetée sur moi comme une furie. 
La vilaine femme ! 25 

— Allons, Reine, allons, vous savez qu'il faut par- 
donner les injures. 

— Ah ! par exemple 1 m'écriai-je en reculant brusque- 
ment ma chaise et en me promenant à grands pas dans 

le salon, je ne lui pardonnerai jamais, jamais ! 3° 

Le curé se leva de son coté et se mit à marcher en 



12 Mon Oncle et mon Curé 

sens inverse de moi, de sorte que nous continuâmes 
la conversation en nous croisant continuellement, comme 
l'ogre et le petit Poucet, quand celui-ci a volé une des 
bottes de sept lieues et que le monstre est à sa poursuite. 
5 — Il faut être raisonnable, Reine, et prendre cette 
humiliation en esprit de pénitence, pour la rémission de 
vos péchés. 

— Mes péchés ! dis-je en m'arrêtant et en haussant 
légèrement les épaules ; vous savez bien, monsieur le 

lo curé, qu'ils sont si petits, si petits que ce n'est pas la 
peine d'en parler. 

— Vraiment ! dit le curé qui ne put réprimer un sourire. 
Alors, puisque vous êtes une sainte, prenez vos ennuis 
en patience pour l'amour de Dieu. 

15 — Ma foi, non ! répliquai-je d'un ton très décidé. 
Je veux bien aimer le bon Dieu, — ne froncez pas le 
sourcil, monsieur le curé, — mais j'entends qu'il m'aime 
assez pour ne point être satisfait de me voir malheureuse. 

— Quelle tête ! s'écria le curé. Quelle éducation j'ai 
20 faite là ! 

— Enfin, continuai-je en me remettant en marche, je 
veux me venger, et je me vengerai. 

• — Reine, c'est très mal. Taisez-vous et écoutez- 
moi. 
25 — La vengeance est le plaisir des dieux, répondis-je 
en sautant pour attraper une grosse mouche qui voltigeait 
au-dessus de ma tête. 

— Parlons sérieusement, ma petite. 

— Mais je parle sérieusement, dis-je en m'arrêtant un 
30 instant devant une glace pour constater avec quelque 

complaisance que l'animation m'allait très bien. Vous 



Mon Oncle et mon Cmé 13 

verrez, monsieur le curé ! je prendrai un sahre et je 
décapiterai ma tante, comme Judith avec llolo- 
pherne. 

— Cette enfant est enragée ! s'écria le curé d'un air 
désolé. Reste/, un peu tranciuille, mademoiselle, et ne 5 
dites pas de sottises. 

— Soit, monsieur le curé, mais avouez que Judith ne 
valait pas deux sous ! 

Le curé s'adossa à la cheminée et introduisit délicate- 
ment une prise de tabac dans ses fosses nasales. 10 

— Permettez, ma petite ; cela dépend du point de vue 
auquel on se place. 

— Que vous êtes peu logique ! dis-je. Yous trouvez 
superbe l'action de Judith, parce qu'elle délivrait quelques 
méchants Israélites qui ne me valaient certainement pas, 15 
et qui ne devraient guère vous intéresser, puisqu'ils sont 
morts et enterrés depuis si longtemps ! ... et vous 
trouveriez très mal que j'en fisse autant i)Our ma propre 
délivrance ! Et Dieu sait que je suis bien en vie ! ajoutai- 

je en pirouettant plusieurs fois sur mes talons. 20 

— Vous avez bonne opinion de vous-même, répondit 
le curé, qui s'efforçait de prendre un air sévère. 

— Ah ! excellente ! 

■ — Voyons ! voulez-vous m'écouter, maintenant ? 

— Je suis sûre, dis-je en poursuivant mon idée, 25 
qu'Holopherne était infiniment plus agréable que ma 
tante, et que je me serais parfaitement entendue avec lui. 
Par conséquent, je ne vois pas trop ce qui m'empêcherait 
d'imiter Judith. 

— Reine ! cria le curé en frappant du pied. 30 

— Mon cher curé, ne vous fâchez pas, je vous en 



14 Mon Oncle et mon Curé 

prie ; vous pouvez vous rassurer, je ne tuerai pas ma 
tante, j'ai un autre moyen pour me venger. 

— Contez -moi cela, dit l'excellent homme, déjà 
radouci et se laissant tomber sur un canapé. 

5 Je m'assis à côté de lui. 

— Voilà ! Vous avez entendu parler de mon oncle 
de Pavol? 

• — Certainement ; il demeure près de V . . . 

— Fort bien. Comment s'appelle sa propriété ? 
lo — Le Pavol. 

— Alors, en écrivant à mon oncle au château de 
Pavol, près de V . . ., la lettre arriverait sûrement? 

— Sans doute. 

— Eh bien, monsieur le curé, ma vengeance est 
J5 trouvée. Vous savez que si ma tante ne m'aime pas, 

en revanche elle aime mes écus ? 

— Mais, mon enfant, où avez-vous appris cela ? me 
dit le curé, ahuri. 

— Je le lui ai entendu dire à elle-même ; ainsi je suis 
20 sûre de ce que j'avance. Elle craint par-dessus tout que 

je ne me plaigne à M. de Pavol et que je ne lui demande 
de me prendre chez lui. Je compte la menacer d'écrire 
à mon oncle ; et il n'est pas dit, continuai-je après un 
instant de réflexion, que je ne le fasse pas un jour ou 
25 l'autre. 

— Allons ! c'est assez innocent, dit le bon curé en 
souriant. 

— Vous voyez ! m'écriai-je en battant des mains, vous 



mapprouvez 



30 — Oui, jusqu'à un certain point, ma petite, car il est 
clair que vous ne devez pas être battue, mais je vous 



Mon Oncle et mon Cuic 15 

défends rim[)crtincn(e. Ne vous servez de votre arme 
qu'en cas de légitime défense, et rappelez-vous (|ue si 
votre tante a des défauts, vous devez cependant la 
respecter et ne point être agressive. 

Je fis une moue significative. 5 

— Je ne vous promets rien ... ou plutôt, tenez, 
pour être franche, je vous promets de faire précisément 
le contraire de ce que vous venez de dire. 

— C'est une véritable révolte ! ... Je finirai par me 
fâcher, Reine. 10 

— C'est plus qu'une révolte, répliquai-je d'un ton 
grave, c'est une révolution. 

— Mon enfant, me dit le curé sérieusement, vous ne 
voulez pas m'écouter, et vous vous en repentirez. 

— Bah! c'est ce que nous verrons ! . . . J'entends 15 
ma tante, elle est furieuse, car c'est moi c^ui ai lâché la 
vache, les lapins et les chapons, afin de rester seule avec 
vous. Donnez-lui une semonce, monsieur le curé ; je 
vous assure qu'elle m'a battue bien fort, j'ai des marcjues 
noires sur les épaules. 20 

Ma tante entra comme un ouragan, et le curé, com- 
plètement abasourdi, n'eut pas le temps de me répondre. 

— Reine, venez ici ! cria-t-elle, le visage empourpré 
par la colère et la course désordonnée qu'elle avait dû 
faire après les lapins. 25 

Je lui fis un grand salut. 

— Je vous laisse avec le curé, dis-je en adressant un 
signe d'intelligence à mon allié. 

La croisée, fort heureusement, était ouverte. 
Je sautai sur une chaise, j'enjambai l'appui de la fenêtre 30 
et me laissai glisser dans le jardin, au grand ébahisseraent 



i6 Mon Oncle et mon Curé 

de ma tante, qui s'était placée devant la porte pour me 
couper la retraite. 

Je confesse que je fis semblant de me sauver, mais 

qu'en réalité je me cachai derrière un laurier et que 

5 j'entrai dans un accès de jubilation sans pareil en écoutant 

les reproches du curé et les exclamations furibondes de 

ma tante. 

Le soir, pendant le dîner, elle avait l'air gracieux d'un 
dogue auquel on a pris un os. 

lo Elle grognait Suzon qui l'envoyait promener, mal- 
traitait son chat, jetait l'argenterie sur la table en faisant 
un tapage affreux ; enfin, exaspérée par mon air impassible 
et moqueur, elle prit une carafe et la lança par la 
fenêtre. 

15 Je saisis aussitôt un plat de riz, auquel elle n'avait pas 
encore goûté, et le précipitai à la suite de la carafe. 

— Misérable pécore ! hurla ma tante en s'élançant 
sur moi. 

— N'approchez pas, dis-je en reculant ; si vous me 
20 touchez, j'écris ce soir même à mon oncle de Pavol. 

— • Ah ! ... dit ma tante, qui resta pétrifiée, le bras 
en l'air. 

— Si ce n'est pas ce soir, repris-je, ce sera demain ou 
dans quelques jours, car je ne veux pas être battue. 

25 — Votre oncle ne vous croira pas ! cria ma tante. 

— Oh ! que si !.. . Vos doigts ont laissé leur 
empreinte sur mes épaules. Je sais qu'il est très bon et 
je m'en irai avec lui. 

Je n'avais certes aucune notion sur le caractère de 

30 mon oncle, étant âgée de six ans quand je l'avais vu pour 

la première et la dernière fois. Mais je pensai que je 



Mon Oncle et mon Cnrc' 17 

devais paraître en savoir très long sur son compte et que 
je faisais preuve ainsi d'une grande diplomatie. 

Je sortis majestueusement, laissant ma tante s'épancher 
dans le sein de Suzon. 



III 



La guerre était déclarée, et dès lors je passai mon 5 
temps à lutter contre Mme de Lavalle. Autrefois, 
j'osais à peine ouvrir la bouche devant elle, excepté 
quand le curé était en tiers entre nous ; elle m'imposait 
silence avant même que j'eusse fini ma phrase 

J'affirme que cette manière de procéder m'était 10 
particulièrement pénible, car je suis extrêmement 
bavarde. Je me dédommageais bien un peu avec le 
curé, mais c'était absolument insuffisant ; aussi avais-je 
pris l'habitude de parler tout haut avec moi-même. Il 
m'arrivait souvent de me planter devant mon miroir 15 
et de causer avec mon image durant des heures 
entières . . . 

Mon cher miroir ! ami fidèle ! confident de mes plus 
secrètes pensées ! 

Ayant rompu complètement avec mes anciennes 20 
terreurs, je ne cherchais plus à modérer ma loquacité 
devant ma tante. Il ne se passait pas un repas sans 
que nous eussions des discussions qui menaçaient de 
dégénérer en tempêtes. 

Le curé dînait tous les dimanches à la maison. II 25 
avait, sans doute, ses raisons secrètes pour ne point 
vanter devant moi le roi de la création, — excepté tjuand 

c 



i8 Mon Oncle et mon Curé 

il s'agissait de ses héros antiques dont il ne pouvait plus 
craindre l'esprit entreprenant, — car il n'opposait que 
de bien faibles dénégations aux dénigrements de ma 
tante. 

5 Le dîner du dimanche se composait invariablement 
d'un chapon ou d'un poulet, d'une salade aux œufs durs 
et de lait égoutté, quand c'était la saison. Le curé, qui 
faisait assez maigre chère chez lui, et dont le palais 
savait apprécier la cuisine de Suzon, arrivait en se 

lo frottant les mains et en criant la faim. 

Nous nous mettions bien vite à table, et le com- 
mencement de la conversation était non moins invariable 
que le menu du dîner. 

— Il fait beau temps, disait ma tante, dont la phrase, 
15 s'il pleuvait, n'était modifiée que par le changement du 

qualificatif. 

— Un temps superbe ! répondait le curé joyeuse- 
ment. C'est charmant de marcher par ce joli soleil ! 

S'il avait plu, s'il avait neigé, s'il avait gelé, s'il était 

20 tombé de la grêle, des pierres ou du soufre, le curé eût 

également exprimé sa satisfaction, soit en s'étendant sur 

l'agrément d'un appartement bien clos, soit en chantant 

les charmes d'un feu bien brillant. 

— ■ Mais il ne fait pas chaud, reprenait ma tante. 
25 C'est étonnant ! De mon temps on prenait des robes 
blanches à Pâques. 

— Les robes blanches vous allaient-elles bien? 
demandais-je vivement. 

Ma tante, qui prévoyait quelque impertinence, me 
30 foudroyait d'un regard préventif avant de répondre : 

— Certainement, très bien- 



Mon Oncle et mon Cure 19 

— Oh ! m'ccriais-jc, d'un ton qui ne laissait aucun 
doute sur mon intime conviction. 

— De mon temps, affirmait ma tante, les jeunes filles 
ne parlaient que lorsqu'on les interrogeait. 

— ■ \'ous ne parliez pas dans votre jeunesse, ma 5 
tante ? 

— Quand on m'interrogeait, pas autrement. 

— Toutes les jeunes filles vous ressemblaient-elles, 
ma tante ? 

— Certainement, ma nièce. 10 

— La vilaine époque! soupirais-je en levant les 
yeux au ciel. 

Le curé me regardait d'un air de reproche, et Mme 
de Lavalle laissait ses regards errer sur les divers objets 
qui couvraient la table, avec la tentation bien évidente 15 
de m'en lancer quelques-uns à la tète. 

La conversation, arrivée à ce point . . . aigu, tombait 
subitement, jusqu'au moment où les sentiments amers 
de ma tante, refoulés par les efforts de sa volonté, 
éclataient tout à coup, comme une machine soumise à 20 
une trop forte pression. Elle exhalait son courroux sur 
la création entière. Hommes, femmes, enfants, tout y 
passait. De ces pauvres hommes, il ne restait, à la fin 
du dîner, qu'un horrible mélange, non d'os et de chairs 
meurtris, mais de monstres de toutes les espèces. 25 

— Les hommes ne valent pas les quatre fers d'un 
chien, disait ma tante dans le langage harmonieux et 
élégant qui lui était habituel. 

Le curé, qui avait la certitude désolante de n'être 
point une femme, baissait la tète et paraissait rempli de 30 
contrition. 



20 Mon Oncle et mon Curé 

— Quels mécréants ! quels sacripants ! reprenait-elle 
en me regardant d'un air furieux, comme si j'avais 
appartenu à l'espèce en question. 

— ■ Hum ! répondait le curé. 
5 — Des gens qui ne pensent qu'à jouir, qu'à manger ! 
continuait ma tante, qui avait sur le cœur la pauvreté 
léguée par son mari. Quels suppôts de Satan ! 

— Hum ! hum ! reprenait le curé en hochant la tête. 

— Monsieur le curé, m'écriais-je avec impatience, 
lo lium ! n'est pas un argument très fort. 

— • Permettez, permettez, répondait le brave homme 
troublé dans la dégustation de son dîner ; je crois que 
Mme de Lavalle va au delà de sa pensée en employant 
cette expression : suppôts de Satan. Mais il est certain 
15 que beaucoup d'hommes ne méritent pas une grande 
confiance. 

— Et vos héros, monsieur le curé } et vos Grecs ? 
et vos Romains ? 

— Oh ! les hommes d'aujourd'hui ne ressemblent 
20 guère à ceux d'autrefois, disait le curé, bien convaincu 

qu'il exprimait une grande vérité, 

— Et les curés ? reprenais-je. 

— Les curés sont hors de cause, répondait-il avec 
un bon sourire. 



IV 



25 NÉANMOINS, mes études de mœurs me paraissant tout 
à fait insuffisantes, je résolus de les poursuivre à l'aide 
des romans de la bibliothèque. 



Mon Oncle et mon Cure' 21 

Précisément un lundi, jour de foire, ma tante, le 
curé et Suzon devaient aller ensemble à C . . . Ma 
tante avait décide, comme toujours, que je resterais à la 
garde de Perrine, et pour la première fois de ma vie, 
cette décision m'enchanta. J'étais sûre d'être livrée à 5 
moi-même, Perrine s'occupant beaucoup plus de sa 
vache que de mes inspirations. 

Pour ce genre d'excursions, le fermier, à huit heures 
du matin, amenait dans la cour une sorte de carriole 
appelée dans le pays maringote. Ma tante apparaissait 10 
en grande tenue, le chef orné d'un chapeau rond en 
feutre noir, auquel elle avait ajouté des brides d'un 
violet tendre. Elle le posait crânement sur le haut de 
son chignon. Elle était enveloppée de fourrures, qu'il 
fît chaud ou froid, ayant, depuis son mariage, adopté ce 15 
principe qu'une dame de qualité ne peut pas se mettre 
en route sans porter sur elle la peau d'un animal quel- 
conque. Quand elle était ainsi vêtue, elle croyait 
fermement que toutes les tares qui dénonçaient son 
origine étaient effacées. 20 

Elle s'asseyait sur une chaise, au fond de la maringote. 

Suzon, chargée de conduire un cheval qui se con- 
duisait tout seul, se plaçait à droite, sur la banquette de 
devant, et le curé montait près d'elle. 

Alors, simultanément, ils se tournaient vers moi. 25 

— Ne faites pas de sottises, disait ma tante, et n'allez 
pas dans le potager. 

— Ne mettez pas le désordre dans ma cuisine, criait 
Suzon, et contentez-vous du veau froid pour déjeuner. 

Le curé ne soufflait mot, mais il m'envoyait un 30 
aimable sourire et faisait un geste qui voulait dire : 



22 Mon Oncle et mon Curé 

— Elle n'a pas voulu, mais je vous aurais bien 
emmenée, moi. 

Ce mémorable lundi, les choses se passèrent comme 
à l'ordinaire. Je fis quelques pas sur la route et je les 

5 vis bientôt disparaître, secoués tous les trois comme des 
paniers à salade. 

Sans perdre une minute, je mis à exécution un projet 
mûri depuis longtemps. Il s'agissait de prendre posses- 
sion de la bibliothèque, dont le curé avait eu la mal- 

10 encontreuse idée d'emporter la clef, mais je n'étais pas 
fille à me décourager pour si peu. 

Je courus chercher une échelle que je traînai sous la 
fenêtre de la bibliothèque ; après des efforts surhumains, 
je réussis à la lever et à l'appuyer solidement contre le 

15 mur. Grimpant lestement les échelons, je cassai une 
vitre avec une pierre dont je m'étais munie ; puis ôtant 
les morceaux de verre encore attachés au châssis, je 
passai la partie supérieure de mon corps dans l'ouverture 
et me glissai dans la bibliothèque. 

20 Je tombai la tête la première sur le carreau ; je me 
fis une bosse énorme au front, et, le lendemain, le curé 
m'apporta un onguent pour la guérir. 

Mon premier soin, quand je me relevai et que l'étour- 
dissement causé par ma chute se dissipa, fut de fouiller 

25 dans les tiroirs d'un vieux bureau pour découvrir une 
clef pareille à celle que le curé avait fait disparaître. 
Mes recherches ne furent pas longues, et, après deux ou 
trois essais infructueux, je trouvai mon affaire. 

Après avoir supprimé, autant qu'il me fut possible, les 

30 traces de mon effraction, je m'installai dans un fauteuil, 
et, pendant que je me reposais de mes fatigues, mon 



Mon Oncle et mon Curé 23 

regard fut frappé par les ouvrages de W'alter Scott placés 
en face de moi. Je pris au hasard dans la collection et 
je m'en allai dans ma chambre, emportant comme un 
trésor \-x Jolie Fille de Perth. 

De ma vie je n'avais lu un roman, et je tombai dans 5 
une extase, dans un ravissement dont rien ne pourrait 
donner l'idée. Je vivrais neuf cent soixante-neuf ans, 
comme le bon Mathusalem, que je n'oublierais jamais 
mon impression en lisant \s. Jolie Fille de Perih. 

J'éprouvais la joie d'un prisonnier transporté de son 10 
cachot au milieu des arbres, des fleurs, du soleil ; ou, 
mieux encore, la joie d'un artiste qui entend jouer pour 
la première fois, et d'une manière idéale, l'œuvre de son 
cœur et de son intelligence. Le monde, qui m'était 
inconnu, et après lequel je soupirais inconsciemment, se 15 
révéla à moi tout à coup. Une lueur se fit si soudaine- 
ment dans mon esprit que je crus avoir été jusque-là 
stupide, idiote. Je me grisai, m'enivrai de ce roman 
rempli de couleur, de vie, de mouvement. 

Le soir, je descendis en rêvant dans la salle à manger, où 20 
le curé, qui dînait avec nous, m'attendait avec impatience. 

Il regarda mon visage avec une profonde commiséra- 
tion, et me demanda, avec le plus grand intérêt, comment 
cet accident était arrivé. 

— Un accident ? dis-je d'un air étonné. 25 

— Votre front est tout noir, ma petite Reine. 

— La sotte aura monté dans un arbre ou une échelle, 
dit ma tante. 

— Dans une échelle, oui, c'est vrai, répondis-je. 

— Ma pauvre enfant ! s'écria le curé désolé ; vous 30 
êtes tombée sur la tête ? 



24 Mon Oncle et mon Curé 

Je fis un signe affirmatif, 

— Avez-vous mis de l'arnica, ma petite ? 

— Bah ! c'est bien la peine ! reprit ma tante. Mangez 
votre soupe, monsieur le curé, et ne vous occupez pas 

5 de cette étourdie ; elle n'a que ce qu'elle mérite ! 

Le curé ne dit plus rien ; il me fit un petit signe 
d'amitié et m'observa à la dérobée. 

Mais je ne faisais pas grande attention à ce qui se 

passait autour de moi. Je songeais à cette charmante 

lo Catherine Glover, à ce brave Henri Smith, dont j'étais 

éprise, en attendant mieux, et voilà que, sans le moindre 

préambule, j'éclatai en sanglots. 

— Ah ! mon Dieu ! s'écria le curé en se levant vive- 
ment. Ma chère petite Reine, mon bon petit enfant ? 

15 — Laissez donc ! dit ma tante ; elle est mécontente 
parce qu'elle ne nous a pas accompagnés à C . . . 

Mais le curé, qui savait que je détestais les pleurs et 
que j'étais trop fière pour manifester devant ma tante un 
chagrin causé par elle, s'approcha de moi, me demanda 

20 tout bas pourquoi je pleurais et s'efforça de me consoler. 

— Ce n'est rien, mon cher bon curé, dis-je en essuyant 
mes larmes et en me mettant à rire. Voyez-vous, j'ai 
horreur de la souffrance physique, la tête me fait mal, et 
puis je dois être affreuse. 

25 — Pas plus qu'à l'ordinaire, dit ma tante. Le curé 
me regarda d'un air inquiet. Il n'était pas satisfait de 
l'explication et se disait que quelque chose d'anormal 
s'était passé dans la journée. Il me conseilla d'aller me 
coucher sans plus tarder ; ce que je fis avec empresse- 

30 ment. 

J'étais humiliée d'avoir fait une scène d'attendrissement; 



Mon Oncle et mon Curé 25 

d'autant i)lus humilicc (luc je ne savais pas pourquoi 
j'avais pleuré. Etait-ce de plaisir, de contrariété? 
Je n'aurais pu le dire, et je m'endormis en me 
répétant qu'il était inutile de chercher à analyser mon 
impression. 5 

Pendant le mois qui suivit, je dévorai la plupart des 
ouvrages de Walter Scott. Certes, depuis ce temps, j'ai 
eu des joies profondes et sérieuses, mais, quelque grandes 
qu'elles aient été, je ne sais si elles ont surpassé de beau- 
coup en vivacité celles que j'éprouvais pendant que mon 10 
esprit sortait de son brouillard comme un papillon de sa 
chrysalide. Je marchais de ravissement en ravissement, 
d'extase en extase. J'oubliais tout pour ne songer qu'à 
mes romans et aux personnages qui excitaient mon 
imagination. 15 

Quand le curé me définissait un problème, je pensais 
à Rébecca que j'avais laissée en tête à tête avec le 
Templier ; quand il me faisait un cours d'histoire, je 
voyais défiler devant mes yeux ces charmants héros parmi 
lesquels mon cœur volage avait déjà choisi une quinzaine 20 
de maris ; quand il m'adressait des reproches, je n'en 
entendais pas la moitié, étant occupée à me confectionner 
un costume semblable à celui d'Elisabeth d'Angleterre 
ou d'Amy Robsart. 

— Qu'avez-vous fait aujourd'hui! demandait- il en 25 
arrivant. 

— Rien. 

— Comment ! rien ? 

— Tout cela m'ennuie, disais-je d'un air fatigué. 

Le pauvre curé était consterné. Il préparait de longs 30 
discours et me les débitait tout d'une haleine, mais il 



20 Mon Oncle et mon Curé 

aurait produit autant d'effet en s'adressant à un Peau- 
Rouge. 

Enfin, je devins subitement très triste. Si ma tante ne 
me battait plus, elle se dédommageait en me disant des 

5 choses désagréables. Elle avait deviné que j'étais peinée 

d'être si petite. Elle ne perdait pas l'occasion de frapper 

sur ce point vulnérable, et de me répéter que j'étais laide. 

Peu de temps auparavant, je me trouvais très jolie, et 

j'avais beaucoup plus de confiance dans mon opinion que 

lo dans celle de ma tante. Mais, en faisant connaissance 

avec les héroïnes de Walter Scott, le doute surgit dans 

mon esprit. Elles étaient si belles que je me désolais 

en songeant qu'il fallait leur ressembler pour être aimée. 

Le curé, par sympathie, perdit ses sourires et ses 

15 couleurs. Il m'observait d'un air éploré, passait son 
temps à priser, en oubliant toutes les règles de l'art, 
cherchait à deviner mon secret et employait des moyens 
machiavéliques pour arriver à son but ; mais j'étais 
impénétrable. 

20 Un jour, je le vis se diriger vers la bibliothèque, mais 
je n'avais garde d'oublier la clef dans la serrure ; il revint 
sur ses pas en secouant la tête et en passant la main dans 
ses cheveux, lesquels, plus ébouriffés que jamais, pro- 
duisaient l'effet d'un panache. 

25 Je m'étais cachée derrière une porte, et, quand il 
passa près de moi, je l'entendis murmurer : 
" Je reviendrai avec la clef ! " 

Cette décision me contraria vivement. Je me dis 
qu'il découvrirait certainement mon secret et que je ne 

30 pourrais plus continuer mes chères lectures. 

J'allai aussitôt chercher plusieurs romans que j'emportai 



Mon Oncle et mon Curé 27 

dans ma chambre, et les rempla(j;ai sur les rayons par des 
livres pris au hasard ; mais, malgré mes précautions, je 
jugeai que le carreau de papier dont je m'étais servie 
pour remplacer la vitre brisée était un indice qui m'ac- 
cuserait hautement. 5 

C'est ce jour-là que, en examinant des lettres trouvées 
dans le bureau, je découvris l'origine de ma tante. 
C'était une arme contre elle, et je résolus de ne pas 
tarder à m'en servir. 

Le lendemain, à déjeuner, elle était de très mauvaise 10 
humeur. Dans cette disposition morale, si elle ne 
trouvait pas un prétexte pour m'être désagréable, elle 
s'en passait. 

Je rêvais à cet aimable Buckingham qui me paraissait 
adorable avec son insolence, ses beaux habits, ses 15 
bouffettes et son esprit, et je me demandais pourciuoi 
Alice Bridgenorth était au désespoir de se trouver chez 
lui, quand ma tante me dit sans préambule : 

— Que vous êtes laide ce matin. Reine ! 

Je sautai sur ma chaise. 20 

— Voilà ! dis-je en lui passant la salière. 

— Je ne demande pas le sel, sotte ! En vérité, vous 
devenez aussi stupide que laide ! 

Il est à remarquer que ma tante ne me tutoyait 
jamais. Du jour où elle était devenue la femme de mon 25 
oncle, elle avait cru se mettre à la hauteur de sa situation 
en supprimant le tutoiement de son vocabulaire. Elle 
disait vous même à ses lapins. 

— Je ne suis pas de votre avis, répondis-je sèchement, 

je me trouve très jolie. 30 

— La bonne farce ! s'écria ma tante. Jolie, vous ! 



28 Mon Oncle et mon Curé 

— Mieux vaut ressembler à une plante délicate qu'à 
un homme manqué, répliquai-je. 

Ma tante croyait fermement avoir été une beauté et 
n'entendait pas raillerie sur ce sujet. 
5 ■ — J'ai été belle, mademoiselle, si belle qu'on nous 
avait donné le nom d'une déesse, à ma sœur et à moi. 

— Votre sœur vous ressemblait-elle, ma tante ? 

— Beaucoup, nous étions jumelles. 

— Son mari a dû être bien malheureux, dis-je d'un 
lo ton pénétré. 

Ma tante lança une imprécation que je ne permettrai 
pas cà ma plume de répéter. 

— Du reste, repris-je avec calme, vous avez naturelle- 
ment le goût d'une femme du peuple, tandis que moi, 

15 je . . . 

Mais je restai la bouche ouverte au milieu de ma 
phrase ; ma tante venait de casser une assiette avec le 
manche de son couteau. Ce que j'avais dit rendait 
inutiles les efforts qu'elle avait faits jusqu'alors pour me 
20 cacher sa naissance et me vengeait entièrement de ses 
méchancetés envers moi. 

— ' Vous êtes un serpent ! s'écria-t-elle d'une voix 
étranglée. 

— Je ne crois pas, ma tante. 
25 — Un serpent ! 

— Vous l'avez déjà dit, répondis -je en avalant 
tranquillement ma dernière fraise. 

— Un serpent réchauffé dans mon sein, répéta ma 
tante, qui était trop en colère pour faire des frais 

30 d'imagination. 

Je secouai la tête, et me dis que si j'étais serpent, je 



Mon Oncle et mon Curé 29 

refuserais certainement de me trouver bien dans cette 
position. 

— Permettez, repris-je, j'ai étudié cet animal dans mon 
histoire naturelle, et je n'ai jamais vu (ju'il eût l'habitude 
d'être réchauffé dans le sein de qui que ce soit. 5 

Ma tante, toujours déconcertée quand je faisais allusion 
à mes lectures, ne répondit rien, mais l'expression de sa 
physionomie me parut si peu rassurante que je m'esquivai 
en chantant à tue-tête : 

Il était une fois un oncle de Pavol, de Pavol, de Pavol ! jo 

Nous étions au milieu de juin. Les papillons volaient 
de tous les côtés, les mouches bourdonnaient, l'air était 
imprégné de mille parfums ; bref, le temps me parut si 
séduisant que j'oubliai ma prudence ordinaire. Je pris 
mon livre et j'allai m'installer dans un pré, à l'ombre 15 
d'une meule de foin. 

J'avais le cœur un peu gros en songeant aux paroles 
de ma tante. II est certain qu'il était désolant d'être si 
petite, si petite ! Qui donc pourrait m'aimer jamais ? 
Mais je me consolai en lisant Pcveril du Pic. Parmi les 20 
romans de Walter Scott, c'était un de ceux que je 
préférais, précisément à cause de Fenella, dont la taille 
était certainement plus exiguë que la mienne. 

Tout à coup, je levai les yeux et jetai un grand cri en 
voyant le curé, debout, devant moi. Les bras croisés, 25 
il me regardait avec stupéfaction. Il semblait aussi 
consterné que ce personnage des contes de fées qui 
trouve ses diamants changés en noisettes. 

Je me levai un peu honteuse, car je l'avais abominable- 
ment attrapé. 30 



30 Mon Oncle et mon Curé 

— Oh ! Reine . . ., commença-t-il. 

— Mon cher curé, m'écriai-je en serrant Péveril du 
Pic sur mon cœur, je vous en prie, je vous en supplie, 
laissez-moi continuer. 

5 — Reine, ma petite Reine, jamais je n'aurais cru cela 
de vous ! 

Cette douceur m'attendrit d'autant plus que je n'avais 
pas la conscience très nette, mais, par une tactique 
éminemment féminine, je m'empressai de changer la 
lo question. 

— C'était une distraction, monsieur le curé, et je me 
trouve si malheureuse ! 

— Malheureuse, Reine ? 

— Croyez-vous que ce soit amusant d'avoir une tante 
15 comme la mienne ! Elle ne me bat plus, c'est vrai, mais 

elle me dit des choses qui me font tant de peine ! 

Que je connaissais bien mon curé ! Il avait déjà 
oublié ses griefs et ses sermons ; d'autant qu'il y avait un 
grand fonds de vérité dans mes paroles. 
20 — Est-ce pour cela que vous êtes si triste, mon bon 
petit enfant ? 

— Certainement, monsieur le curé. Pensez donc 
que ma tante me répète sur tous les tons que je suis 
laide à faire peur ! 

25 Mes yeux s'emplirent de larmes, car ce sujet m'allait 

droit au cœur. 

Le bon curé, très ému, se frotta le nez d'un air 

perplexe. Il était loin de partager les idées de ma tante 

sur ce point, et se demandait quel moyen il pourrait bien 
30 employer pour dissiper mon chagrin sans éveiller dans mon 

âme l'orgueil, la vanité et autres éléments de damnation. 



Mon Oncle et mon Curé 31 

— Voyons, Reine, il ne faut pas attacher trop d'im- 
portance à des choses qui périssent si vite. 

— En attendant ces choses existent, répliquai-je, me 
rencontrant, à deux siècles d'intervalle, avec la pensée de 
la plus belle fille de France. 5 

— Et puis, vous verrez peut-être des gens qui ne 
penseront pas comme Mme de Lavalle. 

— Etes-vous de ces gens-là, monsieur le curé ? Me 
trouvez-vous jolie ? 

— Mais . . . oui, répondit le curé d'un ton piteux. 10 

— Très jolie ? 

— • Mais . . , mais oui, répondit le curé sur le même 
ton. 

— Ah ! que je suis contente ! m'écriai-je en pirouettant. 
Que je vous aime, mon curé ! 15 

— C'est très bien. Reine ; mais vous avez commis 
une grande faute. Vous vous êtes introduite dans la 
bibliothèque au risque de vous casser le cou, et vous 
avez lu des livres que je ne vous aurais probablement 
jamais donnés. 20 

— Walter Scott, monsieur le curé, c'est Walter Scott ! 
ma littérature en dit beaucoup de bien. 

Et je lui narrai toutes mes impressions. Je parlai 
longtemps avec volubilité, ravie de voir que non seule- 
ment le curé ne songeait plus à me gronder, mais qu'il 25 
écoutait avec intérêt ce que je lui racontais. Devant 
mon entrain et ma gaieté, reparus comme par enchante- 
ment, il reprit subitement ses couleurs et sa physionomie 
souriante. 

— Allons, me dit -il, je vous permets de continuer à 30 
lire Walter Scott ; je le relirai même pour en parler avec 



32 Mon Oncle et mon Curé 

vous, mais promettez-moi de ue pas recommencer votre 
escapade ! 

Je le lui promis de grand cœur, et dès lors nous 
eûmes un nouveau sujet de discussions et de disputes, 
5 car, bien entendu, nous ne fûmes jamais du même avis. 

Mais bientôt l'intérêt que je prenais à mes romans se 
trouva effacé par un événement surprenant, inouï, qui 
arriva quelques semaines plus tard au Buisson. Un de 
ces événements qui n'ébranlent pas les empires sur leurs 
lo bases, mais qui jettent la perturbation dans le cœur ou 
l'imagination des petites filles. 



V 



C'ÉTAIT un dimanche. Il faisait une chaleur écrasante, 
et en revenant à la maison, Suzon nous dit : 

— 11 y aura de l'orage avant la fin de la journée. 

15 Cette prophétie me fit plaisir; un orage était un 
incident heureux dans ma vie monotone, et, malgré ma 
poltronnerie, j'aimais le tonnerre et les éclairs, bien qu'il 
m'arrivât de trembler de tous mes membres lorsque les 
roulements se succédaient avec trop de rapidité. 

20 Pendant la première partie de l'après-midi, j'errai 
comme une âme en peine dans le jardin et le petit bois. 
Je m'ennuyais à mourir, me disant avec mélancolie qu'il 
ne m'arriverait jamais quelque aventure, et que j'étais 
condamnée à vivre perpétuellement auprès de ma tante. 

25 Vers quatre heures, rentrant dans la maison, je montai 
dans le corridor du premier, et, le visage collé contre la 



Mon Oncle et mon Curé 33 

vitre d'une grande fenêtre, je m'amusai à suivre des yeux 
le mouvement des nuages qui s'amoncelaient au-dessus 
du Buisson et nous amenaient l'orage annonce par 
Suzon. 

Après quelques instants une voiture le'gère, que je 5 
n'avais pas entendue approcher, entra dans la cour. Un 
homme sauta à terre, dit quelques mots au domestique 
qui l'accompagnait et regarda autour de lui pour trouver 
à qui parler. 

L'inconnu franchit en deux enjambées les marches 10 
délabrées du perron et chercha la sonnette qui n'avait 
jamais existé ; ce que voyant et la patience n'étant point 
sa qualité dominante, il donna de grands coups de poing 
dans la porte. 

Ma tante, Suzon, surgirent ensemble devant lui, et je 15 
certifie que, dès cet instant, j'eus la plus favorable 
opinion de son courage, car il ne manifesta aucun effroi. 
Il salua légèrement, puis je compris d'après ses gestes 
que, le ciel menaçant l'ayant inquiété, il demandait à se 
réfugier au Buisson. 20 

Au même moment, en effet, l'orage éclata avec une 
grande violence ; on n'eut que le temps de mettre la 
voiture et le cheval à l'abri. 

Il est dit que la solitude rend timide ; mais, dans 
certains cas, elle produit l'effet contraire. Ne m'étant 25 
frottée à personne, n'ayant jamais rien comparé, j'avais 
la plus grande confiance en moi-même, et j'ignorais com- 
plètement ce que c'était que cet étrange sentiment qui 
annihile les facultés les plus brillantes et rend stupide 
l'homme le plus supérieur. 30 

Néanmoins, devant cette aventure qui semblait 



34 Mon Oncle et mon Curé 

évoquée par mes pensées, le cœur me battait bien fort, 
et j'hésitai si longtemps à entrer dans le salon que j'étais 
encore à la porte quand le curé arriva tout ruisselant, 
mais bien content. 
5 — Monsieur le curé, m'écriai-je en m'élançant vers lui, 
il y a un homme dans le salon ! 

— Eh bien. Reine ? un fermier, sans doute ? 

• — Mais non, monsieur le curé, c'est un homme 
véritable. 
lo — Comment, un homme véritable ? 

— Je veux dire que ce n'est ni un curé, ni un paysan ; 
il est jeune et bien habillé. Entrons vite ! 

Nous entrâmes, et je faillis jeter un cri de surprise en 

remarquant que ma tante avait une expression vraiment 

15 gracieuse et qu'elle souriait agréablement à l'inconnu, 

qui, assis en face d'elle, semblait aussi à l'aise que s'il 

s'était trouvé chez lui. 

Du reste, son aspect seul eût suffi pour dérider 
l'esprit le plus morose. Il était grand, assez gros, avec 
20 une figure épanouie, franche et ouverte. Ses cheveux 
blonds étaient coupés ras, il possédait des moustaches 
tordues en pointe, une bouche bien dessinée et des dents 
blanches qu'un rire franc et naturel montrait souvent. 
Toute sa personne respirait la gaieté et l'amour de la 
25 vie. 

Il se leva en nous voyant entrer, et attendit un instant 

que ma tante fît la présentation. Mais ce cérémonial 

était aussi ignoré d'elle que des habitants du Groenland, 

et il se présenta lui-même sous le nom de Paul de 

30 Conprat. 

— • De Conprat ! s'écria le curé ; êtes-vous le fils de cet 



Mon Oncle et mon Curé 35 

excellent commandant de Conprat (lue j'ai connu 
autrefois ? 

— Mon père est en effet commandant, monsieur le 
curé. Vous l'avez connu ? 

— Il m'a rendu service il y a bien des années. Quel 5 
brave, quel excellent homme ! 

— Je sais que mon père est aimé de tout le monde, 
répondit M. de Conprat, le visage plus épanoui que 
jamais. C'est pour moi un bonheur toujours nouveau 
de le constater. 10 

— Mais, reprit le curé, n'ètes-vous pas parent de M. 
de Pavol? 

• — Parfaitement ; cousin au troisième degré. 

— Voici sa nièce, dit le curé en me présentant. 
Malgré mon inexpérience, je m'aperçus fort bien que 15 

le regard de M. de Conprat exprimait une certaine 
admiration. 

— Je suis enchanté de faire la connaissance d'une 
aussi charmante cousine, me dit-il d'un ton convaincu 
en me tendant la main. 20 

Je mis ma main dans la sienne sans le moindre 
embarras. 

— Pas précisément cousins, dit le curé en prisant d'un 
air de jubilation ; M. de Pavol n'est que l'oncle par 
alliance de Reine : sa femme était une demoiselle de 25 
Lavalle. 

— Ça ne fait rien, s'écria M. de Conprat, je ne 
renonce pas à notre parenté. D'ailleurs, si l'on cherchait 
bien, on trouverait des alliances entre ma famille et celle 
des de Lavalle. 3° 

Nous nous mîmes à causer comme trois bons amis, et 



36 Mon Oncle et mon Curé 

il me sembla que nous nous étions toujours vus, connus 
et aimés. J'éprouvais cette impression bizarre qui fait 
supposer que ce qui se passe immédiatement sous vos 
yeux est déjà arrivé à une époque lointaine, si lointaine 
S qu'on n'en a gardé qu'un souvenir vague et presque effacé. 
Mais j'avais beau passer en revue dans mon esprit 
tous les héros de roman que je connaissais, je n'en 
trouvais pas un seul aussi dodu que mon héros à moi. 
Il était gros, cela ne faisait pas l'ombre d'un doute, mais 

lo si bon, si gai, si spirituel, que ce défaut physique se 
transforma promptement à mes yeux en une qualité 
transcendante. Bientôt même mes héros imaginaires me 
parurent totalement dénués de charme. Malgré leur 
taille élégante et toujours mince, ils étaient effacés, 

15 radicalement effacés par ce bon gros garçon bien vivant 
et tout joyeux que je revêtais mentalement d'une foule 
de qualités. 

Cependant, quoique l'orage eût diminué de violence, 
la pluie ne cessait pas, et, l'heure du dîner approchant, 

20 ma tante invita Paul de Conprat à le partager avec nous. 
Il déclara aussitôt qu'il avait une faim de cannibale et 
accepta' avec un empressement qui me ravit. 

Je m'esquivai un instant pour aller affronter la 
mauvaise humeur de Suzon. 

25 — Suzon, dis-je en entrant dans la cuisine, d'un air 
excité, M. de Conprat dîne avec nous. Avons-nous un 
gros chapon, du lait, des fraises, des cerises ? 

— Hé ! Seigneur, que d'affaires ! grogna Suzon ; il 
y a ce qu'il y a, voilà ! 

30 — Grande vérité, Suzon ! mais réponds-moi donc ! 
Un chapon, ce ne sera peut-être pas suffisant ? 



Mon Oncle et mon Curé 37 

— C'est pas un chapon, mademoiselle, c'est un 
dindon ; voyez un peu ! 

Et Suzon, avec un vif mouvement d'orgueil, ouvrit la 
rôtissoire et me fit admirer l'animal, qui, bien empâté 
par ses soins et ceux de Perrine, pesait au moins douze 5 
livres. La peau dorée se soulevait de place en place, 
prouvant ainsi la délicatesse, la tendresse de la chair 
qu'elle recouvrait, et offrant à mes yeux charmés le 
spectacle le plus réjouissant. 

— Bravo ! dis-je. Mais le lait égoutté, Suzon, est -il 10 
réussi ? Y en a-t-il beaucoup ? Et la salade, assaisonne- 
la bien ! 

— J'ai l'habitude de réussir ce que je fais, made- 
moiselle. D'ailleurs, ce monsieur n'est ni un prince ni 
un empereur, je suppose. C'est un homme comme un 15 
autre, il s'arrangera de ce qu'on lui donnera. 

— Un homme comme un autre, Suzon ! dis-je 
indignée. Tu ne l'as donc pas vu ? 

— Ma foi si, mademoiselle, je l'ai vu ! et entendu, je 
peux bien le dire ! Est-il permis à un chrétien de cogner 20 
ainsi à tour de bras à la porte d'une maison honnête? 
Après cela, amourachez-vous de lui, si vous voulez ! 

J'ouvrais le bouche pour répondre vertement, mais je 
m'arrêtai prudemment, en songeant que, pour se venger 
et me contrarier, Suzon serait bien capable de donner un 25 
coup de feu à son dindon. 

Quelques instants après, nous passâmes dans la salle 
à manger, et je ne pus m'empêcher de lancer un regard 
désolé sur la tapisserie sale et usée qui tombait en 
lambeaux. Ensuite, Suzon avait une manière bien 3° 
singulière de mettre le couvert ! Trois salières se 



38 Mon Oncle et mon Curé 

promenaient au milieu de la table en guise de surtout ; 

l'argenterie était jetée à la bonne franquette ; les bouteilles 

couraient les unes après les autres, tandis qu'une seule 

et unique carafe était placée de telle façon que chaque 
5 convive devait se disloquer un peu pour l'attraper, la 

table étant trois fois trop grande. 

Pour la première fois de ma vie, j'eus l'intuition que 

toutes les lois de la symétrie étaient violées par le goût 

fantasque de Suzon. 
10 Mais M. de Conprat avait un de ces heureux caractères 

qui prennent chaque chose du meilleur côté. Et puis il 

possédait la faculté de s'identifier au miUeu dans lequel il 

se trouvait. 

Il examina la table d'un air joyeux, avala son potage 
15 sans cesser de parler, fit des compliments à Suzon et 

poussa de véritables cris de joie à l'apparition du 

dindon. 

— Il faut avouer, monsieur le curé, dit-il, que la vie est 
une heureuse invention, et qu'Heraclite était doué d'une 

20 forte dose de stupidité. 

— .Ne médisons pas des philosophes, répondit le curé, 
ils ont quelquefois du bon. 

— Vous êtes plein de bienveillance, monsieur le curé. 
Pour moi, si j'étais gouvernement, je mettrais les fous 

25 dehors et les philosophes à leur place, en ayant soin de 
ne pas les isoler les uns des autres, de façon qu'ils 
puissent mieux se dévorer. 

— Qu'est-ce que c'est qu'Heraclite ? dit ma tante. 

— • Un imbécile, madame, qui passait son temps à 
30 pleurnicher. Était-ce ridicule, mon Dieu ! et l'avoir fait 
passer pour cela à la postérité ! 



Mon Oncle et mon Cure 39 

— Peut-être, insinuai-jc, vivait-il avec plusieurs tantes; 
ça lui avait aigri le caractère. 

M. de Conprat me regarda d'un air étonné et partit 
d'un grand éclat de rire. Le curé me fit les gros yeux, 
mais ma tante, aux prises avec le dindon, qu'elle découpait s 
avec art, je dois l'avouer, n'avait pas entendu. 

— L'histoire passe ce fait sous silence, ma cousine. 

— Dans tous les cas, repris-je, gardez-vous d'attaquer 
les hommes antiques ; M. le curé vous arracherait les 
yeux. 10 

— Ah ! les gredins, m'ont-ils fait enrager ! Je n'ai 
gardé d'eux qu'un souvenir : celui des pensums qu'ils 
m'ont valus. 

— Permettez, dit le curé, qui fit un effort pour 
ramener sur l'eau ses amis, en train de se noyer com- 15 
plètement dans mon opinion, permettez ! vous ne pouvez 
pas nier certaines belles vertus, certains actes héroïques 
qui . . . 

— Illusions, illusions ! interrompit Paul de Conprat. 
C'étaient des gredins insupportables, et, parce qu'ils sont 20 
morts, on les pare de vertus incroyables pour humilier 
ces pauvres vivants qui valent mieux qu'eux. Dieu ! 
l'excellent dindon ! 

Tout en parlant sans discontinuer, il mangeait avec 
un appétit et un entrain sans pareils. 25 

Les morceaux s'empilaient sur son assiette et disparais- 
saient avec une vélocité si remarquable qu'il arriva un 
moment où ma tante, le curé et moi nous restâmes, la 
fourchette en l'air, à le contempler dans un muet 
étonnement. 30 

— Je vous avais bien prévenus, nous dit-il en riant, que 



40 Mon Oncle et mon Curé 

j'avais une faim de cannibale, ce qui m'arrive, du reste, 
trois cent soixante-cinq fois par an. 

— Quel argent vous devez dépenser pour votre table ! 
s'écria ma tante, qui avait la spécialité de saisir le côté 

5 mercantile des choses et de dire ce qu'il ne fallait pas 
dire. 

— Vingt-trois mille trois cent soixante-dix-sept francs, 
madame, répondit M. de Conprat avec un grand sérieux. 

— Pas possible ! marmotta ma tante stupéfaite. 

10 — Vous semblez parfaitement heureux, monsieur, dit 
le curé en se frottant les mains. 

— Si je suis heureux, monsieur le curé ? Je crois 
bien ! Et voyons, là, franchement, est-il bien naturel 
d'être malheureux ? 

15 — Mais quelquefois, répondit le curé en souriant. 

— Ah ! bah ! les gens malheureux le sont le plus 
souvent par leur faute, parce qu'ils prennent la vie à 
l'envers. Voyez-vous, le malheur n'existe pas, c'est la 
bêtise humaine qui existe. 

20 — Mais voilà déjà un malheur, répliqua le curé. 

-^ Assez négatif en lui-même, monsieur le curé, et, 
de ce que mon voisin est bête, il ne s'ensuit pas que je 
doive l'imiter. 

— Vous aimez le paradoxe, monsieur ? 

25 — Point ; mais j'enrage quand je vois tant de gens 
assombrir leur existence par une imagination maladive. 
Je suppose qu'ils ne mangent pas assez, qu'ils vivent 
d'alouettes ou d'oeufs à la coque, et se détraquent la 
cervelle en même temps que l'estomac. J'adore la vie, 

30 je pense que chacun devrait la trouver belle et qu'elle 
n'a qu'un défaut : c'est de finir, et de finir si vite ! 



Mon Oncle et mon Curé 41 

Le dindon, la salade, le lait, tout était dévoré ; et ma 
tante regardait, avec une physionomie ([ui n'était plus du 
tout gracieuse, la carcasse du volatile sur lequel elle avait 
compté pour festoyer durant plusieurs jours. 

Nous allions quitter la table quand Suzon entr'ouvrit 5 
la porte et, passant la tète dans l'ouverture, nous dit d'un 
ton rogue : 

— J'ai fait du café, faut-il l'apporter? 

— Qui vous a permis . . ., commença ma tante. 

— Oui, oui, dis-je en l'interrompant vivement, apporte- 10 
le tout de suite. 

Je l'aurais bien embrassée pour cette bonne idée, 
mais ma tante ne partageait pas mon avis. Elle disparut 
pour aller se disputer avec Suzon, et nous ne la revîmes 
que dans le salon. 15 

— Vous avez une excellente cuisinière, ma cousine, dit 
Paul de Conprat en sirotant son café. 

— Oui, mais si grognon ! 

— C'est un détail, cela. 

— Et ma tante, comment la trouvez-vous ? demandai- 20 
je d'un ton confidentiel. 

— Mais . . . assez majestueuse, répondit M. de 
Conprat un peu embarrassé. 

— Ah ! majestueuse . . . vous voulez dire désagréable? 

— Reine ! murmura le curé. 25 

— Eh bien, parlons d'autre chose, monsieur le curé, 
mais je voudrais bien avoir l'heureux caractère de mon 
cousin et découvrir le bon côté de ma tante. 

— - Ayez un peu de philosophie pratique, charmante 
cousine, c'est là une base sérieuse pour le bonheur et la 30 
seule philosophie qui me paraisse avoir le sens commun. 



42 Mon Oncle et mon Curé 

— Quel malheur que vous ne soyez pas ma tante, 
comme nous nous aimerions ! 

— Pour cela, j'en réponds ! s'écria-t-il en riant, et 
nous n'aurions pas besoin de philosophie pour arriver à 

5 ce résultat. Mais si cela vous était égal, je préférerais 
ne pas changer de sexe et être votre oncle. 

• — ■ A propos d'oncle, dis-je, vous connaissez beaucoup 
M. de Pavol? 

— Oui, beaucoup ; ma propriété est à une lieue de la 
10 sienne. 

— Et sa fille, comment est-elle ? 

— J'ai joué bien souvent avec elle, quand elle était 
enfant ; mais, depuis quatre ans, je l'ai perdue de vue. 
On la dit fort belle. 

15 — Que je voudrais bien être au Pavol ! soupirai-je. 

Nous nous verrions souvent. 

— ■ Qui sait, petite cousine ? peut-être ne vous plairais- 

je plus si vous me connaissiez mieux. Cependant je 

puis certifier que je suis un brave garçon ; sauf que j'ai 
20 une passion pour le dindon et que j'aime les jolies 

femmes à la folie, je ne me connais pas le plus petit vice. 

— Aimer les jolies femmes, mais ce n'est pas un 
défaut ! Moi, je déteste les gens laids, ma tante, par 
exemple. Mais assimiler un dindon à une jolie femme, 

25 c'est peu flatteur pour cette dernière, mon cousin. 

— C'est vrai, je conviens que ma phrase était mal- 
heureuse. 

— Je vous pardonne, dis-je avec vivacité. Ainsi, 
vous me trouvez jolie ? 

30 II y avait au moins deux heures que je me répétais, 
en mon for intérieur, qu'il ne fallait pas laisser échapper 



Mon Oncle et mon Curé 43 

roccasion de m'éclairer par un avis carré et compétent 
sur un sujet palpitant d'intérêt pour moi. Depuis le 
commencement du dîner, j'attendais avec impatience le 
moment de placer ma question. Non pas que j'eusse 
des doutes sur la réponse ; mais s'entendre dire, bien 5 
directement et bien en face, qu'on est jolie par autre 
chose qu'un curé . . ., c'est vraiment délicieux ! 

— Jolie, ma cousine ! vous êtes ravissante ! 

Le malheureux curé, pendant cette conversation, 
avait un avant- goût des peines du purgatoire. Il 10 
s'épongeait la figure, et avalait avec effort son café, qui 
lui semblait plein d'amertume. 

— M. de Conprat se moque de vous, me dit-il. 

— Est-ce vrai, mon cousin ? 

— Mais pas du tout, répondit Paul de Conprat, qui 15 
m'avait l'air de s'amuser énormément. 

— Quel bonheur ! Et comme c'est agréable les 
hommes, quoi qu'en dise ma tante. 

— Passons dans le salon, mademoiselle de Lavalle, 
dit le curé en se levant. 20 

— Bon, pensai-je, voilà le curé fâché. Je n'ai pourtant 
rien dit de travers. 

La pluie avait cessé, les nuages s'étaient dispersés, et 
je proposai à Paul de Conprat de faire une promenade 
dans le jardin. Et nous voilà partis sans attendre de 25 
permission, suivis du curé qui nous lançait des regards 
presque sombres et pensait que sa chère brebis était en 
voie de perdition. 

Nous courions comme des enfants dans l'herbe 
mouillée, nous trempant les pieds et les jambes en riant 30 
aux éclats. Nous causions, nous bavardions, moi surtout. 



44 Mon Oncle et mon Curé 

racontant les événements de ma vie, mes petits chagrins, 
mes rêves et mes antipathies. 

Oh ! la bonne, la charmante, la déhcieuse soirée ! 

M. de Conprat grimpa dans un cerisier, et l'arbre, 
5 secoué violemment, laissa tomber sur moi toute la pluie 
dont il était chargé. La bouche pleine de cerises, et du 
haut de son cerisier, il s'écriait que les gouttes d'eau 
brillaient dans mes beaux cheveux comme une parure 
idéale et qu'il n'avait jamais rien vu de si joli, 
lo — Et Suzon, me disais -je, qui prétend que c'est un 
homme comme un autre ! Est -il possible d'être aussi 
sotte ! 

Nous revînmes dans le salon, où l'on fit une grande 
flambée pour nous sécher. Assis à côté l'un de l'autre, 
15 Paul de Conprat et moi, nous continuâmes la conversa- 
tion sur un ton mystérieux. 

Ma tante, abasourdie par mon audace, ma liberté et 

la joie qui rayonnait sur mon visage, ne disait rien. Le 

curé, ravi de me voir contente, n'en était pas moins si 

2o vivement préoccupé qu'il oubliait de se mettre en tiers 

entre nous. Ah ! la bonne soirée ! 

Enfin, M. de Conprat se leva pour partir, et nous le 
conduisîmes dans la cour. 

Il fit des adieux affectueux au curé et remercia ma 
25 tante ; puis, arrivé à moi, il prit ma main et me dit à 
voix basse : 

— J'aurais désiré que cette soirée n'eût jamais de fin, 
ma cousine. 

— Et moi donc ! mais vous reviendrez, n'est-ce pas ? 
30 — Certes ; et dans peu de temps, j'espère ! 

Cependant, les jours s'écoulant et Paul de Conprat ne 



Mon Oncle et mon Curé 45 

revenant pas, mon système nerveux s'ébranla et manifesta 
une irritabilité de mauvais augure. Un mois après 
l'aventure mémorable, j'avais perdu mes espérances, ma 
quiétude, et, l'ennui aidant, je tombai dans une morne 
tristesse. 5 

C'est alors que le curé se brouilla avec ma tante, qui 
le mit à la porte. 

Assise sous la fenêtre du salon, j'entendis la conversa- 
tion suivante : 

— Madame, dit le curé, je viens vous parler de Reine. 10 

— Pourquoi cela ? 

— Cette enfant s'ennuie, madame. La visite de M. 
de Conprat a ouvert à son esprit des horizons déjà 
éclaircis par les quelques romans qu'elle avait lus. Il lui 
faut de la distraction. 15 

— De la distraction ! Où voulez-vous que je la 
prenne ? Je ne peux pas remuer, je suis malade. 

— Aussi, madame, je ne compte pas sur vous pour la 
distraire. 11 faut écrire à M. de Pavol et le prier de 
prendre Reine chez lui pendant quelque temps. 20 

— Écrire à M. de Pavol ! . . . certes non ! La 
petite ne voudrait plus revenir ici. 

— C'est possible, mais c'est là une considération 
secondaire dont on s'occupera plus tard. Ensuite, elle 
est appelée à vivre un jour ou l'autre dans le monde, il 25 
me paraît nécessaire qu'elle change sa manière de vivre 

et voie beaucoup de choses dont elle n'a pas la moindre 
idée. 

— Je n'entends pas cela, monsieur le curé, Reine ne 
sortira pas d'ici. 3° 

— Mais, madame, repartit le curé qui s'échauffait, je 



40 Mon Oncle et mon Curé 

vous répète que c'est urgent. Reine est triste, sa tête 
est vive et travaille beaucoup, je suis certain qu'elle 
s'imagine être éprise de M. de Conprat. 

— Ça m'est égal ! dit ma tante, qui était bien in- 
5 capable de comprendre les raisons du curé. 

— On a écrit que la solitude était l'avocat du diable, 
madame, et c'est parfaitement vrai pour la jeunesse. La 
solitude est contraire à Reine ; un peu de distraction lui 
fera oublier ce qui n'est, en somme, qu'un enfantillage. 

lo " Qu'un curé a de drôles d'idées ! pensai-je. Traiter 
légèrement une chose si sérieuse et croire que j'oublierai 
un jour M. de Conprat ! " 

— Monsieur le curé, reprit ma tante de sa voix la 
plus sèche, mêlez-vous de ce qui vous regarde. Je ferai 

15 à ma tête, et non à la vôtre. 

— Madame, j'aime cette enfant de tout mon cœur et 
je n'entends pas qu'elle soit malheureuse ! répliqua le curé 
sur un ton que je ne lui connaissais pas. Vous l'avez 
enterrée au Buisson, vous ne lui avez jamais donné la 

20 moindre satisfaction, et je puis dire que, sans moi, elle 
eût grandi dans l'ignorance, l'abrutissement, et qu'elle 
eût été une petite plante sauvage ou étiolée. Je vous 
le répète, il faut écrire à M. de Pavol. 

— C'est trop fort ! s'écria ma tante, furieuse ; ne suis- 
25 je pas la maîtresse chez moi? Sortez d'ici, monsieur le 

curé, et n'y remettez pas les pieds. 

— Très bien, madame, je sais maintenant ce que je 
dois faire, et je vois clairement aujourd'hui que, si je 
n'ai pas agi plus tôt, c'est que j'étais aveuglé par le 

30 plaisir égoïste de voir ma petite Reine constamment. 
Le curé me trouva dans l'avenue tout éplorée. 



Mon Oncle et mon Curé 47 

— Est-il possible, mon bon curé ! . . . Mis à la porte 
à cause de moi ! . . . Qu'allonsnous devenir si nous ne 
nous voyons plus ? 

— Vous avez entendu la discussion, mon petit 
enfant ? 5 

— Oui, oui, j étais sous la fenêtre. Ah ! quelle 
femme ! quelle . . . 

— Allons, allons, du calme, Reine, reprit le curt', qui 
était tout rouge et tout tremblant. Ce soir même, 
j'écris à votre oncle. 10 

— Écrivez vite, mon cher curé. Pourvu qu'il vienne 
me chercher tout de suite ! 

— Espérons-le, répondit le curé avec un bon sourire 
un peu triste. 

Mais différents devoirs l'empêchèrent d'écrire le soir 15 
même à M. de Pavol, et, le lendemain, ma tante, qui 
luttait depuis quelques semaines contre la maladie, 
tombait dangereusement malade. Cinq jours plus tard, 
la mort frappait à la porte du Buisson et changeait la 
face de ma vie. . . 20 



VI 



Vraiment, la vie est une chose bien étrange ! Qui 
aurait cru, quinze jours plus tôt, que mes rêves se 
réaliseraient si promptement et que je verrais prochaine- 
ment M. de Conprat ? Cette idée séduisante chassa les 
derniers nuages qui assombrissaient mon esprit, et je me 25 
pris à songer que le firmament était beau, la vie douce, 



48 Mon Oncle et mon Curé 

et que les tantes qui s'en vont au ciel ou dans le purgatoire 
sont douées d'une raison supérieure. 

Ma seconde pensée fut pour mon oncle. Je 
m'inquiétais extrêmement de l'impression que j'allais 
5 produire sur lui, et j'avais conscience que la robe noire 
et le singulier chapeau dont Suzon m'avait fagotée étaient 
bien ridicules. Ce malheureux chapeau me causait une 
torture véritable, j'entends une torture morale. Fabriqué 
avec du crêpe qui datait de la mort de M. de Lavalle, il 

lo offrait l'apparence d'une galette que des limaçons effrontés 
auraient choisie pour théâtre de leurs ébats. Il m'en- 
laidissait évidemnient, et, cette idée ne pouvant pas se 
supporter, j'ôtai mon chapeau, j'en fis un bouchon et je 
le mis dans ma poche, dont l'ampleur, la profondeur 

15 faisaient honneur au génie pratique de Suzon. 

Ensuite j'étais tourmentée par la crainte de paraître 
stupide, car je savais qu'une multitude de choses, qui 
semblent naturelles à tout le monde, seraient pour moi la 
source de surprises et d'admirations. Je résolus donc, 

20 pour ne point mettre mon amour-propre en péril de 
moquerie, de dissimuler soigneusement mes étonne- 
ments. 

Ces diverses préoccupations m'empêchèrent de trouver 
la route longue, et je me croyais encore bien loin de 

25 C . . ., lorsque nous étions sur le point d'y entrer. 
Nous nous rendîmes directement à la gare, après avoir 
traversé la ville aussi rapidement que le permettaient les 
jambes raides de notre cheval. 

Mon oncle n'étant ni grand ni maigre, je me l'étais 

30 naturellement figuré sec et long. Aussi fus-je assez 
étonnée quand je vis un bonhomme à la démarche 



Mon Oncle et mon Curé 49 

lourde s'approcher de la carriole et s'écrier, — si tant 
est que mon oncle criât jamais : 

— Bonjour, ma nièce; je crois vraiment que j'ai failli 
attendre. 

Il me donna la main pour descendre de voiture et 5 
m'embrassa cordialement. Après quoi, m'examinant de 
la tète aux pieds, il me dit : 

— Pas plus haute qu'une elfe, mais diablement jolie ! 

— C'est bien mon avis, mon oncle, répondis-je en 
baissant modestement les yeux. 10 

— Ah ! c'est votre avis ? 

— Mais oui ; et celui de mon curé, et celui de . . . 
Mais voici une lettre du curé pour vous, mon 
oncle. 

— Pourquoi n'est-il pas ici? 15 

— lia été retenu par plusieurs cérémonies religieuses. 

— Tant pis, j'aurais été content de le voir. Vous 
n'avez pas de chapeau, ma nièce ? 

— Si, mon oncle ; il est dans ma poche. 

— Dans votre poche ! Pourquoi cela ? 20 

— Parce qu'il est affreux, mon oncle. 

— Belle raison ! A-t-on jamais vu porter son chapeau 
dans sa poche ! On ne voyage pas sans chapeau, ma 
petite. Dépèchez-vous de vous coiffer pendant que je 
fais enregistrer vos bagages. 25 

Assez déconcertée par cette algarade, je replantai 
mon chapeau sur ma tète, non sans constater qu'un 
voyage dans une poche n'était nullement hygiénique 
pour ce spécimen de l'industrie humaine. 

Après cela je fis mes adieux à Jean et à Perrine. 30 

— Ah ! mamselle, me dit Perrine, vous seriez une belle 

E 



50 Mon Oncle et mon Curé 

et bonne vache que je n'aurais pas plus de chagrin en 
vous quittant. 

— Grand merci ! dis-je moitié riant, moitié pleurant. 
Embrassons-nous, et adieu ! 

5 J'embrassai les joues fermes et rouges de Perrine, sur 
lesquelles, je le crains bien, plus d'un mécréant au parler 
doux avait déposé quelques baisers furtifs ou retentissants. 

— Adieu, Jean. 

— A vous revoir, mamselle, dit Jean en riant bêtement, 
10 manière comme une autre de manifester de l'émotion. 

Quelques instants après, j'étais dans le train, assise 
en face de mon oncle, absolument effarée, étourdie par 
le mouvement de la gare et la nouveauté de ma position. 
Quand je fus un peu remise, j'examinai M. de Pavol. 

15 Mon oncle, de hauteur moyenne, bien charpenté, 
avec des épaules larges, des mains épaisses, rouges, peu 
soignées, n'offrait point au premier abord un aspect 
aristocratique. Il avait le visage coloré, le front haut, le 
nez gros et les cheveux en brosse coupés très court ; les 

2Q yeux étaient petits, scrutateurs, profondément enfoncés 
sous des sourcils touffus et proéminents. Mais, sous ces 
dehors communs, on découvrait promptement l'homme 
du monde et l'homme de race. Le trait saillant de son 
visage, ce qui frappait le plus chez lui, c'était sa bouche. 

25 D'un dessin ferme, vigoureux et assez beau, quoique la 
lèvre inférieure fût un peu épaisse, cette bouche avait 
une expression fine, ironique, moqueuse, narquoise, 
gouailleuse, qui démontait les moins timides et les 
clouait au carreau. En l'étudiant, on oubliait complète- 

30 ment les vulgarités que pouvait présenter le physique de 
mon oncle, ou, pour mieux dire, on ne trouvait plus rien 



Mon Oncle et mon Curé 51 

de vulgaire en lui, et l'on convenait que sa nature rustitiue 
était un cadre qui faisait admirablement ressortir cette 
bouche spirituelle. 

Mon oncle ne parlait pas beaucoup, et toujours avec 
lenteur, mais le mot portait généralement. Il se plaisait 5 
parfois à employer des expressions énergiques qui 
produisaient un effet d'autant plus singulier qu'elles 
étaient dites lentement et posément. Il n'avait guère 
que soixante ans ; néanmoins, étant sujet à de fréquents 
accès de goutte, son esprit était un peu alourdi par la 10 
souffrance physique. Mais, s'il n'avait plus la vivacité 
de repartie d'autrefois, sa bouche, par un mouvement 
souvent presque imperceptible, exprimait toutes les 
nuances qui existent entre l'ironie, la finesse, la moquerie 
franche ou gouailleuse, et j'ai vu des gens pulvérisés par 15 
mon oncle avant qu'il eût articulé un mot. 

J'étais naturellement trop inexpérimentée pour faire 
immédiatement une étude approfondie de M. de Pavol, 
mais je le regardais avec le plus grand intérêt. Lui, de 
son côté, tout en lisant la lettre que j'avais apportée, 20 
jetait de. temps en temps un regard observateur sur moi, 
comme pour constater que ma physionomie ne con- 
tredisait pas les assertions du curé. 

— "Vous me regardez bien fixement, ma nièce, me dit- 
il ; me trouveriez-vous beau, par hasard ? 25 

— Pas le moins du monde. 
Mon oncle fit une légère grimace. 

— Voilà de la franchise, ou je ne m'y connais pas. Et 
pourriez-vous me dire pourquoi vous êtes si pâle ? 

— Parce que je meurs de peur, mon oncle. 30 

— Peur ! et de quoi ? 



52 Mon Oncle et mon Curé 

— Nous allons si vite, c'est effrayant ! 

— Ah ! très bien, je comprends, c'est la première fois 
que vous voyagez. Rassurez-vous, il n'y a aucun danger. 

— Et ma cousine, mon oncle, est-elle au Pavol ? 

5 — Certainement ; elle se réjouit beaucoup de faire 
votre connaissance. 

Mon oncle m'adressa quelques questions sur ma tante, 

sur ma vie au Buisson, puis il prit un journal et ne dit 

plus un mot jusqu'à notre arrivée à V . . . 

lo Nous montâmes alors dans un landau à deux chevaux, 

qui devait nous conduire au Pavol. On empila comme 

on put mes colis grossiers dans cet élégant véhicule, où ils 

-^ faisaient une piètre figure qui m'humiliait profondément. 

A peine installé, mon oncle me donna un sac de 

15 gâteaux pour me réconforter et se plongea dans un 

nouveau journal. 

Cette manière de procéder commença à m'agacer. 
Outre qu'il n'est pas dans ma nature de rester 
silencieuse très longtemps, j'avais un grand nombre de 
20 questions à faire. De sorte que lorsque je fus blasée sur 
le plaisir de me sentir emportée dans une voiture jolie, 
douce, bien capitonnée, je me hasardai à rompre le 
silence. 

— ■ Mon oncle, dis-je, si vous vouliez ne plus lire, nous 
25 pourrions causer un peu. 

— Volontiers, ma nièce, répondit mon oncle en 
pliant immédiatement son journal. Je croyais vous être 
agréable en vous abandonnant à vos pensées. Sur 
quoi allons-nous disserter? Sur la question d'Orient, 

30 l'économie politique, l'habillement des poupées ou les 
mœurs des sapajous ? 



Mon Oncle et mon Curé 53 

— Tout cela m'intéresse peu ; et quant aux mœurs 
des sapajous, j'imagine, mon oncle, que j'en sais autant 
que vous là-dessus. 

— Très possible, en effet, répliqua M. de Pavol, assez 
étonné de mon aplomb. Eh bien, choisissez votre sujet. 5 

— Dites-moi, mon oncle, n'êtes -vous pas un peu 
mécréant ? 

— Hein I que diable dites-vous là, ma nicce ? 

— Je vous demande, mon oncle, si vous n'êtes pas 
un peu mécréant ou sacripant ? 10 

— Vous . . . moquez-vous de moi? s'écria mon 
oncle en employant un verbe fort peu parlementaire. 

— Ne vous fâchez pas, mon oncle, c'est une étude de 
mœurs que je commence, plus intéressante que celle 
concernant les sapajous. Je veux savoir si ma tante 15 
avait raison ; elle prétendait que tous les hommes sont 
des sacripants ? 

— Votre tante n'avait donc pas le sens commun ? 

— Elle en a eu beaucoup quand elle est partie pour 
l'autre monde, mais pas autrement, répondis-je tran- 20 
quillement. 

M. de Pavol me regarda avec une surprise manifeste. 

— Ah ! vraiment, ma nièce ! voilà une manière un peu 
crue d'exprimer votre pensée. Vous ne vous entendiez 
donc pas avec Mme de Lavallc ? 25 

— Pas du tout. Elle était très désagréable et m'a 
battue plus d'une fois. Demandez au curé, qu'elle a mis 
à la porte à cause de moi parce qu'il défendait mes 
intérêts. Et comment se fait-il, mon oncle, que vous 
m'ayez laissée si longtemps avec elle ? C'était une 30 
femme du peuple, et vous ne l'aimiez pas. 



54 Mon Oncle et mon Curé 

— Quand vos parents sont morts, Reine, ma femme 
était très malade, et je fus trop heureux que ma belle- 
sœur voulût bien se charger de vous. Je vous revis 
lorsque vous aviez six ans ; vous paraissiez alors gaie et 

5 bien soignée, et depuis, ma foi ! je vous avais presque 
oubliée Je le regrette vivement aujourd'hui, puisque 
vous n'étiez pas heureuse. 

- — Vous me garderez toujours auprès de vous main- 
tenant, mon oncle ? 

lo — Certes, oui, répondit M. de Pavol presque avec 
vivacité. 

— Quand je dis toujours . . ., je veux dire jusqu'à 
mon mariage, car je me marierai bientôt. 

— Vous vous marierez bientôt ! Comment, vous 
15 sortez à peine de nourrice et vous parlez de vous marier 1 

Le mariage est une sotte invention, apprenez cela, ma 
nièce. 

— Pourquoi donc? 

— Les femmes ne valent pas le diable ! répondit 
20 mon oncle d'un accent convaincu. 

Je me rejetai, saisie, dans mon coin, tout en pensant 
que cette appréciation n'était pas bien flatteuse pour ma 
tante de Pavol. Quand j'eus ruminé la sentence de 
mon oncle, je repris : 
25 — Mais puisque j'épouserai un homme, cela m'est 
parfaitement égal que les femmes ne valent pas le diable. 
Mon mari se débrouillera avec moi comme il pourra. 

— Voilà de la logique. Vous savez raisonner, à ce 
qu'il paraît ! Les jeunes filles ont la rage de se marier, 

30 c'est connu. 

— Ma cousine partage donc mes idées ? 



Mon Oncle et mon Curé 55 

— Oui, répondit mon oncle, assombri. 

— Ah ! tant mieux ! dis-jc en me frottant les mains. 
Est-elle grande, ma cousine? 

— Grande et belle, répliqua M. de Pavol avec com- 
plaisance, une véritable déesse et la joie de mes yeux. 5 
Du reste, vous allez la voir dans un instant, car nous 
arrivons. 

Nous tournions en effet dans une avenue de grands 
ormes qui conduisait au château. 

Ma cousine nous attendait sur le perron. Elle me 10 
reçut dans ses bras avec la majesté d'une reine qui 
accorde une grâce à ses sujets. 

— Dieu, que vous êtes belle ! dis-je en la regardant 
avec stupéfaction. 

Elle avait des cheveux bruns plantés bas sur le front, 15 
un profil grec d'une pureté parfaite, une carnation 
superbe, des yeux bleus avec des cils foncés et des 
sourcils bien dessinés. Grande, forte, elle eût porté 
plus de di.x-huit ans si sa bouche, malgré un arc un peu 
dédaigneux qui menaçait de trop s'accentuer plus tard, 20 
n'avait eu des mouvements enfantins dénotant une 
grande jeunesse. Sa démarche et ses gestes étaient 
lents, un peu nonchalants, toujours harmonieux sans 
aucune affectation. Un ami de M. de Pavol avait dit 
un jour en riant qu'à vingt-cinq ans elle ressemblerait 25 
trait pour trait à Junon. Le nom lui en resta. 

Je me pris subitement d'une passion véritable pour 
ma splendide cousine, et mon oncle s'amusait beaucoup 
de mon ébahissement. 

— Vous n'avez donc jamais vu de jolies femmes, ma 30 
nièce ? 



56 Mon Oncle et mon Curé 

— Je n'ai rien vu du tout, puisque j'étais enterrée 
vive dans un trou. 

— Vous pouviez vous regarder dans la glace, Reine ; 
M. de Conprat nous avait bien dit que vous étiez jolie. 

5 — Paul de Conprat ? m'écriai-je. 

— C'est vrai, reprit mon oncle, j'ai oublié de vous 
parler de lui. Il paraît qu'il s'est réfugié au Buisson un 
jour d'orage ? 

— Je m'en souviens bien, répondis-je en rougissant. 
10 — Viendra-t-il déjeuner lundi, Blanche ? 

— Oui, père ; le commandant a écrit un mot 
aujourd'hui pour accepter l'invitation. Qui donc vous 
a habillée, Reine ? 

— Suzon, un diminutif de ma tante pour le mauvais 
15 goût et la bêtise, répondis-je avec dépit. 

— Nous remédierons cà la pénurie de votre toilette 
dès demain, ma nièce. Seulement, ayez un peu plus de 
respect pour la mémoire de Mme de Lavalle. Vous ne 
l'aimiez pas, mais elle est morte, et paix à son âme ! 

20 Venez dîner, Junon vous conduira ensuite dans vos 
appartements. 

Je passai une partie de la nuit à ma fenêtre, rêvant 

délicieusement et contemplant les masses sombres des 

hauts arbres de ce Pavol, où je devais rire, pleurer, 

25 m'amuser, me désoler, et voir ma destinée s'accomplir. 

Je me trouvais si heureuse que mon curé, ce soir-là, 

n'était plus dans mes souvenirs qu'un point imperceptible. 



Mon Oncle et mon- Curé 57 



VII 



Le lundi matin, je me levai avec le sentiment d'un 
bonheur très vif. Dans la nuit, j'avais rêvé h Paul de 
Conprat, et je m'étais éveillée en jetant un cri de joie. 

Le plaisir de mettre pour la première fois une robe 
telle que je n'en avais jamais eu ajoutait encore à mon 5 
allégresse, et, lorsque je fus habillée, je me contemplai 
longuement dans une admiration silencieuse. Puis je 
me pris à tourbillonner dans un accès de bonheur 
exubérant, et je faillis renverser mon oncle dans un 
corridor. 10 

— Où courez-vous ainsi, ma nièce ? 

— Dans les chambres, mon oncle, pour me voir dans 
toutes les glaces. Voyez comme je suis bien ! 

— Pas mal, en effet. 

— N'est-ce pas que ma taille est jolie avec une robe 15 
bien faite ? 

— Charmante ! répondit M. de Pavol, que ma joie 
paraissait enchanter et qui m'embrassa sur les deux joues. 

— Ah ! mon oncle, que je suis heureuse ! M'est 
avis, comme disait Perrine, que le cas extraordinaire se 20 
présentera bientôt. 

Là-dessus je disparus et me précipitai comme une 
trombe dans la chambre de Junon. 

— Regarde ! criai-je en tournant si vivement sur moi- 
même que ma cousine ne pouvait voir qu'un tourbillon. 25 

Nous nous installâmes dans le salon en attendant nos 
convives, et bientôt mon oncle arriva, accompagné du 
commandant de Conprat, auquel il me présenta. 



58 Mon Oncle et mon Curé 

Mon Dieu, l'excellente figure que celle du com- 
mandant ! 

Il avait les yeux limpides comme ceux d'un enfant, 
avec des moustaches et des cheveux blancs comme la 
5 neige ; une physionomie si bonne, si bienveillante, qu'il 
me rappela mon curé, bien qu'il n'y eût entre eux aucune 
ressemblance véritable. Je me seniis aussitôt attirée 
vers lui, et je vis que la sympathie était réciproque. 

— Une petite parente dont j'ai entendu parler, me 
lo dit-il en me prenant les mains ; permettez-moi de vous 

embrasser, mon enfant, j'ai été l'ami de votre père. 

Enfin, son fils entra ! . . . 

Il donna une poignée de main à ma cousine et me 
salua si cérémonieusement que je restai interdite. 
15 — - Donnez-moi donc la main, dis-je ; vous savez bien 
que nous nous connaissons. 

— J'attendais votre bon plaisir, mademoiselle. 

— Quelle bêtise ! 

— • Eh bien. Reine ! gourmanda mon oncle. 

20 — Une fleur un peu sauvage, dit le commandant en 

me regardant avec amitié, mais une jolie fleur, vraiment ! 

Ces paroles ne réussirent pas à dissiper l'irritation 

que j'éprouvais sans trop savoir pourquoi, et je restai 

quelque temps silencieuse dans mon coin, à observer M. 

25 de Conprat, qui causait gaiement avec Blanche. Ah ! 
qu'il me plaisait ! et que le cœur me battait pendant que 
je retrouvais en lui ce bon rire, ces dents blanches, ces 
yeux francs auxquels j'avais tant rêvé dans mon affreuse 
vieille maison ! Et ma tante, mon curé, Suzon, le jardin 

30 mouillé, le cerisier dans lequel il avait grimpé défilaient 
dans mes souvenirs comme des ombres fugitives. 



Mon Oncle et mon Curé 59 

Bientôt je me mêlai ;\ la conversation, et j'avais 
recouvré une jiarlie de ma bonne humeur quand nous 
passâmes dans la salle à manger. 

Placée entre le curé et M. de Conprat, j'attaquai 
immédiatement celui-ci. 5 

— Pourcjuoi n'étes-vous pas revenu au Buisson? lui 
dis-je. 

— Je n'ai pas été libre de mes actions, ma cousine. 
- — • L'avez-vous regretté au moins ? 

— Vivement, je vous assure. 10 

— Pourquoi donc ne me donniez-vous pas la main en 
arrivant ? 

— Mais c'était à vous de le faire, mademoiselle, selon 
l'étiquette. 

— Ah ! l'étiquette ! vous n'y pensiez pas là-bas ! 15 

— Nous étions dans des conditions particulières et 
loin du monde, à coup sûr ! répondit-il en souriant. 

— Est-ce que le monde empêche d'être aimable ? 

— Mais pas précisément ; seulement, les convenances 
répriment souvent l'élan de l'amitié. 20 

— C'est bien niais ! dis-je d'un ton bref. 

Mais je fus assez satisfaite de l'explication pour 
retrouver tout mon entrain. Toutefois, je m'aperçus, 
en causant avec lui, qu'il n'attachait point la même 
importance que moi aux paroles qu'il m'avait dites au 25 
Buisson. Mais j'étais si heureuse de le voir, de lui 
parler, que, dans le moment, cette petite déception glissa 
sur mon âme sans entamer sa sécurité. 

M. de Conprat nous apprit qu'il y aurait plusieurs 
bals dans le mois d'octobre. 30 

— J'en suis charmée, répondit Junon. 



6o Mon Oncle et mon Curé 

— Tu m'apprendras à danser, dis-je en sautant déjà 
sur ma chaise. 

— Je demande à être professeur, s'écria Paul de 
Conprat. 

5 — Paul est un valseur émérite, dit le commandant ; 
toutes les femmes désirent valser avec lui. 

— Et puis il est charmant ! répliquai-je avec onction. 
Le commandant et son fils se mirent à rire ; le 

curé et les deux amis de mon oncle me regardèrent 
lo en souriant et en hochant la tête d'une façon pater- 
nelle. Mais le visage de M, de Pavol prit une expres- 
sion mécontente, et ma cousine releva ses sourcils 
par un mouvement qui lui était particulier quand 
quelque chose lui déplaisait, mouvement rempli d'un 
15 tel dédain que j'eus la sensation pénible d'avoir dit 
une bêtise. 

Après le déjeuner, nous circulâmes dans les bois ; 
j'avais retrouvé ma gaieté et je parlais sans m'arrêter, 
m'amusant à contrefaire la tournure et l'accent d'un de 
20 nos convives dont les ridicules m'avaient frappée. 

— Reine, que tu es mal élevée ! disait Blanche. 

— Il parle ainsi, répondis-je en me pinçant le nez 
pour imiter la voix de ma victime. 

Et M. de Conprat riait; mais Junon s'enveloppait 
25 dans une. dignité imposante qui ne me troublait pas le 
moins du monde. 

Il arriva un moment où je me trouvai près de lui 
pendant que ma cousine marchait devant nous d'un air 
nonchalant. Je m'aperçus qu'il la regardait beaucoup. 
30 — Qu'elle est belle, n'est-ce pas ? lui dis-je dans 
l'innocence de mon cœur. 



Mon Oncle et mon Curé 61 

— Belle, bien belle ! re'pondit-il d'une voix contenue 
qui me fit tressaillir. 

Un doute et un pressentiment me traversèrent l'esprit ; 
mais, à seize ans, ces sortes d'impressions s'envolent et 
disparaissent comme les papillons qui voltigeaient autour 5 
de nous, et je fus d'une gaieté folle jusqu'au moment où 
nos invités prirent congé de M. de Pavol. 

Quand ils furent partis, mon oncle se retira dans son 
cabinet et me fit comparaître devant lui. 

— Reine, vous avez été ridicule ! 10 

— Pourc^uoi donc, mon oncle ? 

— On ne dit pas à un jeune homme qu'il est charmant, 
ma nièce. 

— Mais puisque je le trouve, mon oncle. 

— Raison de plus pour ne pas le dire. 15 

— Comment ! repartis-je, interloquée. Alors je de- 
vais dire que je le trouvais anticharmant ? 

— Vous ne deviez pas aborder ce sujet. Ayez 
l'opinion qu'il vous plaira d'avoir, mais gardez -la pour 
vous. 20 

— C'est pourtant bien naturel de dire ce qu'on pense, 
mon oncle ! 

— Pas dans le monde, ma nièce. La moitié du 
temps, il faut dire ce que l'on ne pense pas et cacher ce 
que l'on pense. 25 

— Quelle affreuse maxime! dis -je avec horreur. 
Jamais je ne pourrai la pratiquer. 

— Vous y arriverez ; mais en attendant, conformez- 
vous à l'étiquette. 

— Encore l'étiquette ! répondis-je en m'en allant de 30 
mauvaise humeur. 



62 Mon Oncle et mon Curé 

VIII 

Je réponds que mon esprit d'observation ne s'exerça 
point à mon premier bal. De cette soirée, je me 
rappelle simplement un plaisir délirant et les bêtises que 
j'ai dites, parce qu'elles me valurent le lendemain une 
5 verte semonce. 

De temps en temps, Junon me frappait sur le bras 
avec son éventail et me soufflait dans l'oreille que j'étais 
ridicule ; mais elle donnait là des coups d'épée dans 
l'eau, et je m'envolais dans les bras de mes danseurs en 
lo songeant que si la valse n'est pas admise dans le ciel, ce 
n'est guère la peine d'y aller. 

Parfois, mon cavalier croyait ingénieux de faire 
quelques frais de conversation. 

— Il n'y a pas longtemps que vous habitez ce pays-ci, 
15 mademoiselle? 

— Non, monsieur : six semaines environ. 

— Où demeuriez-vous avant de venir au Pavol ? 

— Au Buisson ; une affreuse campagne, avec une 
affreuse tante qui est morte, Dieu merci ! 

20 — Dans tous les cas, votre nom est très connu, 
mademoiselle; il y avait un chevalier de Lavalle 
enfermé au Mont-Saint-Michel en 1423. 

• — Vraiment ! Que faisait-il là, ce chevalier ? 

— Mais il défendait le mont attaqué par les Anglais. 
25 — Au lieu de danser ? Quel grand nigaud ! 

— ■ C'est ainsi que vous appréciez vos ancêtres et 
l'héroïsme, mademoiselle ? 

— Mes ancêtres ! Je n'y ai jamais pensé. Quant à 
l'héroïsme, je n'en fais aucun cas. 



Mon Oncle et mon Curé 63 

— Que vous a-t-il fait, ce pauvre héroïsme? 

— Les Romains étaient héroïques, parait-il, et je 
déteste les Romains ! Mais valsons, au lieu de causer. 

Et je mettais mon danseur sur les dents. 

Mon bonheur atteignit son apogée lorsque, dans ce 5 
salon plein de lumière, sous les yeux de ces femmes en 
grande toilette, au milieu de ce monde dont j 'étais si 
loin peu de temps auparavant, je me vis valsant avec 
M. de Conprat. 

Enivrée par la joie et les compliments qui bourdon- 10 
naient autour de moi, je dis toutes les bêtises imagi- 
nables et inimaginables ; mais je fis la conquête de tous 
les hommes et le désespoir de toutes les jeunes filles. 

Le cotillon provoqua chez moi le plus vif enthousiasme, 
et quand mon oncle, qui avait l'air d'un martyr dans son 15 
coin, nous fit signe qu'il était temps de partir, je criai 
d'un bout du salon à l'autre : 

— Mon oncle, vous ne m'emmènerez que par la force 
des baïonnettes. 

Mais je dus me passer de baïonnettes et suivre Junon 20 
qui, belle et digne comme toujours, s'empressa d'obéir à 
son père sans se soucier de mes récriminations. 

Rentrée dans ma chambre, je me déshabillai, je 
m'endormis et ne me réveillai que dans la journée, à 
trois heures. 25 

Quand je fus habillée, "M. de Pavol me pria de passer 
chez lui. Je me rendis aussitôt à cette invitation, 
pensant que la cervelle de mon oncle venait d'enfanter 
quelque sermon. A son air solennel, je vis que mes 
conjectures étaient justes, et, comme j'ai toujours aimé 30 
mes aises aussi bien pendant les sermons que dans les 



64 Mon Oncle et mon Curé 

autres circonstances de la vie, j'avançai un fauteuil dans 
lequel je m'étendis comfortablement ; je croisai les 
mains sur mes genoux et fermai les yeux dans une 
attitude de profond recueillement. 
5 Au bout de deux secondes, n'entendant rien, je dis : 

— Eh bien ! mon oncle, allez donc ! 

— Faites-moi la grâce de vous redresser, Reine, et de 
prendre une attitude plus respectueuse. 

— Mais, mon oncle, dis-je en ouvrant des yeux 
lo étonnés, je n'avais pas l'intention de vous manquer de 

respect, je prenais une pose recueillie pour vous mieux 
écouter. 

— Ma nièce, vous me ferez perdre la tête ! 

— C'est bien possible, mon oncle, répondis -je 
15 tranquillement; mon curé m'a dit bien des fois que je le 

ferais mourir à la peine. 

— En vérité, croyez-vous que j'aie envie de m'en 
aller au diable à cause d'une petite fille mal élevée ? 

— D'abord, mon oncle, j'espère que vous n'irez jamais 
20 au diable, bien que vous aimiez assez ce personnage ; 

ensuite, je serais bien désolée de vous perdre, car je vous 
aime de tout mon cœur. 

— Hum ! . . . c'est bien heureux. Voulez -vous 
m'apprendre maintenant pourquoi, après mes leçons et 

25 mes conseils, vous vous êtes conduite cette nuit d'une 
façon si inconvenante ! 

— Spécifiez les accusations, mon oncle. 

— Ce serait bien long, car tout ce que vous faisiez 
était mal fait, vous aviez l'air d'un cheval échappé. 

30 Entre autres sottises, quand vous avez aperçu M. de 
Conprat, vous l'avez appelé par son petit nom ; j'étais 



Mon Oncle et mon Curé 65 

près de vous, et j'ai vu que votre danseur trouvait cela 
fort étonnant. 

— Je l'en crois capable, il avait l'air d'une oie ! 

— Je ne suis pas une oie. Reine, et je vous dis que 
c'était inconvenant. 5 

— Mais, mon oncle, c'est notre cousin, nous le 
voyons presque tous les jours. Blanche et moi nous 
l'appelons toujours Paul quand nous en parlons, et 
même quand nous nous adressons à lui directement. 

— Cela passe dans l'intimité, mais non dans le 10 
monde, où chacun n'est pas tenu de connaître la parenté 

et les relations des gens. 

— Ainsi, il faut agir d'une façon chez soi et d'une 
autre dans le monde ? 

— Je m'évertue à vous le dire, ma nièce. 15 

— C'est de l'hypocrisie, ni plus ni moins. 

— Au nom du ciel, soyez hypocrite, je ne demande 
que cela ! Ensuite, il paraît que vous avez dit à cinq ou 
six jeunes gens qu'ils étaient très gentils ? 

— C'était bien vrai ! m'écriai -je dans un élan de 20 
sympathie pour mes danseurs. Si charmants, si polis, 

si empressés ! Puis je m'étais embrouillée dans mes 
promesses et je craignais de les avoir contrariés. 

— En attendant, vous me contrariez beaucoup. Reine ; 
voilà près de sept semaines que Blanche et moi nous 25 
essayons de vous apprendre qu'il est de bon goût de 
pondérer ses mouvements et l'expression de ses senti- 
ments ; néanmoins vous saisissez toutes les occasions de 
dire ou de faire des sottises. Vous avez de l'esprit, vous 
êtes coquette, malheureusement pour moi vous avez un 30 
visage dix fois trop joli, et . . . 



66 Mon Oncle et mon Curé 

— A la bonne heure ! interrompis-je d'un ton satisfait, 
voilà comme j'aime les sermons ! 

— ■ Reine, ne m'interrompez pas, je parle sérieuse- 
ment. 
5 — Voyons, mon oncle, raisonnons. La première 
fois que vous m'avez vue, vous avez dit : Vous êtes 
diablement jolie ! 

— Eh bien, ma nièce ? 

— Eh bien, mon oncle, vous voyez bien qu'on ne 
lo peut pas réprimer toujours un premier mouvement. 

— C'est possible, mais on doit essayer et surtout 
m'écouter. Malgré votre grande jeunesse et votre petite 
taille, vous avez l'air d'une femme, tâchez d'en avoir la 
dignité. 

15 — -La dignité! dis-je étonnée; pourquoi faire? 

— Comment . . ., pourquoi faire ? 

— Je ne comprends pas, mon oncle. Comment, 
vous venez me prêcher la dignité quand le gouverne- 
ment en a si peu ! 

20 — Je ne saisis pas le rapport . . . Quelle est cette 
nouvelle fantaisie ? 

— Mais, mon oncle, vous prétendez que le gouverne- 
ment passe son temps à jouer à la raquette ; pour un 
gouvernement, franchement, ça manque de dignité. 

25 Pourquoi de simples individus seraient -ils plus dignes 
que des ministres et des sénateurs? 
Mon oncle se mit à rire. 

— Il est difficile de vous gronder. Reine, vous glissez 
entre les doigts comme une anguille. Quoi qu'il en soit, 

30 je vous affirme que si vous ne voulez pas m'écouter, vous 
n'irez plus dans le monde. 



Mon Oncle et mon Cure 67 

— Oh ! mon oncle, si vous faisiez une chose pareille, 
vous seriez digne des tortures de l'inquisition ! 

— L'inquisition étant abolie, je ne serai pas torturé, 
mais vous m'obéirez, soyez- en certaine. Je ne veux 
pas que ma nièce prenne des habitudes et des allures 5 
qui, supportables à son âge, la feraient passer plus tard 
pour . . ., hum ! 

— Pour qui, mon oncle ? 

M. de Pavol eut une violente quinte de toux. 

— Hum ! pour une femme élevée dans les bois, ou 10 
quelque chose d'approchant. 

— Ce ne serait pas si niais, cette appréciation ! le 
Buisson et les bois se ressemblent beaucoup. 

— Enfin, ma nièce, soyez convaincue que j'ai parlé 
sérieusement. Allez- vous-en, et réfléchissez. 15 

Pour le coup, je vis qu'il ne fallait pas plaisanter avec 
cette semonce formidable. Aussi je m'enfermai dans 
ma chambre, où je boudai durant vingt-huit minutes et 
demie, espace de temps pendant lequel je sentis germer 
dans mon cœur le désir louable de faire connaissance 20 
avec la pondération. 



IX 



Le 25 octobre, nous eûmes une dernière soirée dans un 
château situé près du Pavol. 

Je remarquai avec dépit que Paul valsait souvent avec 
Blanche, tandis qu'il m'invitait rarement, sans y mettre 25 
ni formes ni empressement. Je redoublai de coquetterie 
pour attirer son attention ; mais que lui importait ! sa 



68 Mon Oncle et mon Curé 

tête, son cœur étaient loin de moi, et je me réfugiai dans 
un coin reculé en refusant énergiquement de danser. 

Il y avait quelques instants que je me dissimulais 

dans les draperies qui séparaient le grand salon d'un 

5 boudoir où plusieurs femmes étaient assises, quand je 

surpris la conversation de deux respectables douairières 

dont j'avais fait la conquête. 

— Reine est ravissante, ce soir ; comme toujours elle a 
tous les succès. 

lo — Blanche de Pavol est plus belle, cependant. 

— Oui, mais elle a moins de charme. C'est une 
reine dédaigneuse, et Mlle de Lavalle une adorable petite 
princesse des contes de fées. 

— Princesse est le mot ; elle a de la race, et ce qui 
15 choquerait chez les autres est charmant chez elle. 

— On dit que le mariage de sa cousine est décidé 
avec M. de Conprat 

— Je l'ai entendu dire. 

Durant quelques secondes, orchestre, douairières, 
20 danseurs exécutèrent devant moi une danse sans nom, 
et pour ne pas tomber je me cramponnai à la draperie 
^ans laquelle j'étais enfouie. 

Lorsque je me remis de mon étourdissement, le salon 
brillant me parut voilé d'un crêpe épais; à la grande 
25 surprise de Junon, j'allai la supplier de partir immédiate- 
ment sans attendre le cotillon. 

En revenant au Pavol je me disais : " Ce n'est pas 
vrai, je suis sûre que ce n'est pas vrai ! Pourquoi tant 
me troubler?" 
30 Mais je me déshabillai en pleurant, avec l'idée qu'un 
immense malheur allait fondre sur moi. 



Mon Oncle et mon Curé 69 

Néanmoins, comme rien n'est plus versatile qu'un 
esprit de seize ans, le lendemain je me reprenais à 
espérer et traitais le bavardage de ces dames de cancans 
sans portée. Je résolus d'observer soigneusement ]\I. de 
Conprat, et j'étais dans une disposition morale qui 5 
permettait au moindre indice de donner un corps à des 
impressions même passées et fugitives. 

Dans l'après-midi de ce jour néfaste, nous étions tous 
dans le salon. Le commandant et mon oncle faisaient 
une partie d'échecs. Blanche jouait une sonate de Bee- 10 
thoven, et moi, étendue dans un fauteuil, j'examinais, 
sous mes paupières à mi closes, l'attitude et la physio- 
nomie de Paul de Conprat. Assis près du piano, un 
peu en arrière de Junon, il l'écoutait d'un air sérieux, 
sans cesser de la regarder. Je trouvai que cette exprès- 15 
sion sérieuse ne lui allait pas et pouvait se qualifier 
d'ennuyée. Je me confirmai dans mon opinion en 
remarquant qu'il s'efforçait d'étouffer quelques petits 
bâillements intempestifs. C'est alors que subitement je 
fis un retour sur ma propre satisfaction quand il jouait 20 
des airs de danse. Je compris que j'aimais non les airs, 
mais bien l'exécutant, et que, pour lui, c'était identique- 
ment le même sentiment. Il se souciait bien de Bee- 
thoven ! mais il était épris de Blanche, et les choses anti- 
pathiques à sa nature lui plaisaient dans la femme qu'il 25 
aimait. 

Junon termina son affreuse sonate, et Paul lui dit 
dans un mouvement d'enthousiasme dont je connaissais 
le motif caché : 

— Quel maître que ce Beethoven ! vous l'interprétez 3° 
parfaitement, ma cousine. 



70 Mon Oncle et mon Curé 

— Vous avez bâillé ! m'écriai-je en sautant si brusque- 
ment sur mes pieds que les joueurs d'échecs poussèrent 
un grognement furieux. 

— Je te croyais endormie, Reine ? 

S — Non, je ne dormais pas, et je te dis que Paul a 
bâillé pendant que tu jouais de ton maudit Beethoven. 

— Reine déteste tant la musique, dit mon oncle, 
qu'elle attribue aux autres ses idées personnelles. 

— Oui, oui, mes idées me font faire de belles décou- 
lo vertes ! répondis-je d'une voix tremblante. 

— Qu'est-ce qui te prend, Reine ? Tu es de mauvaise 
humeur parce que tu n'as pas assez dormi cette nuit. 

— Je ne suis pas de mauvaise humeur, Junon, mais 
je déteste l'hypocrisie, et je répète, soutiens et soutiendrai 

iS jusqu'à la mort exclusivement que Paul a bâillé, et 
encore bâillé. 

Après cette sortie, je m'enfuis avec le calme d'un 
tourbillon, laissant les habitants du salon plongés dans la 
stupéfaction. 

20 Je m'enfermai chez moi et me promenai de long en 
large dans ma chambre, en maugréant contre mon 
aveuglement et en me donnant de grands coups de poing 
sur la tête, d'après la mode de Perrine quand elle se 
trouvait dans l'embarras. Mais les coups de poing sur 

25 la tête, outre qu'ils peuvent ébranler le cerveau, n'ont 
jamais servi de remède à un amour malheureux, et, 
profondément découragée, je me laissai tomber dans une 
bergère, où je restai longtemps à me morfondre et à me 
désoler, 

30 Ainsi que dans toutes les circonstances de ce genre, 
je me rappelais des mots et des détails qui, me disais-je. 



Mon Oncle et mon Curé 71 

auraient dû m'cclairer vingt fois pour une. Le sentiment 
dominant en moi, au milieu de beaucoup d'autres très 
confus, c'était celui d'une colère vive, et ma fierté, se 
réveillant, grande et irritée, me fit jurer que personne ne 
s'apercevrait de mon chagrin. J'étais sincère, et je 5 
croyais fermement qu'il me serait facile de dissimuler 
mes impressions alors que j'avais pour habitude de les 
jeter à la tète des gens. 

Je traversais un de ces moments d'irritation pendant 
lesquels l'individu le plus placide ressent un désir violent 10 
d'étrangler quelqu'un ou de casser quelque chose. Les 
nerfs, qui ne peuvent se soulager par des larmes, ont 
besoin d'une détente quelconque, et je m'en pris à mes 
bonshommes en terre cuite dont les grimaces, les sourires 
me parurent tout à coup odieux et ridicules. Aussitôt 15 
je les jetai par la fenêtre, éprouvant un âpre plaisir à les 
entendre se briser sur le sable de l'allée. 

Mais mon oncle, qui passait par là, en reçut un sur 
son chef vénéré, heureusement pourvu d'un chapeau, et, 
trouvant le procédé en dehors de toutes les lois de 20 
l'étiquette, il y répondit par une exclamation expressive. 

— ... A quel diable d'exercice vous livrez-vous là, 
ma nièce ? 

— Je jette mes bonshommes par la fenêtre, mon 
oncle, répondis-je en m'approchant de la croisée dont je 25 
me tenais assez éloignée pour lancer mes projectiles avec 
plus de force. 

— Est-ce une raison pour me casser la tète ? 

— Mille pardons, mon oncle, je ne vous avais pas vu. 

— Seriez -vous devenue folle subitement, ma nièce ? 3° 
Pourquoi brisez-vous ainsi vos bibelots ? 



72 Mon Oncle et mon Curé 

• — Ils m'agacent, mon oncle ; ils m'impatientent, ils 
m'e'nervent ! . . . Tenez, voilà la fin ! " 

J'en expédiai cinq à la fois, et, fermant brusquement 
la fenêtre, je laissai M. de Pavol tempêter contre les 
S nièces, leurs fantaisies et le désordre de son allée. 

Le soir, il me sermonna, mais je l'écoutai avec la 
plus grande impassibilité, un misérable sermon, au milieu 
de mes soucis graves, me produisant l'effet d'une bulle 
de savon crevant sur ma tête, 
lo Après le dîner, j'allai contempler mes petits bons- 
hommes en terre cuite qui gisaient d'un air piteux dans 
l'allée. Brisés ! pulvérisés ! . . . absolument comme 
mes illusions et mon bonheur que je croyais à tout 
jamais perdu. 



X 



15 J'avais tenu ma promesse au curé, et je lui écrivais très 
exactement deux fois par semaine. Cette habitude lui 

• parut si douce, si consolante que, lorsque j'interrompis 
tout à coup la régularité de ma correspondance, il fut 
plongé dans le chagrin et l'inquiétude. 

20 Absorbée par mes soucis, je restai quinze jours sans lui 
donner signe de vie ; puis, cédant à ses instantes sollici- 
tations, je lui expédiai des missives dans le genre de 
celle-ci : 

" L'homme est stupide, Monsieur le curé, je viens de 

25 découvrir cela. Qu'en pensez-vous, mon curé ? Je vous 
embrasse en envoyant les convenances au diable." 
Ou bien : 



Mon Oncle et mon Cur(5 73 

" Ah ! mon pauvre curé, j'ai bien peur d'avoir dé- 
couvert la source de l'eau froide dont nous parlions il y 
a trois mois ! Le bonheur n'existe pas, c'est un leurre, 
un mythe, tout ce que vous voudrez, excepté la réalité. 

" Adieu ; si la mort ne nous rendait pas si laids, je 5 
serais contente de mourir. De mourir, oui, mon curé, 
vous avez bien lu." 

Il m'écrivit courrier par courrier. 

"Chère fille, que signifie le ton de vos derniers 
billets ? Il y a trois semaines, vous paraissiez si heureuse, 10 
dans la joie et la gloire de vos succès mondains ! Non, 
non, petite Reine, le bonheur n'est point un mythe, il 
sera votre partage ; mais, en ce moment, l'imagination 
vous possède, vous emporte et vous empêche de voir 
juste. Vous n'avez pas suivi mon conseil. Reine; vous 15 
avez abusé des feux de joie, n'est-ce pas ? Pauvre petit 
enfant, venez me voir, et nous causerons ensemble de 
vos préoccupations." 

Je lui répondis : 

" Monsieur le curé, l'imagination est une sotte, la vie 20 
une guenille, le monde une loque assez brillante de loin, 
mais bonne tout au plus à mettre dans un cerisier pour 
faire peur aux oiseaux. J'ai envie de me jeter à la 
Trappe, mon cher curé ! Si j'étais sûre qu'il me fût 
permis de valser de temps en temps avec de charmants 25 
cavaliers tels que j'en connais, j'irais certainement m'y 
réfugier, y ensevelir ma jeunesse et ma beauté. Mais je 
crois que ce genre de distractions n'est pas admis par les 
règlements. Donnez-moi quelques renseignements là- 
dessus. Monsieur le curé, et soyez convaincu que vous 30 
n'êtes qu'un optimiste en prétendant que le bonheur 



74 Mon Oncle et mon Curé 

existe et m'est destiné. Vous menez la vie du rat dans 
un fromage ; non pas que vous soyez égoïste, mais vous 
ignorez les catastrophes qui peuvent fondre sur la tête 
des gens vivant dans le monde. 
5 "Je n'ai plus d'illusions, mon curé. Je suis une 
vieille petite bonne femme rabougrie, rétrécie, ratatinée, 
— au moral, j'entends, car je suis plus jolie que jamais, — 
une petite vieille qui ne croit plus à rien, qui n'espère 
rien, qui se dit que la terre est bien bête de continuer 

lo des révolutions quand ses joies et ses rêves à elle sont 
broyés, pulvérisés, réduits en atomes imperceptibles . . . 
Ma personne morale, si on pouvait la dépouiller de son 
enveloppe charnelle qui trompe l'œil de l'observateur, 
j'en conviens, ma personne morale, dis-je, n'est plus 

15 qu'un squelette, un arbre mort, complètement mort, 
dépourvu de sève, privé de toutes ses feuilles et tendant 
vers le ciel de grands bras raides et décharnés. Pourvu 
que le moral n'abîme pas le physique, Monsieur le curé ! 
J'en tremble ! N'avoir plus la moindre illusion à seize 

20 ans, n'est-ce pas terrible ? 

" Au revoir, mon vieux curé." 

Deux jours après avoir expédié cette épître, qui devait 
donner au curé une idée assez triste de l'état de mon 
âme, mon oncle décida que nous irions passer une après- 

25 midi au mont Saint-Michel. 

Ce jour-là, quelque chose de mauvais soufflait dans 
l'air; je le pressentais. La veille, le commandant et M. 
de Pavol avaient eu une conversation secrète et pro- 
longée ; Paul paraissait inquiet, nerveux, et ma cousine 

30 était rêveuse. 

Mon oncle et Junon, qui avaient une passion pour le 



Mon Oncle et mon Curé 75 

mont Saint-Michel, m'en firent les honneurs avec com- 
plaisance ; mais, outre que l'art architectural me touchait 
fort peu, je contemplais les choses à travers le voile 
sombre de mon humeur positivement massacrante. 

— Que c'est fatigant de grimper toutes ces marches ! ^ 
disais-je en geignant à chaque pas. 

— Plus que six cents à monter pour arriver jusqu'au 
haut, ma cousine. 

— J'ai envie de m'arrêter là, alors ! 

— Allons, ma nièce, que diable, vous n'avez pas la 10 
goutte ! 

Et mon oncle, tout en gravissant ces degrés foulés 
par les pas de tant de générations, me racontait l'histoire 
du mont et l'incident de Montgommery. 

Mais qu'est-ce que cela me faisait, à moi, ce 15 
Montgommery, ces remparts, cette abbaye merveilleuse, 
ces salles immenses, ces souvenirs multiples qui dorment 
là depuis des siècles ! Je me serais bien gardée de les 
réveiller, car j'avais des choses cent fois plus intéres- 
santes à observer sur le visage de ce gros garçon qui 20 
entourait Blanche de soins, de prévenances, et ne pensait 
pourtant point à moi. 

Que j'étais stupide ! n'avoir pas vu son amour plus 
tôt ! Il s'extasiait sur la moindre pierre pour lui être 
agréable, et, de temps à autre, je lançais de son côté 25 
quelques regards noirs qu'il ne daignait même pas 
remarquer. 

— Ah ! nous voici dans la salle des chevaliers. 
Voyons, Reine, qu'en dites-vous? 

— Je dis, mon oncle, que si les chevaliers étaient là, 30 
cette salle aurait du charme. 



76 Mon Oncle et mon Curé 

— Vous ne lui en trouvez pas par elle-même ? 

— Oh ! nullement. Je vois de grandes cheminées, 
des piliers avec des petites machines sculptées au haut, 
mais sans les chevaliers auxquels on puisse faire tourner 

5 un peu la tête . . . peuh ! ça ne signifie rien du 
tout. 

— Je n'avais pas pensé à cette manière d'envisager 
l'architecture féodale, répondit mon oncle en riant. 

Nous traversâmes des couloirs sombres, qui m'épou- 
10 vantaient. 

— Nous allons nous casser le cou ! gémissais-je en me 
cramponnant au bras du commandant, tandis que Paul 
offrait le sien à Blanche. 

— Nous avons du chagrin, petite Reine ? me dit le 
15 commandant tout bas. 

— Vous parlez comme mon curé, répondis-je avec 
émotion. 

— Voyons, voulez-vous avoir confiance en moi ? 

— Je n'ai pas de chagrin, repartis-je d'un ton bourru, 
20 et je n'ai confiance en personne. Suzon m'a dit que les 

hommes étaient des rien du tout, et je partage l'avis de 
Suzon. 

— Oh ! oh ! dit le commandant en me regardant 
d'un air si bon que j'eus peur d'éclater en sanglots ; tant 

25 de misanthropie unie à tant de jeunesse ! 

Je ne répondis rien, et comme nous arrivions sur une 

sorte de longue terrasse, je m'échappai et courus me 

cacher derrière une énorme arcade. J'appuyai la tête 

sur une de ces pierres plusieurs fois centenaires, et je me 

30 mis à pleurer. 

Ah ! pensais-je, comme mon curé avait bien raison 



Mon Oncle et mon Curé 77 

de me dire, il y a longtemps, déjà bien longtemps, qu'on 
ne discute pas avec la vie, mais qu'on la subit ! Toute 
ma logique ne sert h rien devant les circonstances. 
Qu'il est triste, mon Dieu, qu'il est triste de se voir traitée 
comme une petite fille sans conséquence ! 5 

Et je regardais à travers mes larmes ces grèves si 
vantées qui me paraissaient désolées, ce monument dont 
la hauteur m'oppressait et me donnait le vertige ; mais, 
sans m'en rendre compte, j'éprouvais une sorte de soulage- 
ment dans cette affinité mystérieuse d'une nature triste 10 
avec mes propres pensées, dans la contemplation de ces 
grandes murailles qui jetaient leurs grandes ombres 
mélancoliques et sur la terre et sur le passé. 

En revenant vers notre logis, lorsque nous fûmes dans 
le train, mon oncle me dit : 15 

— Eh bien. Reine, en somme, quelle est votre impres 
sion sur le mont Saint-Michel ? 

— Je pense, mon oncle, qu'on doit y mourir de peur 
et y attraper des rhumatismes. 

En suivant la route qui conduit de la gare de V ... 20 
au Pavol, je réfléchissais combien les choses d'ici-bas ont 
peu de stabilité. Il y avait à peine trois mois, je par- 
courais le même chemin sous l'influence de mes rêves 
heureux, dans l'enivrement de mes pensées joyeuses sur 
cet avenir que je croyais si beau ! ... et maintenant 25 
la route me paraissait jonchée des débris de mon bon- 
heur. 

Il était assez tard lorsque nous arrivâmes au château ; 
cependant mon oncle emmena Blanche chez lui en 
disant qu'il voulait le soir même causer sérieusement 30 
avec elle. 



78 Mon Oncle et mon Curé 

Je me couchai en pleurant de tout mon cœur, avec la 
conviction que l'épée de Damoclès était suspendue sur 
ma tête. 

Depuis longtemps, Junon s'était humanisée avec moi. 
5 Chaque matin, elle venait s'asseoir sur mon lit et nous 
causions indéfiniment. Le lendemain, dès sept heures, 
elle entra dans ma chambre avec une démarche calme, 
tranquille, et ce sourire si charmant qui transfigurait sa 
physionomie hautaine et que moi seule, peut-être, con- 
lo naissais bien. 

— Reine, me dit-elle aussitôt, Paul me demande en 
mariage. 

Le fil était cassé et l'épée de Damoclès me tomba sur 

la poitrine. Que ce roi était donc dépourvu de sens 

15 commun pour attacher une masse si lourde avec un 

simple fil ! L'histoire ne parle-t-elle pas d'un cheveu ? 

Elle en est bien capable. 

Sans doute je m'attendais à cette révélation, mais tant 
qu'un fait n'est pas avéré, accompli, quelle est la créature 
.20 humaine qui, au fond du coeur, ne garde pas un peu 
d'espoir ? Je devins très pâle ; si pâle que Blanche s'en 
aperçut, quoique la chambre fût plongée dans une demi- 
obscurité. 

— Qu'as-tu, Reine ? Es-tu malade ? 

25 — Une crampe, murmurai-je d'une voix faible. 

— Je vais chercher de l'éther, dit-elle en se levant 
vivement. 

— Non, non, repris-je en faisant un violent effort 
pour me raccrocher à ma fierté qui s'en allait à vau-l'eau. 

30 C'est passé, Blanche, tout à fait passé. 

— Eprouves-tu ce malaise souvent. Reine? 



Mon Oncle et mon Curé î-9 

— Non . . ., seulement (luelqucfois. Ce n'est rien, 
n'en ])arlons plus. 

Blanche passa la main sur son front comme une 
personne qui désire chasser une pensée importune. 
Mais je repris la conversation d'une voix si ferme (qu'elle 5 
parut délivrée de son inquiétude. 

— Eh bien ! Junon, que comptes-tu faire ? 

— Mon père m'a dit que ce mariage comblerait tous 
ses vœux, Reine. 

— Cela te plaît-il ? 10 

— Le mariage me plaît, évidemment ; toutes les 
convenances sont réunies ; mais jusqu'ici je n'aime Paul 
que comme cousin. 

— Que lui reproches-tu ? 

— Je ne lui reproche rien, si ce n'est de ne pas me 15 
plaire assez. C'est un excellent garçon, mais je n'aime 
pas ce genre d'homme. D'abord il n'est pas assez beau, 
puis cet appétit normand manque de poésie, tu en 
conviendras ! 

— C'est pourtant bien logique de manger quand on 20 
a faim ! répondis-je en retenant mes larmes, 

— Que veux-tu ? je crois que nous ne nous convenons 
pas réciproquement. 

— Alors, tu refuses, ] unon ? 

— J'ai demandé un mois pour réfléchir, petite Reine. 25 
Je suis très perplexe, car je redoute une déception pour 
mon père. D'ailleurs, à certains points de vue, ce 
mariage réunit tout ce que je puis désirer; enfin, 
l'homme est parfaitement estimable 

— Mais puisque tu ne l'aimes pas, Blanche ! 30 

— Mon père soutient que je l'aimerai plus tard, que. 



8o Mon Onde et mon Curé 

du reste, l'amour proprement dit n'est pas nécessaire 
pour se marier et être heureuse en ménage. 

— Comment peux-tu croire une chose pareille ! dis-je 
en bondissant d'indignation. Mon oncle a vraiment des 

5 doctrines abominables ! 

Mais Blanche me répondit tranquillement que son 
père était plein de bon sens, qu'elle avait remarqué 
maintes fois qu'il se trompait peu dans ses jugements, 
et qu'elle se sentait disposée à l'écouter, 
lo — Paul t'aime beaucoup, Junon? marmottai -je du 
bout des lèvres. 

— Oui, depuis longtemps. 

— Tu le savais ? 

— Sans doute ! une femme sait toujours ces choses- 
15 là. Et toi, ne l'avais-tu pas vu? 

— Si ... un peu, répondis -je en envoyant à ma 
stupidité un souvenir plein de mélancolie. 

Blanche me quitta après m'avoir expliqué que Paul 
avait tardé à demander sa main parce qu'il craignait 
. 20 d'être refusé. 

C'était bien ce que je pensais ! et je m'habillai 
fiévreusement en songeant que, influencée par son père, 
elle finirait par donner son consentement. 

— A sa place, j'aurais dit oui en une seconde, et 
25 quinze jours après je me serais mariée ! 

Hélas ! c'en était fait de mes rêves . . ., et je tombai 
dans un grand découragement. 



Mon Oncle et mon Curé 8i 



XI 



On convint que Paul resterait quelque temps sans venir 
au Pavol, et, chose qui me parut incroyable, inouïe, 
Blanche, du jour où elle ne le vit plus, sembla presque 
décidée à l'épouser. Nous en parlions constamment, 
nous discutions même les toilettes de mariage et je 5 
faisais preuve d'une résignation stoïque, digne des 
hommes antiques. 

Mais cette résignation n'était qu'apparente. 

Mon découragement augmentait, mes yeux se cernaient, 
et j'en vins à me dire que, la vie n'étant plus supportable 10 
loin de l'homme que j'aimais, le plus simple était de 
m'en aller dans l'autre monde. 

Ce projet évidemment était fort pénible, mais je m'y 
cramponnai avec ardeur ; je le méditai, le caressai avec 
une joie presque maladive. Par exemple, je jure sur 15 
l'honneur que je n'eus jamais l'idée de m'asphyxier ou 
d'avaler du poison, moyens d'en finir si chers aux 
humains de notre temps. Mais, ayant lu dans je ne sais 
quel livre qu'une jeune fille était morte de chagrin à 
propos d'un amour contrarié, je décrétai que je suivrais 20 
cet exemple. 

Mon parti pris, et ma mauvaise mine me confirmant 
dans mes pensées lugubres, je décidai qu'il était poli, 
convenable, de prévenir le curé, et que, du reste, je ne 
pouvais pas mourir sans lui serrer la main. 25 

Ceci bien déterminé, j'entrai un matin dans le cabinet 
de mon oncle et je le priai de me laisser aller au Buisson. 

— Il vaut mieux dire au curé de venir ici, Reine. 

G 



82 Mon Oncle et mon Curé 

— Il ne pourra pas, mon oncle ; il n'a jamais un sou 
devant lui. 

— Ce n'est gubre amusant de vous mener là, ma nièce. 

— Ne venez pas, mon oncle, je vous en prie, vous 
5 me gêneriez beaucoup. Je désire aller seule avec la 

vieille femme de charge, si vous le permettez. 

— Faites ce que vous voudrez. Ma voiture vous 
conduira jusqu'à C . . ., où il sera facile de trouver un 
véhicule quelconque pour vous mener au Buisson. 

10 Quand partez-vous ? 

— Demain matin, de bonne heure, mon oncle, je 
désire surprendre le curé, et je coucherai au presbytère. 

— Allons, soit ! Je vous renverrai la voiture dans deux 
jours. Soyez à C . . . après-demain vers trois heures. 

15 II me regarda attentivement sous ses gros sourcils, en 
se frottant le menton d'un air préoccupé. 

— Etes-vous malade, Reine ? 

— Non, mon oncle. 

— Petite nièce, dit-il en m'attirant à lui, j'en suis 
20 presque arrivé à souhaiter que mes désirs ne s'accom- 
plissent pas. 

Je le regardai bien étonné, car je croyais toujours 
fermement qu'il n'avait rien vu. 

Je lui répondis avec beaucoup de sang-froid que je ne 

25 savais pas ce qu'il voulait dire, que je me trouvais fort 

heureuse et que je faisais des vœux pour que tous ses 

projets réussissent. Il m'embrassa avec affection et me 

congédia. 

Je partis donc le lendemain matin, sans vouloir 
30 accepter la compagnie de Blanche, qui désirait venir 
avec moi. 



Mon Oncle et mon Curé 83 

En route, je réfléchis aux paroles de mon oncle : 

— Il sait tout, pcnsais-je. Mon Dieu, que je suis peu 
clairvoyante avec mes prétentions ! Mais quand même 
le mariage de Junon n'aurait pas lieu, à quoi cela me 
servirait-il, puisque Paul est amoureux ? Il ne peut pas 5 
en aimer une autre maintenant ! Je ne comprends 
pas mon oncle. 

Je ne croyais plus comme autrefois qu'on pût s'éprendre 
de plusieurs femmes. Jugeant d'après mes propres 
sentiments, je me disais qu'un homme ne peut aimer 10 
deux fois dans sa vie sans présenter au monde le spectacle 
d'un phénomène extrêmement étonnant. 

Ayant ainsi réglé les battements de cœur de la gent 
barbue, mes idées prirent une autre direction, et je me 
réjouis à la pensée de revoir mon curé. Je pris la 15 
résolution de lui sauter au cou, ne fût-ce que pour 
prouver mon indépendance et le mépris que je professais 
pour l'étiquette. 

Arrivée au presbytère, j'entrai non par la porte, mais 
par le trou d'une haie que je connaissais de temps 20 
immémorial, et je me glissai à pas de loup vers la 
fenêtre du parloir, où le curé devait être en train de 
déjeuner. Cette fenêtre était très basse, mais j'étais 
si petite que, pour regarder dans l'intérieur de la salle, 
je dus monter sur une souche placée contre le mur en 25 
guise de banc. 

J'avançai la tête avec précaution au milieu du lierre 
qui formait un encadrement touffu à la croisée, et je vis 
mon curé. 

Il était à table et mangeait d'un air triste ; ses bonnes 3° 
joues avai'ent perdu une partie de leurs couleurs et de 



84 Mon Oncle et mon Curé 

leur forme arrondie ; ses abondants cheveux blancs 
n'étaient plus ébouriffés comme jadis, mais aplatis sur sa 
tête avec un air de désolation inexprimable. 
Ah ! mon pauvre bon curé ! 

5 Je sautai à bas de la souche, je me précipitai dans le 
presbytère en perdant mon chapeau et j'entrai comme 
une bombe dans le parloir. 

Le curé se leva effaré ; son aimable, son excellente 
figure resplendit de joie en m'apercevant, et ce fut non 

10 pour rompre avec les traditions de l'étiquette, mais dans 
un élan de vive tendresse, de grande émotion, que je me 
jetai dans ses bras et que je pleurai longtemps sur son 
épaule. 

Je sais bien que rien au monde n'est plus inconvenant 

15 que de pleurer sur l'épaule d'un curé; que mon oncle, 
Junon et toutes les douairières de la terre, en dépit de 
mes ancêtres, se seraient voilé la face devant un spectacle 
si scandaleux ; mais j'étais depuis trop peu de temps à 
l'école de la pondération pour avoir perdu la spontanéité 

20 de ma nature. D'ailleurs, je tiens pour certain qu'il n'y 
a que les sots, les poseurs et les gens sans cœur qui 
prétendent ne jamais sacrifier des lois de convention à 
un sentiment vrai et profond. 

— La vie est une loque, mon curé, une misérable loque, 
25 disais-je en sanglotant. 

— En sommes-nous là, chère petite fille, en som- 
mes-nous vraiment là? Non, non, ce n'est pas 
possible ! 

Et le pauvre curé, qui riait et pleurait à la fois, me 

30 regardait avec attendrissement, passait la main sur ma 

tête et me parlait comme à un petit oiseau blessé dont 



Mon Oncle et mon Curé 85 

il aurait voulu guérir l'aile brisce par des caresses et de 
bonnes paroles. 

— Allons, Reine, allons, mon cher enfant, calmez- 
vous un peu, me dit-il en m'écartant doucement. 

— Vous avez raison, répondis-je en reléguant mon 5 
mouchoir au fond de ma poche. Depuis trois mois, on 
me prêche le calme, et je n'ai guère profité des leçons, 
comme vous voyez ! Mangeons, monsieur le curé. 

Je me débarrassai de mes gants, de mon manteau, et, 
par un de ces revirements très communs chez moi depuis 10 
quelque temps, je me mis à rire en m'installant joyeuse- 
ment à table. 

— Nous causerons quand nous aurons mangé, mon 
cher curé, je suis morte de faim. 

— Et moi qui n'ai presque rien à vous donner ! 15 

— Voilà des haricots, j'adore les haricots ! et du pain 
de ménage, c'est délicieux. 

— Mais vous n'êtes pas venue seule. Reine ? 

— Ah ! tiens, c'est vrai ! La femme de charge est 
restée perchée dans la voiture, derrière l'église. Envoyez- 20 
la chercher, monsieur le curé, et qu'on lui dise de 
ramasser mon chapeau qui se promène dans le jardin. 

Le bon curé alla donner ses ordres et revint s'asseoir 
en face de moi. Pendant que je mangeais avec beau- 
coup d'appétit, malgré ma phtisie et mes peines, lui ne 25 
songeait plus à déjeuner et me contemplait avec une 
admiration qu'il cherchait vainement à dissimuler. 

— Vous me trouvez embellie, n'est-ce pas, monsieur 
le curé ? 

— Mais ... un peu. Reine. 30 

— Ah ! mon curé, si j'allais à confesse, que de gros 



86 Mon Oncle et mon Curé 

péchés j'aurais à vous dire ! Ce ne sont plus les petits 
péchés d'autrefois que vous connaissez bien. 

Et, sans cesser de manger, je lui racontais mes plaisirs 

vaniteux, mes impressions, mes toilettes, mes idées 

5 nouvelles. Il riait, prisait sans discontinuer, avec son 

ancien air de jubilation, et me regardait sans songer 

certes à me gronder. 

— Ne suis-je pas sur la route de l'enfer, monsieur le 
curé? 

lo — Je ne pense pas, mon bon petit enfant. Il faut 
être jeune quand on est jeune. 

— Jeune, mon pauvre curé ! si vous pouviez voir le 
fond de mon âme ! Je vous ai écrit que je n'étais plus 
qu'un squelette, et c'est bien vrai ! 

15 — Cela ne paraît pas, dans tous les cas. 

— Nous en parlerons dans un instant, monsieur le 
curé, et vous verrez ! 

Quand je fus rassasiée, la servante débarrassa la table, 
on fit un feu superbe et nous nous assîmes chacun dans 
20 un coin de la cheminée. 

— Voyons, Reine, causons sérieusement maintenant. 
Qu'avez-vous à me dire ? 

J'avançai mon petit pied à la flamme du foyer et je 
répondis tranquillement : 
25 — Mon curé, je me meurs. 

Le curé, un peu saisi, ferma brusquement la tabatière 
dans laquelle il était sur le point d'introduire ses doigts. 

— Vous n'en avez pas l'air, mon cher enfant. 

— Comment ! vous ne voyez pas mes yeux battus, 
30 mes lèvres pâles ? 

— Mais non, Reine ; vos lèvres sont roses et votre 



Mon Oncle et mon Cure 87 

visage est florissant de santé. Mais de quoi mourez- 
vous? 

Avant de repondre, je regardai autour de moi en 
songeant que j'allais prononcer un mot que cette salle 
modeste n'avait jamais entendu retentir entre ses murs 5 
misérables ; un mot si étrange que la vieille horloge 
sans ressort qui se dressait dans un coin et les images 
pieuses accrochées aux murailles allaient probablement 
me tomber sur la tête dans un transport de surprise et 
d'indignation. 10 

— Eh bien, Reine ? 

— Eh bien, monsieur le curé, je me meurs d'amour ! 
L'horloge, les images, les meubles conservèrent leur 

immobilité, et le curé lui-même ne fit qu'un petit saut de 
carpe. 1 5 

— J'en étais sûr, dit-il en passant la main dans ses 
cheveux, qui avaient repris leur attitude ébouriffée du 
bon temps, j'en étais sûr ! Votre imagination a fait des 
siennes, Reine ! 

— Il n'est pas question de l'imagination, mais du cœur, 20 
monsieur le curé, puisque j'aime ! 

— Oh ! si jeune, si enfant ! 

— Est-ce une raison ? Je vous répète que je meurs 
d'amour pour M. de Conprat ! 

— Ah ! c'est donc lui ! 25 

— Me prene/.-vous pour une linotte, pour une tête à 
l'évent, mon curé ? m'écriai-je. 

— Mais, petite Reine, au lieu de mourir, vous feriez 
mieux de l'épouser. 

— Ce serait logique, mon cher curé, très logique ; par 30 
malheur, je ne lui plais pas. 



88 Mon Oncle et mon Curé 

Cette assertion lui parut si extraordinaire qu'il resta 
quelques secondes pétrifié. 

— Ce n'est pas possible ! me dit-il d'un accent si 
convaincu que je ne pus pas m'empêcher de rire. 

5 — Non seulement il ne m'aime pas, mais il en aime 
une autre ; il est épris de Blanche et l'a demandée en 
mariage. 

Je lui racontai ce qui était arrivé depuis quelques 

jours au Pavol : mes découvertes, mon aveuglement et 

lo les hésitations de Junon. Je couronnai cette narration 

en pleurant à chaudes larmes, car mon chagrin était très 

réel. 

— Pensez donc, Reine, vous êtes si jeune ! Cette 
épreuve passera, et vous avez une longue vie devant vous. 

15 — Je ne suis pas d'un caractère résigné, mon curé, 
apprenez cela. Si je vis, je ne me marierai jamais ; mais 
je ne vivrai pas, je suis phtisique, écoutez ! 

Et j'essayai de tousser d'une façon caverneuse. 

— Ne plaisantons pas sur ce sujet, Reine. Dieu 
20 merci, vous êtes en bon état. 

— Allons, dis-je en me levant, je vois que vous ne 
voulez pas me croire. Profitons de ce beau temps et des 
derniers moments qui me restent à vivre pour aller au 
Buisson, monsieur le curé. 

25 Nous nous mîmes à trottiner vers mon ancienne 
habitation, sous un agréable soleil de novembre, infini- 
ment moins doux, moins réchaufiant que la tendresse de 
mon curé et la vue de son aimable visage redevenu tout 
rose depuis mon arrivée. Je regardais avec satisfaction 

30 ses cheveux voltiger au vent, sa démarche leste, toute sa 
personne replète et réjouie que j'avais guettée tant de 



Mon Oncle et mon Curé 89 

fois par la fenêtre du corridor, pendant riuc la j^luie 
fouettait les vitres et que le vent mugissait, sifflait entre 
les portes délabrées de la vieille maison. 

Après une visite à Perrine et h Suzon, je la i)arcourus 
du haut en bas. En vérité, le temps ne devrait pas se 5 
mesurer sur la quantité des jours écoulés, mais sur la 
vivacité et le nombre des impressions ! Bien peu de 
semaines auparavant j'avais quitté l'antique masure, et si 
l'on m'eût dit que, depuis lors, plusieurs années avaient 
passé sur ma tête, je l'aurais parfaitement cru. 10 

J'entraînai le curé dans le jardin. Pauvre forêt vierge ! 
Elle me rappelait de tristes jours; néanmoins j'eus du 
plaisir à la parcourir en tous sens. 

Et puis le souvenir de quelques heures ravissantes me 
trottait par la tête; souvenir encore charmant pour moi, 15 
malgré l'amertume des déceptions qui avaient suivi un 
moment de bonheur. 

— Vous rappelez-vous, monsieur le curé? dis-je en 
montrant le cerisier où Paul avait grimpé. 

— Pensons à autre chose, petite Reine. 20 

— Est-ce possible, mon cher curé ? Si vous saviez 
combien je l'aime ! Il n'a pas de défauts, je vous assure ! 

Une fois lancée sur ce chapitre, nulle puissance 
humaine ou surnaturelle n'aurait pu m'arrêter, d'autant 
qu'au Pavol j'étais obligée de dissimuler mes idées. Je 25 
parlai si longtemps que le malheureux curé était tout 
étourdi. 

Nous passâmes la soirée à bavarder et à nous disputer. 
Le curé mit en œuvre tout son talent oratoire pour me 
prouver que la résignation est une vertu remplie de 30 
sagesse et facile à acquérir. 



90 Mon Oncle et mon Curé 

— Mon curé, répondais-je d'un air grave, vous ne 
savez pas ce que c'est que l'amour. 

— Croyez-moi, Reine, avec de la bonne volonté' vous 
oublierez et surmonterez aisément cette épreuve. Vous 

5 êtes si jeune ! 

Si jeune ! . . . c'était là son refrain. Ne souffre-t-on 
pas à seize ans comme à n'importe quel âge? Ces 
vieillards sont étonnants ! 

De mon côté, je répétais en secouant la tête : 
lo — Vous ne comprenez pas, mon curé, vous ne com- 
prenez pas ! 

Le lendemain, pendant qu'il me promenait dans son 
jardin, je lui dis : 

— Monsieur le curé, j'ai ruminé une idée, cette nuit. 
15 — Voyons l'idée, ma petite. 

— J'ai envie que vous veniez à la cure du Pavol. 

— On ne peut pas prendre la place des autres. Reine. 

— Le desservant du Pavol est vieux comme Hérode, 
monsieur le curé ; il vieillit beaucoup, et je surveille les 

20 signes de son affaiblissement avec une tendre sollicitude. 
Ne seriez-vous pas content de le remplacer ? 

— Si la cure du Pavol est libre un jour, je serais 
content d'y aller. Reine; seulement, ce changement ne 
dépend pas de moi. 

25 — Oui, je sais, mais mon oncle connaît beaucoup 
l'évêque, il arrangera cela. 

Le curé me reconduisit à C . . . Quand il me vit 
installée dans l'élégant landau de mon oncle, il s'écria : 
— - Que je suis content de vous savoir à votre place, 
30 petite Reine ! Cette voiture cadre mieux avec vous que 
la carriole de Jean. 



Mon Oncle et mon Cure 91 

— Vous me verrez bientôt dans un beau château, 
répondis-je. Je vais faire des neuvaines pour que le curé 
du Pavol s'en aille au ciel. C'est une idée très charitable, 
puisqu'il est vieux et souffrant. Vous aurez une belle 
église et une chaire, monsieur le curé, une vraie grande 5 
chaire ! 

Les chevaux partirent, et je me penchai à la portière 
pour voir plus longtemps mon vieux curé, qui me faisait 
des signes d'amitié sans penser à mettre son chapeau sur 
sa tète, car une heureuse, une joyeuse espérance était 10 
entrée dans son cœur. 



XII 



[Blanche makes the acquaintance of a Count de Kerveloch, falls 
in love with him and marries him. M. de Conprat disappears for 
a while to get over lus disappointment by travels in Russia.] 

Le seul événement de la fin de l'hiver fut en effet 
l'installation du curé dans la paroisse du Pavol, et je 
n'insisterai pas sur le bonheur que nous eûmes à nous 
retrouver sans crainte d'une séparation prochaine. 15 

C'était avec délices que je le voyais monter en chaire 
et prêcher d'un air réjoui sur l'iniquité des hommes. 
Puis il arrivait au château, comme jadis au Buisson, sa 
soutane retroussée, son chapeau sous le bras et ses 
cheveux au vent. 20 

Nous reprîmes nos causeries, nos discussions et nos 
disputes. Le temps me paraissait bien long, et les lettres 
de Junon, qui respiraient le bonheur le plus complet, 
n'étaient pas faites pour me consoler et me faire prendre 



92 Mon Oncle et mon Curé 

patience. Aussi allais-je sans cesse trouver le curé pour 
lui confier mes soucis, mes inquiétudes, mes espérances 
et mes révoltes contre l'attente que j'étais obligée de 
supporter. 
5 Je savais que mon objet n'avait point, hélas ! apprécié 
l'idée d'aller chez les Esquimaux. Il se promenait 
tranquillement à Pétersbourg, et les belles dames slaves 
me faisaient une peur terrible. 

— Êtes-vous sûr qu'il ne tombera pas amoureux d'une 
lo Russe, monsieur le curé ? 

— Espérons-le, petite Reine. 

• — Espérons -le ! . . . Répondez donc d'une façon 

plus catégorique, mon curé. A quoi pensez-vous? 

Voyons ! ce n'est pas possible qu'il s'éprenne d'une 

15 étrangère; dites-moi que ce n'est pas possible et qu'il 

m'aimera un jour. 

— Je le désire ardemment, mon pauvre petit enfant ; 
mais vous feriez mieux de supposer le contraire et d'en 
prendre votre parti. 

20 • — Vous me ferez mourir d'impatience avec votre 
résignation, mon cher curé. 

■ — Ah ! que vous avez peu de sagesse. Reine ! 

— La sagesse, à mon avis, consiste à vouloir le 
bonheur. Dites-moi qu'il m'aimera, mon curé, je vous 

25 en prie. 

— Mais je ne demande pas mieux, mon cher enfant, 
répondait le curé, qui, malgré son effroi pour la souffrance 
physique, eût bien été capable de suivre l'exemple de 
Mucius Scévola et de brûler sa main droite, si mon 

30 bonheur avait dépendu d'un tel sacrifice. 

Néanmoins, malgré la joie de posséder mon curé, 



Mon Oncle et mon Cure 93 

malgré la bonté de mon oncle et de tous ceux cjui 
m'entouraient, je devenais extrêmement triste. 

Six mois passèrent ainsi. 

Un jour, l'anniversaire de mon arrivée au Pavol, 
j'étais assise dans le jardin du presbytère. Deux heures 5 
auparavant, une pluie d'orage avait rafraîchi l'atmosphère 
et arrosé les fleurs du curé. Il s'amusait à chercher des 
limaçons pendant que, sous l'influence de pensées 
agréables, j'appuyais la tête sur le mur près duquel mon 
banc était placé et me laissais posséder par de joyeuses 10 
espérances. Les gouttes d'eau, qui obligeaient les 
feuilles à se courber sous leur poids, troublaient seules 
en tombant mes réflexions, et l'odeur de la terre mouillée 
me rappelait les meilleures heures de ma vie. 

De temps en temps, le curé me disait : 15 

— C'est étonnant, tous ces limaçons ! Croiriez -vous. 
Reine, que j'en ai déjà trouvé plus de cinq cents ? 

Je relevais la tête nonchalamment et contemplais en 
souriant le bon curé qui continuait ses recherches avec 
ardeur. Puis je reprenais mes rêveries et je finis par 20 
tomber dans un demi-sommeil. 

Je fus réveillée par le grincement de la barrière qui 
fermait la haie du jardin, et le son d'une voix pleine de 
gaieté me causa la plus violente secousse que j'eusse 
jamais ressentie. 25 

— Bonjour, mon cher curé, comment allez - vous ? 
Combien je suis content de vous voir ! Et Reine, où 
est-elle ? 

Reine était toujours assise à la même place, dans 
l'impossibilité de dire un mot et de faire un mouvement. 3° 

— Ah ! la voilà, s'écria Paul en s'approchant de moi à 



94 Mon Oncle et mon Curé 

grandes enjambées. Chère petite cousine, que je suis 
heureux, mon Dieu, que je suis heureux de vous revoir ! 

Il prit ma main et l'embrassa . . . 

— Chère Reine, murmura-t-il à mon oreille, si j'avais 
5 connu votre secret plus tôt, je ne serais pas resté si 
longtemps loin de vous. 

Je ne répondis pas, parce que je pleurais. 

Le jour de mon mariage se leva radieux pour moi. 
Jamais la voûte céleste ne m'avait paru plus splendide. 
lo Depuis lors, on m'a affirmé que le ciel était très couvert, 
mais je n'en crois rien. 

Une foule sympathique se pressait dans l'église. On 
chuchotait : 

— • Quelle jolie mariée ! comme elle a l'air heureux et 
15 tranquille ! 

Il est certain que j'étais étonnamment calme. 
Mais pourquoi me serais-je tourmentée? Mon rêve 
le plus cher s'accomplissait, un avenir de bonheur 
s'ouvrait devant moi, et pas la plus légère inquiétude ne 
20 venait m'agiter. 



NOTES 

Page LiNE 

1. II. flère, orgueilleuse, ' proud, haughty.' Fierté is a less 

reprchensible feeling than orgueil. 

,, i6. rigides: it is important to note the différence in forni and 
meaning of doublets, i.e. two différent words which represent 
one single Latin original, e.g. caplivus is reprcsented in 
French by captif of learned origin, and chétif of popular 
origin, just as in English by captive and caitiff. So we get 
rigide hère, 'stern,' and raide, p. 48 1. 28, 'stiff. ' CT. 
aspérité and âpreté, p. 2 1. 13 ; propreté, p. 4 1. 20, and 
propriété, p. 14 1. 9, etc. 

,. 18. que j'aie: why the subjunctive ? 

2. 5. puceron: lit. plant-eating insect ; say 'mite.' 

I, 6. je levais la tête : remember that though the normal modem 
usage requires the def. art. in French instead of poss. adj. 
with parts of the body, yet often for distinctness the latter is 
used. 

9. prisait par-dessus tout : be careful to sélect the right 
meaning of prisait, which must be translated in a very 
différent sensé in p. 7 1. 9. 

,, 13. des âpretés, des aspérités : cf. note, p. i 1. 16. There is 
not much essential différence in meaning between thèse 
doublets of Lat. asperitas ; the popular âpreté is more often 
used figuratively than the learned aspérité ; say ' harshness 
and ruggedness." 

,, 22. un pauvre sire : sire (a doublet of sictir and seigneur) is 
used in a slighting sensé; joi pauvre sire, "a nonentity.' 
What is the différence in meaning between mes pauvres parents 
and 7ncs parents pauvres ? 

, , 26. mon conseil de famille : a gathering of relatives under the 
présidence of a juge de paix, which plays the part of our 
Court of Chancerj' in the case of a rainor ; say ' guardians." 



96 Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

3. 13. inné: notice the pronunciation in -né, and cf. innombrable, 

intwmmé, innovateur, ittnovation, innover. As a rule, when 
7n or n are preceded by a vowel, and followed by a vowel or 
mute/4, Ihenaw, ani, on, ont, in, im, hâve not the nasal sound, 
e.g. inutile, inhabité. The same applies to double m, double 
n, or mn, e.g. im7nortel, année, ennemi, omnibus. Note : 
condamner, condamnable, condamnatoire, in which mn is 
pronounced like 7i. 

,, 17. ni château, ni castel : cf. note, p. i 1. 16. Castel, the 
obsolète form of château, was restricted to the fortified dwell- 
ing : trans. 'mansion,' 'castle.' Other instances will occur 
of the author's partiality for archaisms. 
, , 24. letirs termes, ' their (quarter's) rents. ' In ail its many 
shades of meaning, terme ('limit') never must be used to 
translate ' school terni,' which is le trimestre. Note the 
expressions — 

s' exprimer en termes propres, ' to express one's self in 

suitable words." 
çîn a terme ne doit rien ' money is not owed till it is due.' 
du curé : curé and vicaire in French are respectively the 
opposites of ' curate ' and ' vicar ' in English. 

,, 25. que mon curé : this introductory que must be left 
untranslated. It marks an emphatic inversion and is practi- 
cally a sign of equality between two terms. 

,, 28. à lui connues : currently used inslead of connues de lui. 

,, 29. je m'entendisse: be careful to get the proper meaning of 
entendre in the various passages in which it occurs ; s'entendre 
à, ' to know how to,' ' to riranage to ' ; vous ne vous entendiez 
pas avec (p. 53 1. 24), ' you did not get on with.' 

4. 2. des frais d'éloquence : frais means ' cost,' ' expenditure ' ; 

cf. p. 28 1. 'zg, faire des frais d imagi)iatio?i, ' to draw upon 
her imagination' ; p. 62 1. 12, faire quelques frais de conver- 
sation, ' to make some efforts to talk' ; faire les frais de la 
conversation, ' to contribute a large share to the talk.' 

7. mettre à l'envers, ' to put on the wrong side, inside out, 
upside down,' hère ' to upset. ' Note: il a r esprit à 
l'envers, ' he is crackbrained,' ' he bas lost his wits.' 
Envers is the popular doublet of inverse, see p. 12 1. i. 

,, 15. ergoteuses, ' contentious,' ' argumentative,' with an added 
sensé of ' quibbling ' ; cf the grave - digger's ' argal ' in 
Hamlet. 

,, 17. je n'avais garde, ' I did not want to,' ' I took good care 
not to. ' Note that the négative stands without any 
strengthening word {pas ox point). This was normal in the 
French of the Middle Ages, and survives in this and one or 



Notes 97 

Page i.iNB 

two other archaisms, as well as in certain recognised forms of 
expression (e.g. short conditional sentences). 

4. 20. propretié, ' cleanliness ; propriété, ' property. ' See note on 
p. 1 1. 16; cf. ' propriety ■ and 'property' in English. 

,, 22. s'il eût été : this is the one case in which si may be foUowed 
by the subjunctive (plufjerfect). 

6. 2. ses nerfs auditifs : bind the s, but do not pronounce the 
/ of rtt-r/s hère ; pronounce neither, when ner/s stands alone 
or before a consonant. See note, p. 40 1. 28. 

,, 14. à cet amour : Note — 

( I ) the variation in the gender of amour in the sing. and 

plur. , and cf. p. 11 1. 5, aiso délices, p. 91 1. 16. 
(2) mêler à, ' to join ' ; mêler avec, ' to confuse with ' ; se 
mêler de, ' to take part in," ' interfère' ; mêler, ' to niix," 
' to shuffle cards.' 
,, 19. ma mauvaise tête, ' my obstinacy"; it may also mean 
' my quarrelsome temper,' or ' my erratic nature.' C'esf une 
mauvaise tête, ' he is a queer fellow,' or ' a scap)egTace. ' The 
context must supply the appropriate meaning of mauvaise 
tête. 
,, 26. je l'en ai vu coiffé, ' I saw him wearing it. ' Use porter, 
' to wear,' for most articles of dress, and mettre, ' to put thein 
on ' ; coiffer and se coiffer for head-dress, and chausser and 
se chausser for shoes and stockings. Notice — 

être né coiffé, ' to be born with a silver spoon in one's 

mouth. ' 
coiffer Sainte Catherine, ' to remain an old niaid.' 

,, 29. replet et dodu : there is not much différence in meaning, 
except that replet refers to the gênerai rotundity of the body, 
and dodu rather to the covering of flesh ; say ' corpulent and 
plump. ' 

6. S- poules et lapins : the def. art. is often omitted in enumera- 
tions. 

,, 10. de l'introduire, ' to usher him in.' Remember that /w^'//^/- 
is ' iiitroduce ' in the social sensé. 

,, 16. tout d'une pièce : cf tout d'une haleine in p. 25 1. 31. 

,, 21. la mercuriale : this word was formerly applied to a meeting 
of the Parliament of Paris on Wednesdays (mercredi, 
i.e. Mercurii dies. from Mercurius the god of business ; 
cf. Lat. mercuriales viri, business nien) to correct abuses 
in the administration of justice. Then the word was trans- 
ferred to the speeches niade at such meetings, and now nieans 
a 'rebuke,' or 'lecture.' 

,, 28. l'appartement generally means ' the suite of rooms,' or ' flat. ' 

H 



98 Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

7. I. mouchoir à carreaux : similarly un complet à carreaux 

means 'a check suit." Carreau (cf. Lat. quadriim, a 
square) has many other meanings ; thus p. 22 1. 20, sur le 
carreau, 'on the Hoor' ; p. 27 1. 3, le carreau de papier. 

6. le plus courts possible : \\\\y x\o\. les ■s.nà. possiblesl 

, , 26. lui faisait ébaucher : faire requires the dat. when the dé- 
pendent verb has a direct object ; cf. note, p. 14 1. 19. 
Ébaucher, ' to make a rough sketch of. ' Transi. ' made him 
heave a gentle sigh.' 

„ 31. voire même : voire (Lat. verum) and même are équivalents, 
the former beiiig ' truly,' ' indeed.' La voire in Old French, 
' the truth ' ; see note, p. 87 1. 18, les siennes. 

8. 6. pour ses héros : do not sound the s final of ses before the h 

aspirate. Note : le héros, but l'héroine. 

7. les exaltait : note that é-xa/ZaîV has a différent meaning hère 

from that of ' e.vciting,' which it bears in p. 9 1. 13. 

,, 13. fantaisiste, ' whimsical. ' The word implies ' comic fancy, ' 
whQïc^s fantasque (p. 38 1. 9) has the sensé of ' extraordinary.' 

,, 22. avait beau pousser : see note, p. 36 1. 6. 

,, 25. Mucius Scévola : the story of Mucius 'the Left-handed ' 
{Scaevola, dim. oi scaevus, 'left-handed') is told in Livy 
ii. 12. Having failed in an attempt to assassinate Lars 
Porsenna, and being taken before the king, he burnt off his 
right hand to show how little he cared for the tortures that 
might be inflicted on him. 

9. 9. soit ! pronounce the / of this exclamation. 

,, 13. de s'exalter : the infinitive is sometimes thus used with the 

préposition de instead of the indicative in vivid narrative, like 

the historié infinitive in Latin. 
,, 23. de l'homme fait, ' of a grown-up man.' 
,, 26. l'excellent homme: theadj., when purely descriptive and 

not serving to distinguish one individual from another, takes 

the unemphatic place before the noun. This principle, which 

is often exemplified throughout the book, will not be referred 
' to in the notes again. 
10. 3. je me souciais bien de la vie ! the exclamation implies the 

opposite of ils literal meaning ; say ' life, indeed ! ' or ' what 

did I care about life ? ' Cf. p. 69 1. 23. 
7. sa bouche, toujours souriante, se refusant : distinguish 

carefully between the près. part, which is always invariable, 

and the verbal adjective which agrées. 
,, 12. Tibère avec Vespasien : Tiberius became Emperor in A.D. 

14, Vespasian in A.D. 69. The former is the type of most 



Notes 99 

Pa^e LiNE 

of what is bad. X'cspasian (Kmpcror from A.D. 69-79) 
did more by his cxaniple than aiiy législation could hâve 
donc to improve the morals of his âge. 

10. 13. ces bonshommes, ' those old fcUows." Bonhomme is gener- 

ally uscd sli£;luingly. We hâve the word on p. 72 1. 10, 
used of figures, ornaments. 

,, 14. ennuient: pronounce the fîrst syllable with the nasal sound, 
and cf. enivrai, p. 23 1. 18. But the word ennemi is pro- 
nounced t-nemi. 

11. I. ben : vulgar for i^/V«. Pronounce as if spelt (in French) ^/«. 

5. de ses seules amours : contrast the gender of amours hère 
with that of amour on p. 5 1. 14, and see délices on p. 91 
1. 16. 

9. péronnelle is really a proper nanie, the diminutive of Perrine, 
a fcni. form of Pierre ; cf. ' Simple Simon." 

,, 25. vilaine, 'honid. ' This is a word of feudal origin, meaning 
'rustic' Lat. villanus, from villa, 'a country estate. ' Cf. 
Engl. villein, villain. 

,, 27. les injures, like its classical prototype, Lat. injuriae (pi.), 
means ' abuse, ' not ' wrongs. ' 

,, 28. par exemple ! this exclamation takes its meaning from its 
context, and the various shades of meaning are indicated by 
the tone in which it is uttered. Hère we should say ' the 
idea of such a thing ! ' Cf. p. 81 1. 15. 

12. I. en sens inverse, ' in the opposite direction ' ; see note, 

p. 4 1. 7. 

3. l'ogre et le petit Poucet : the storj' of little Tom Thumb 

and the Giant of the seven-league boots is told by Perrault in 
his Contes des Fi'es. 

,, 10. ce n'est pas la peine: the mère copula être is a sign of 
equality between two terms ; hence it gets the idea of valoir, 
' to be worth. ' For peine see note, p. 64 1. 16. 

,, 25. la vengeance est le plaisir des dieux : cf. 9iad)C ift 
îiifî. Tic 5)iart)0 rtcljLht bon (Biittcrn, and the Biblical 
quotation : ' Wngeance is mine, saith the Lord. ' 

13. 2. Judith avec Holopherne : see the Apocryphal book of 

Judith, chap. xiii., and cf. Jael and Sisera, Judges iv. 18. 

4. enragée: this word takes its meaning from rage (rabies). 

' madness ' in dogs. 
,, 10. fosses nasales, 'nostrils.' Fosse (la), 'hole,' ' grave ';y^w^ 
(le), 'trench,' 'moat.' Thèse are not strictly doublets, as 
they are supplied hy Iwo Latin ox\g\n:Cis, fossa o.nA fossatum 
respect ively. 



loo Mon Oncle et mon Curé 

Page i.iNE 

14. 19. je le lui ai entendu dire à elle-même : en/endre, ' to 

hear,' [\\]ie faire, p. 7 1. 26) requires a dat. object when the 
dépendent infinitive has a direct object. The same con- 
struction is used with voir. A elle-mcme emphasises lui. 
,, 26. innocent: see note, p. 3 1. 13. 

15. I. défends : dé/eudre means ' to forbid,' in spite of the fact that 

in the next line défense means 'defence.' 

,, 8. que vous venez de dire : distinguish between î'^wzVrt't'a'z/r, 
' to hâve just said ' ; venir à dire, ' to happen to say ' ; venir 
dire, ' to corne and say, ' also ' to corne to say ' ; cf. p. 45 1. 
10 ; p. 81 1. 10, fen vins à, ' I was reduced to.' 

16. 9. dogue, ' bulldog ' ; sometimes in full honkdogue, adopted 

froni the English. 

,, 10. l'envoyait pronaener, ' tojd her to mind hcr own business.' 
To ' send a person walking ' might sometimes find a stronger 
équivalent in English. 

,, 17. naisérable pécore! ' you good-for-nothing fool ! ' Pécore 
[peciis) in this sensé is alittle stronger than bête, p. 7 1. 20. 

,, 26. que si! que exclamatory, not to be translated. Si means 
'yes ' in contradictions, as also does si fait. 

vos doigts . . mes épaules : see note, p. 2 1. 6. 

17. 2. diplomatie : pronovmce the -tie like ci. Cf. aristocratie, 

démocratie, prophétie, etc. What is the correct pronuncia- 
tion of the following ? — 

(i) itnpartial, essentiel, patience, minutie, poiiion, in- 
vention, édition. 

(2) question, nous inventions, mixtion. 

(3) chrestomathie, sympathie. 

(4) ineptie, inertie, initier, balbutier. 

(s) Dotnitien, Titien, Égyptien, Spartiate, Sébastien, 
ch rétien , en t retien . 

, , 8. était en tiers, ' made a third. ' 

,, 18. confident: distinguish between this word and confiant, and 
betvveen confidence, ' a secret,' and cottfiancc, ' trust.' 

18. 7." égoutté, ' strained ' ; égoutter means to separate the whcy 

{petit lait) from the curds (lait caillé). 

,, 8. maigre chère, ' poor fare.' Chère ?naigre means 'a meal 
without méat ' ; cf. soupe maigre, ' vegetable soup. ' 

, , 10. en criant la faim : crier à la faim is also used. Trans. 
' famished ' ; shouting ' hunger ' just as one does ' fire.' 

,, 13. le menu: England has adopted this word without heeding 
the fact that the e is mute. It is first an adj. meaning ' small ' 
(Lat. minutus), then a noun denoting ' little détails,' and 



Notes loi 

Page LiNE 

par excellence the détails of a meal. The wcrd is also uscil 
adverhially, écrire menu, ' to writc a small hand.' 

18. 22. l'agrément: hère 'conifort.' The word gencrally mcans 

' assciu ' or ' pleasure.' 
,. 26. Pâques, meaning ' Easter, is masc. sing. , but fem. plur. 
iii Pâques closes, ' Low-Sunday ' ; Pâques fleuries, ' Palm- 
Sunday " ; faire ses Pâques, ' to receive the Sacraincnt at 
Easter.' — Pâque, ' Passover," is fem. 

19. II. la vilaine époque: cf. p. 11 1. 25. 

,, 22. hommes, femmes, enfants: see note, p. 6 1. 5. 

,, 24. un horrible mélange : an allusion to the words of Athalie 

in Racine's tragedy of that name. Describing her vision of 

Jezebel she says : 

Et moi je lui tendais les mains pour l'embrasser ; 
Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange 
D'os et de chair meurtris et traînés dans la fange, 
Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux. 
Que des chiens dévorants se disputaient entre eux. 

, . 26. les quatre fers d'un chien : quatre fers, a terni applied 
to the shoes of a horse : tomber les quatre fers en Vair, i.e. 
'on the back.' As dogs do not wear shoes like horses, les 
quatre fers d'un chien= ' nothing at ail.' There is a sonorous 
\'ulgarity about the expression (chien being often used in 
oaths) which it is difficult to reproduce in English without 
recourse to slang. 

, . 27. langage is the ' style ' or form of expression with which one 
speaks une langue. 

20. I. sacripants, ' scoundrels. ■ 5<zf;7/>a«/t' (Italian) is the Saracen 

King of Circassia in Ariosto's (1474-1533) Orlando Furioso 
(Fr. Roland Furieux). 
,, 7. supiJÔts (Lat. suppositus), ' subordinates, ' ' imps.' 

,, 12. troublé dans la dégustation: troubler and trouble niust 
not be translated by ' trouble ' (tourtnentcr, ^^êner, peine) ; 
there is ahvays a notion of ' confusion ' and ' embarrassment,' 
sometimes ' fear, ' in trouble. Goûter, ' to taste ' in the sensé 
of taking a little ; déguster, ' to taste ' in the sensé of testing 
the quality. 

,, i6. confiance: see note, p. 17 1. 18. 

,, 23. hors de cause, ' not parties to ihe suit.' 

21. 10. maringote, 'village cart.' The word (sometimes spelt 

tnaringotte) is of uncertain origin, and not found in the 
Dictionnaire de t Académie. Probably it conies from tlic 
name of a person or place, like the Engl. ' brougham,' which 
is so called after Lord Brougham. 



I02 Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

21. II. le chef, 'lier head.' Chef (from Lat. caput) is now seldom 

found in this sensé ; by extension we say quatre cents chefs 
de brebis, and, by metaphor, le chef d'une famille, le chef de 
bureau, etc. It is interesting to note that the Lat. testa, the 
original of tête, meant ' a pièce of crockery,' and was Roman 
slang for 'the skull.' Cf. p. 71 1. 19. 

,, 13. crânement, ' audaciously ' ; connected with crâne, ' the 
head' (Lat. cranium). 

22. 5. des paniers à salade : a kind of wire basket in which the 

salad is placed and drained after being shaken. Cf. Balzac's 
vivid description of the panier à salade ('prison-van') in 
vol. xviii. of the Comédie Humaine : ' Ce surnom de panier 
à salade vient de ce que, primitivement, la voiture étant à 
claire-voie de tous côtés, les prisonniers devaient y être secoués 
absohiment comme des salades.' 

,, 18. la partie supérieure : be careful to distinguish la partie, 
' the part,' ' the game ' ; la part, ' the share ' ; le parti, ' the 
resolution,' ' political party,' 'profit.' Cf. p. 69 1. 10, 7/ne 
partie d'échecs, where the word means 'a game' ; p. 8i 1. 
22, prendre un parti, ' to make up one's mind.' 

,, 20. sur le carreau : cf. note, p. 7 1. i ; p. 27 1. 3. 

23. 2. je pris au hasard dans : note the précise use of the pré- 

position with prendre. In English we say indifferently 
' from ' ; in French we take things sur a table and dans a 
pocket. 

• > 7' J6 vivrais . . que je n'oublierais jamais: this is an 

élégant variety of the conditional sentence (based on the 

concessive ; see note on quand même, p. 83 I. 3), and will 

• generally be found two or three times in 100 pages of good 

French. Cf. p. 49 1. 31, vous seriez . . que je fi aurais pas. 

,, 17. je crus avoir été: the tendency of modem French is to 
avoid unnecessary subordinate clauses introduced by que. 
This can generally be effected by the infinitive when the 
subject of the subordinate is the same as that of the principal 
verb. 

,, 18. m'enivrai : the en is nasal ; cf. note, p. 10 1. 14. 

,, 27. aura monté : the future perfect is sometimes used idiom- 
atically to express supposition ; translate hère ' must hâve." 
Use avoir with monter to dénote the act, être to dénote 
the position or state. 

24. 3. c'est bien la peine! see note, p. 12 1. 10. 

,, 10. Catherine Glover : i.e. in The Fair Maid of Perth; 
her lover is Henry Gow alias Henry Smith alias Hal of the 
Wynd. 



Notes 103 

Page i.iNP. 

24. 21. en essuyant: essuyer (Lat. cxsiucarc) nol only nieans ' lo 
dry,' ' wi[X" iip," but aiso ' to undcrf^o. ' 

,, 31. une scène d'attendrissement: in English simply 'a 
sccne' ; say hère ' having given way to {or shown) niy feelings.' 
26. 4. inutile : pronounce i-nuliU. Cf. note, p. 3 1. 13. 

8. quelque mandes qu'elles aient été : whai arc ihe various 
usages of <ji/t-l</ut- ? 

, , 17. Rébecca . . le Templier : in Ivanhoe. 

,, 18. un cours d'histoire, ' a liistory lecture.' Speaking gener- 
ally, cours (Lat. cursus) dénotes 'direction,' course (Lat. 
cursa), ' movenient.' The uses sonieti mes overlap. W'e say 
le cours cTun Jleuve ; le cours (' orbit ') de la lune ; les cours 
sont élez'és, ' priées hâve gone up ' ; pas de course, ' double' ; 
courses plaies, ' flat-racing ' ; j'ai fait tant de courses, 'I 
hâve been runiiing about so much.' 

,, 22. confectionner : what is the French for ' a confeclioner ' ? 

,, 23. Elisabeth d'Angleterre : note that the article of fcm. 
names of countries is omitted with titles, products, and afier 
verbs of motion ; e.g. le roi de Prusse, le fer de Suède, 
il vient d' Espagne. Cf. les tapis de Turquie and la 
puissance de la Turquie, the art. being omitted when 
origin is implied. 
Elisabeth . . Amy : she had becn reading Kenilworth. 

,, 31. me les débitait tout d'une haleine : cf. p. 6 1. 16. 

26. 14. perdit ses sovirires et ses couleurs : we must paraphrase 

hère, ' lookcd grave and turned pale.' 

,, 18. machiavéliques: pronounce the cA likc k. Macchiavelli 
(1469-1527), the fanious and infamous Itahan statesnian 
and writer, is ahvays taken as the type of pohtical immoralit)'. 
He embodied his views in a book called TAe Prince, which 
served as a guide for nionsters like Caesar Borgia. 

,, 21. je n'avais garde d'oublier : cf. p. 4 1. 17. 

27. 3. le carreau de papier : sce note, p. 7 1. i. 

,, 14. Buckingham : George ViUiers, the famous duke of the time 
of Charles II., plays an important part in Peveril of the 
Peak. Dryden calls him ' chemist, fiddler, statesman, and 
buffoon. ' 

,, 16. boufifettes, 'ribands'; lit. 'puffs' {bouffer) or knots of 
ribands worn on hats, etc. 

,, 17. Alice Bridgenorth : the Puritan heroine of Pez'cril of the 
Peak. 

,, 26. elle avait cru se mettre à la hauteur : sce note, p. 
23 1. 17. 



I04 Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

28. 2. un homme manqué, 'a half-and-half nian." Manquer, 

' to fail,' ' to do a thing inconipletely. ' 
4. n'entendait pas raillerie sur ce sujet: entendre la 

raillerie is active in idea, ' to know how to joke ' ; entendix 

raillerie, ' to be able to take a joke.' 
, , 9. d'un ton pénétré, ' in a tone of émotion ' ; feeling makes ils 

ïcav into the heart and voice. 
, , 29. des frais d'imagination : cf. note, p. 4 1. 2. 

29. 8. je m'esquivai, 'I niade myescape' ; there is an added 

notion of ' skill ' which is not contained in the ordinary 

échapper. 
,, 10. il était une fois . . : adapted from the first line of the 

celebrated Chanson populaire of Béranger (1780-1857) — 
Il était un roi d'Yvetot. 

// était is the poetical and ' higher diction ' for the colloquial 

il y avait. 
, , 22. Fenella, the mute girl in Pez'eril of the Peak. 

,, 23. exiguë : how would this be sounded without the trémal 

,, 29. je l'avais . . attrapé, ' I had deceived him.' This is a 
famiUar and figurative use of att)-aper, ' to catch,' ' entrap.' 

30. 18. ses griefs : pronounce the / and divide the i from the e. 

The word does not mean ' griefs,' but ' grievances. ' 

31. 5. la plus belle flUe de France : the daughter of Madame 

de Sévigné (1626-1696) was married in 1669 to Comte de 
Grignan, governor of Provence. Her mother speaks of her 
as la plus jolie fille de France in the immortal Letters, as 
does also her cousin Bussy-Rabutin ; the retort e7i attendant 
etc. was made by Madame de Grignan to her tutor who 
reminded her of the transitoriness of her beauty. 

,, 23 and foll. Notice the tenses carefully in this paragraph. 

,, 28. ses couleurs : cf. note, p. 26 1. 14. 

33. 29. annihile : an old-fashioned and ahnost obsolète word, for 

which anéantir would be a natural substitute. 

34. 18. dérider l'esprit : dériderhzs nothing to do, either by dériva- 

tion or meaning, with ' déride ' or Lat. ridere. It comes 
from ride, ' wrinkle. ' 
,, 28. Groenland: pronounce the second syllable -f«- like the en 
of liien. 

35. T. commandant de Conprat, 'Major de Conprat." The 

rank ' major ' also exists in the French Army, but such an 
ofificer has not the same battaHon duties as the commandant 
and our ' major," and is rather équivalent to ' paymaster' or 
' quartermaster. ' 



Notes 1 05 

PagetiNE 

36. 7. aimé de tout le monde : use de before ihe agent wlien 

mental fcc-liiigs or facultics are to Ixî cxprcsscd ; par for 

boclily actions. 

36. 3. sous vos yeux : notice the possessive hcre and in other 

siniilar |)assages. Cf. note, p. 2 1. 6. 
,, 6. j'avais beau passer: Atwr M?//, with the infinitive, 'todo 
a ihing in vain.' It is soinething like the English expression, 
' it is ail very fine ' (i.e. ' but no use '). 

7. les héros de roman: note that «/f without the article bas 

adjectival force, while with the def. art. it dénotes posses- 
sion. Cf. des livres d'enfants, and les livres des enfants. 

8. dodu : see note, p. 5 1. 29. 

,, 10. spirituel generally means ' witty," as hcre, but has also the 
nieaning of ' spiritual.' 

37. 3. un vif mouvement d'orgxieil : mouvement is often mental 

(' impulse,' ' fceliiig ') as well as bodily, just as 'émotion' 
is derivcd from ' moving. ' 
,, 10. le lait égoutté : see note, p. 18 1. 7. 

,, 13. de réussir ce que je fais : réussir is transitive as well as 
intransilive. 

, , 21. une maison honnête : honnête is not aUvays to be translated 

by ' honest ' ; hère 'respectable.' Distinguish between uti 

homme honnête and un honnête homme. 
,, 23. vertement, 'sharply.' Fifr/ conve3's a notion of 'vigour'; 

la langue verte, ' slang. ' W'e bave «ne verte semonce on p. 

62 1. 4, 'a sbarp rebuke.' 

38. I . en guise de surtout : the surtout of a table is not ' the 

cloth,' but the centrepiece or old - fashioned 'epergne' 
(which, by the way, is not a French word). 

,, 2. à la bonne franquette : this diminutive hom franc is only 
used in this familiar e.xpression. 
8. le goût fantasque : see note, p. 8 1. 1 2, fantaisiste. 

,, 19. Heraclite: Heraclitus was a doleful Greek pessimist philo- 
sopher of the early part of the fifth centiu-y B.C. His 
teaching is opposed to the laughing philosophy of Demo- 
critus. 

,, 24. si j'étais gouvernement: many P'rench nouns bave the 
power of being used as adjectival compléments, il est mi'decin, 
si fi'tais roi, and, by analogy, si j étais gouvernement. 

39. II. les gredins, ' scoundrels ' ; akin to English ^r^é-^. 

,, 12. des pensums qu'ils m'ont valus: pronounce/^«5//;« as 
if spelt (in French) pinsomme. Valoir, ' to be worth," ' to 
bring in,' ' to procure.' W'hy does the part, agrée? 



io6 Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

39. 25. entrain, 'spirit. ' 

40. 16. les gens malheureux : note the gender of the adjective 

foUowing _^(,v«, and cf. les vieilles gens. Why is it correct to 

say toutes les bonnes gens and tous les braves gens ? 
,, 17. à l'envers : see note, p. 4 1. 7. 
,, 22. de ce que : if we say ' from the fact that,' we can see how 

this and similar expressions {par ce que) get their nieaning. 
,, 28. œufs à la coque : pronounce the s, but not the/"; cf. note, 

p. 5 1. 2 ; ' boiled eggs,' lit. ' in the shell ' (Lat. conchà). 

41. 3. le volatile and la volaille are not, in the strictest sensé, 

doublets (see note, p. i 1. 16), as the former cornes from 
Lat. volatilem and the latter from the n. pi. volatilia. 
,, 4. festoyer, ' to entertain,' a word of familiar character. 

durant plusieurs jours : durant, ' throughout,' is stronger 
than pendant, and is sometimes placed after its noun. 
,, 7. rogue, not 'roguish.' 

42.30. que je me répétais : this must be translated by a compound 
English tense because of il y avait. 
, 31. en mon for intérieur : for is the Lat. forum ; for intérieur 
is the spiritual court of the conscience — say, ' in my heart 
of hearts. ' 

43. I. avis carré: in English we talk of ' fairly and squarely," 

while, on the other hand, in Shakespeare, ' to speak roundly ' 
means ' to go straight to the point. ' 

44. 20. de se mettre en tiers : cf. p. 17 1. 8. 

45. 10. je viens vous parler : see note, p. 15 1. 8. 

46. 14. je ferai à ma tête : tète in the figurative sensé of ' in- 

clination.' 
, , 22. étiolée : the dictionary word ' etiolated ' does not convey 
much meaning to those who are not botanists ; say ' weakly,' 
'sickly.' It is applied to végétation that has not enough 
light. The paraphrase ' stunted ' gives the idea of the 
context. I once overheard a Frenchman, who was looking 
at some Fritillaries in Kew Gardens, exclaim ' Ah ! des 
tulipes étiolées ! ' 

48. 6. fagotée: in a familiar sensé /a^<?to-= ' to dress badly,' from 

the notion of ' bundling up ' sticks. 
,, 10. limaçons, 'snails,' in a gênerai sensé; so also colimaçon. 
The edible variety is escargot ; limace, ' slug.' 

,, 28. raides : see note, p. i 1. 16. 

,, 31. un bonhomme : see note, p. 10 1. 13. 

49. I. si tant est que, ' supposing that,' ' if it can be said that' ; 

lit. ' if it is so much,' ' if the thing is that.' 



Notes 107 

PagetiNE 

49. 12. mais oui : ncvcr pronouncc thc s of mais befoie oui. 

,. 26. algarade, introduced in the scvcntcenlh ccntury froni the 
Spanish, which had rcceived it from the Arabie, had ihe 
now obsolète sensé of ' niililary raid ' ; say ' repriniand." 

,, 27. sur ma tête: note the possessive, and remcmbcr that, 
apart from what is said in note, p. 2 1. 6, a writer fond 
of the seventceiuh-century style would avoid the definite 
article in such cases. 

,, 29. spécimen: pronounce thc last syllable almost likc the 
English, only a littlc more broadly. 

,, 31. vous seriez . . que je n'aurais pas: sce note, p. 23 
1.7. 

50. 3. grand merci: cf. the Shakespearian 'gramercy,' which 

means prccisely the sanie thing, but is often so nialtreatcd 
as to beconie an équivalent of the exclamation ' marry ! ' 

,, 10. manière comme une autre : the indefinile article is omitted 
in cxplanatory apposition. 

,, 13. mouvement : see note, p. 37 1. 3. 

,, 16. larges, 'lo^ 'large." 

,, 18. coloré, of the natur.al complexion ; cf. couleurs, p. 31 1. 28. 
The différence in art between colorer and colorier is that the 
former means to put colour on ordinary objects (glass, etc.), 
the latter, to put colour on engravings and drawings. 

,, 22. l'homme du monde et l'homme de race: monde, 

'Society'; race, 'family.' Transpose and say, ' of birlh 

and breeding. ■ 
, , 28. qui démontait : the nietaphor is from unhorsing an adver- 

sary in the tournanient and pinning him to the ground. 

We might make a slight change and say, ' disarmed the 

boldest and ran them through.' 

51. 25. me trouveriez - vous beau: the conditional is used to 

dénote supposition and possibility. It tones down a direct 
statement or question, and leaves the authority to others. 
Net ' do you think me ? ' but ' am I to believe that you think 
me? ' Cf. la tnalheureuse femme serait tombée par la 
fenêtre, ' is alleged to hâve fallen,' ' it is believed that she 
felL' 
, , 28. je ne m'y connais pas : distinguish between se connaître 
with the indirect and connaître with the direct object. 

52. 12. véhicule : see note, p. 82 1. 9 ; and cf. p. 41 1. 3. 

volatile. 
,, 15. un nouveau journal : contrast the weak meaning of//u«î'^a« 
preceding its noun, as hère, with its force in mes idées 
nouvelles, p. 86 1. 4. 



io8 Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

52. 20. blasée sur : the word blasé has almost been Anglicisée! to 

indicate the feeling of satiety and languor in the enjoynient of 
pleasure. The word is of doubtful origin ; say ' wearied of. ' 

,, 27. je croyais vous être agréable : cf note, p. 27 1. 26. 

, , 29. la question d'Orient : cf. note, p. 36 1. 7. 

,, 31. mœurs: pronounce the j sharply, and, of course, the r. 

sapajous : from a Brazilian word (sajouvassou) which means 
a kind of ape. 

53. 10. sacripant : see note, p. 20 1. i. 

,, 12. un verbe : the famihar colloquial language employs t'^ri^t' for 
l'oix in the expression avoir le verbe fort. Hère verbe is used 
in its grammatical sensé. 

,, 18. le sens commun : do not pronounce the final s of sens in 
this and similar expressions where the word has the intel- 
lectual meaning. The final s is sounded in the majority of 
other cases, not in sens dessus dessous. 

,, 24. vous ne vous entendiez donc pas: cf. note, p. 3 1. 29. 

54. 13. je me marierai : remember that marier is used of giving in 

marriage, se marier and épouser (\. 25)= 'to marry ' (of the 
bride and bridegroom). 

,, 19. ne valent pas le diable : hère diable is used in the weak 
sensé (see note, p. 72 1. 26). On p. 71 1. 22 it is a strong 
expletive. 

,, 23. la sentence, 'opinion,' 'judgment' in the Latin sensé. The 
word for a ' sentence ' in a page is phrase ; for a sentence m 
court say arrêt. 

57. 19. m'est avis : Perrine's familiar expression préserves, like much 
of the talk of the uneducated, the older obsolète form of the 
language. 

,, 20. le cas extraordinaire : this is M. de Pavol's expression for 
an idéal suitor, one who in ail respects is so perfect that it 
would be absurd to refuse him. 

59. I. je me mêlai à : see note, p. 5 1. 14. 

2. recouvré: the différence* in meaning hei'Ne&w recouvrer ^nà 
recouvrir is like that between ' recover ' and ' re-cover ' ( Lat. 
recuperare and recooperire). 

,, 17. du monde : see note, p. 50 1. 22. 

,, 27. déception must not be translated 'déception.' It nieans 
' disappointment. ' According to the context you will trans- 
late ' déception ' into French by words like tromperie, 
mensonge. 



Notes 109 

Page LiNR 

60. 5. valseur émérite (Lat. emcritus, ' onc who lias scrvctl his 

time ' ) : professeur émérite, a retirée! professor who keeps 
his title. Say herc ' a master of the art. ' 

,, 19. l'accent as a ruie refers to the ' tonc ' rather than thc nianncr 
i)f fxprossioii. 

,. 25. troublait: sec note, p. 20 1. 12. 

61. 17. anticharmant : a niade-up word. 

62. 4. une verte semonce : cf. note, p. 37 1. 23. On p. 63 

1. 29 \ve hâve sermon, which is net connected with semonce 
(Lat. suntmonitus). Note the position of the adjective used 
in a figurative sensé. 

8. des coups d'épée dans l'eau: this expression to dénote 
waste of trouble niust be rendered by sonie corresponding 
AngHcisni, e.g. ' water off a duck's back,' ' to plough the 
sands. ' 

,, 12. cavalier: notice the doublet of this (cf. note, p. i 1. 16), 
chevalier, p. 76 1. 4. Cavalier, ' horseman ' (hère 'part- 
ner ■ ) ; chevalier, ' knight. ' 

,, 13. quelques frais de conversation : see note, p. 4 1. 2. 

„ 22. au Mont-Saint- Michel : in Cancale Bay, a fewmiles south- 
vvest of Avranches. The church and impregnable castle 
which crown this majestic rock were built in early Norman 
tinics. Sec below, pp. 75, 76. 

63. 4. je mettais mon danseur sur les dents : the expression 

is taken froni the action of a horse gripping the bit when he 
is tired ; say ' wore out,' ' knocked up.' Other familiar 
expressions with de»ls are — malgré mes dents, ' in spite of 
my résistance' ; rire du bout des dents (cf. p. 80 I. 10). 

,, 18. par la force des baïonnettes : on June 23rd, 1789, the 
great popular leader Mirabeau replied to the request of the 
Marquis de Brézé, on behalf of King Louis XVI, that the 
National Assembly should disperse — ' Allez dire à votre 
maître que nous sommes ici (Versailles) par la puissance du 
peuple, et qu'on ne nous en arrachera que par la puissance 
des baïonnettes.' 

,, 29. sermon : see note, p. 62 1. 4. What is the meaning 
of le serment, which is derived from Lat. sacramentum ? 

solennel : pronounce the second syllable like la. 

64. 4. recueillement : ' méditation ' ; see next note. 

,, II. recueillie: the word gets its meaning from the idea of 
coUectiiig one's thoughts together for self-examination and 
méditation ; say ' thoiightful,' ' pensive.' We had the noun 
' recollect ■ in English, meaning 'ahermit.' Cf. the monks 
called les Rècollets. 



iio Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

64. 16. à la peine : see note, p. 20 1. 12. Quite a différent 

nieaning from à peine, ' hardly ' ; 7nourir à la peine, ' to die 
without reaping the fruit of trouble.' 

, , 20. au diable : hère the word is used seriously. 

,, 31. son petit nom : same zs, frétwfn or tiom de baptême. 

65. 8. nous en parlons : it is a colloquialisni, based on old usage, 

to eniploy en for persons. 
,, 9. à lui : why the disjunctive ? 

,, II. la parenté et lés relations :' relationship and connexions.* 
Parent \s 'relative.' 

, , 27. pondérer : we niust get a more pompous word than ' weigh. ' 

66. I. à la bonne heure, \\V.e par exemple (p. 11 1. 28), takes ils 

meaning from the context or tone in which it is said ; it 
generally has the sensé of approval. Do not confuse with de 
bonne heure, ' early, ' and le bonheur, ' happiness. ' 
,, 18. le gouvernement : this does not give any internai évidence 
as to the exact date of the book, except that the Government 
was not aristocratie. M. de Pavol would be against any 
Government in France after 1848. 

,, 23. à la raquette, ' battledore and shuttlecock,' raquette being 
the former (Engl. racquef). 

67. 5. allure has nothing to do with the English allure, but is 

connected with aller, and means 'gait,' 'speed,' ' move- 
ment,' etc. ; then cornes the idea of ' manner. ' 

,, 9. quinte (Lat. quinta, 'the fifth paro.xysm'), 'fit of cough- 
ing ' ; cf. ' quartan fever.' Quinte, from this sensé of fit- 
fulness, gets the meaning of 'whim,' 'caprice'; cf. adj. 
quinteux. 

,, 12. le Buisson et les bois : she is riglit as fiir as meaning goes, 
but not by etymology. Buisson from buis, from Lat. buxus ; 
bois from Old Low Latin bosciim or buscum ( ' bosky dells ' ). 

,, 21. la pondération: cf. p. 65 1. 27. With memories oi Bleak 
House and Mr. Turveydrop, one is tempted to say ' de- 
portment." 

69. 3. traitais : traiter de, like qualifier de (1. 16), means ' to call ' ; 
traiter eti or comme, ' to treat as.' 
cancans, ' gossip. ' This word probably owes its origin to 
the imitation of the sound of talking, and is not derived from 
Lat. quamquam. See note, p. 94 1. 13. 
,, 10. une partie d'échecs : cf. note, p. 22 1. 18. 
,, 12. à mi closes: mi (Lat. médius), 'half, ' is generally joined 
by a hyphen to the word wliich it limits, and very seldoni 



Notes 1 1 1 

Page LiNE 

used witli à bcforc an adjective ; »// (Lat. malt), ' badly," 
is a pretix. 

69. 16. se qualifier d'ennuyée (see note on traitais above), ' he 

called bored.' 

,, 19. c'est, 'itwas. ■ Notice the différence of tense in English. 

je fis un retour sur . . , ' I held an examination of my own 
fcclings of pleasurc. ' The idea \x\ faire un retour sur is that 
of ' looking back ' on conduct. 
,, 23. 11 se souciait bien de Beethoven : cf. note, p. 10 1. 3. 

70. 22. aveuglement : note the difiference between this noun and the 

adverb, aveuglément. 

,, 28. à me morfondre et à me désoler, ' wasting my time and 
feeling misérable." Morfondre, lit. ' to chill,' has nothing to 
do with mort, but with mot-r, ' a catarrh.' The sensé in ihe 
text is the figurative one ' to wasie one's time." In 
Corneille's Le Menteur it is used of being ' bored to death. 

71. 4. ne s'apercevrait de : a/ercez'oir, of bodily, s' apercevoir, of 

intellectual perception. 
,, 13. je m'en pris à: s'en prendre à, ' to blâme," ' to make an 

attack on ■ ; se prendre à, ' to set about. ' Foilà comment je 

m'y prends, ' that's how I manage. ' 
mes bonshommes, ' my terra-cotta figures ' ; see note, 

p. 10 1. 13. 
,, 18. svir son chef vénéré : see note, p. 21 1. 11. 

72. 26. au diable, ' to the winds. ' Diable does not, as a rule, mean 

anything so strong as the supposed English équivalent. It is 
not euphemism, but appréciation of the meaning that leads 
one to translate un pauvre diable ' a poor wretch or fellow.' 

73. 2. l'eau froide : in the Curé's metaphorical language disap- 

pointment and sorrow are the cold water which puts out the 
bonfires {feux de joie) of imagination. 

,, 3. un leurre, 'illusion.' The word means 'a decoy," 'bait." 
The English allure is connected etymologically with leurre 
(see note on allure, p. 67 1. 5). 

,, 5. si laids : cf. the last words of poor Narcissa in Pope's 
Moral Essay I : — 

One would not, sure, be frightful when one"s de.id — 
And — Bett) — give this cheek a little red. 

,, 21. une guenille . . une loque : thèse two words hâve the 
same meaning — 'rag.' There is not much real différence 
between their uses. Say ' Life and society are niere shreds 
and patelles.' 



112 Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

73. 23. à la Trappe : this Abbey, celebrated for the austerity of its 

rule, and the excellence of its liqueur, was founded in the 
middle of the twelfth century in the district of the Oise. 

74. 6. rabougrie, rétrécie, ratatinée, 'stunted, shrunken. 

shrivelled.' 
,, 15. squelette : note the gender, and scarcely Sound the first e. 

75. 4. massacrante, ' homicidal. ' 

,, 14. Montgommery : the Cellier Montgommery is a subterranean 
part of the division of the Abbey on Mont St. Michel called 
La Merveille. Hère it was that the Scotch Comte de 
Montgomery, on behalf of the Huguenots, made a fruitless 
attempt to take the place by surprise (1591). A soldier of 
the Catholic garrison was bribed by Montgomery to hoist 
up by rope and puUey a party of Huguenots one by one 
into this Cellier from the rocks below. The man, how- 
■ever, conducted forty of his victims to an inner room, 
where they were sevcrally slain. Montgomery, getting im- 
patient, shouted up that a dead monk should be thrown out 
as a sign of success. The commandant caused a prisoner to 
be wrapped in nionkish garb and cast down. This encour- 
aged Montgomery to send up another Huguenot, who was 
just setting foot in the Cellier when he noticed that net one 
of his comrades was présent, and shouting, ' Trahison ! 
Trahison I' slid down the rope to his captain. If so ardent 
an admirer of Sir Walter Scott as our heroine had read this 
story in the old historian Jean de Hugues, she could net 
bave failed to be interested, whatever the state of her mind 
niight hâve been. 

76. 3. des petites machines : the tendency in conversation 

nowadays is to disregard the rule as to the use of de before 
an adjective, especially in the singular before the common 
adjectives, bon, petit, etc. 
machines is hère used in the sensé of artistic con- 
trivances ; say 'patterns,' 'tracery.' 
,, 24. bon: hère ' kind ' ; sometimes also, after the noun, it means 
' simple,' or even ' silly ' : in this case the adverb is not bien, 
ijut bonnement. 

77. 6. grèves, 'shores.' Grève is properly the shingly beach. 

The word has the spécial meaning of a ' strike ' of workmen, 
owing to their meetings being formerly held on the Place de 
Grèvera Paris; cf. les cochers font grève, les grévistes, etc. 

78. 2. l'épée de Damoclès : the story of Damocles feasting 

beneath a dangling sword dates back to 370 b.c. l'he 
flattering courtier learned from his master's (see 1. 14) object- 
lesson that the ' happiness ' of a tyrant is purchased at the 
risk of life. 



Notes 1 1 3 

Page LiNE 

78. 14. ce roi, i.e. Dionysius, tyrant of Syracuse. 

,, 29. à vaureau = à val l'eau, lit. ' down strcani.' The adv. 
à zit/ (I.at. ■iillis), or <i vait, is only uscd il) Ihis and ihc 
expression à vau-de-route ('in hurried disorder," or 'rout'). 
Aller à vau-Feau, ' to be ruined," ' to conie lo naught." 

79. 26. déception : see note, p. 59 1. 27. 

80. 8. maintes fois: maintes is not now so comnion as //«^«Vttrj, 

owing to the préjudice against the use of the word in the 
seventeenth century. 

,, 10. du bout des lèvres, 'casually. ' Dire quelque chose du bout 
des lèvres implies to say something you do not niean ; rire du 
bout des Ih'res, or des dents, ' to put on a forced laugh." The 
meaning is obtained from the idea of lack of heartiness in use 
of the lips and teeth ; one docs not use the whole expression 
of laughter, but only, as it were, the tips of the organs. 

, , 26. c'en était fait de : one of the numerous ' idioms ' oi faire ; 
' it was ail over with.' 

81. 2. chose qui : see note, p. 50 1. 10. 

9. se cernaient : nothing to do with the Lat. cernere, but a 
verb niade from cerne (Lat. circinus), ' a ring," ' circle." 

,, 10. j'en vins à : the en dénotes progress or retrogression ; cf. 
p. 84 I. 26, en être ; also p. 15 1. 8 for uses of venir. 

,, 15. par exemple : simply ' indeed ' ; cf. note, p. 11 1. 28. 

,, 17. moyens : cf. 1. 2 above. 

,, 22. mon parti pris : cf. note, p. 22 I. 18. 

82. 8. un véhicule : like gent below, this word is not one for 

serious use. 

, , II. de bonne heure : see note, p. 66 1. i. 

83. 3. mais quand même : quand même with the conditional, 

and sometimes the indic. , is used concessively, 'even though' ; 
see note, p. 23 1. 7. Bien que and quoique must hâve the 
subjunctive. Quand même can also be used absolutely, with 
no dépendent clause, in the sensé of ' in spite of ail.' 
,, 13. la gent barbue, ' the bearded sex. ' CJirw/ in a serious sensé 
is now oljsolete. 

84. 21. les poseurs, 'prigs.' 

, , 26. en sommes-nous là ? ' hâve we got to that ? ' Cf. note, 

p. 81 1. IQ. 

8B. I. il axirait voulu : the tense is more logical and accurate than 
the English, which cannot keep up the supposition. Cf. 
below quand nous aurons. 
I 



114 Mon Oncle et mon Curé 

Page LiNE 

85. I. l'aile : beware of pronouncing this as if it weie ail (' garlic '), 

or aille (from aller) ; pronounce ai-le, rhyming with elle. 

,, 13. quand nous avirons : note this future with quand, but do 
not be led into the serious error of extending the use to si 
conditional. 

,, 16. des haricots : do not sound the s of des, the h is aspirated. 

,, 25. phtisie: pronounce //«/V. 

86. 4. mes idées nouvelles : see note, p. 52 1. 15. 

5. son ancien air : what is the différence in meaning when 

ancien précèdes or foUows ? 
,, 25. je me meurs: se mourir, only used in the présent and 

imperfect, means to be at the point of death ; still, we should 

transi. ' I am dying. ' 
,, 27. introduire: see note, p. 6 1. 10. 

87. I. florissant is used fîguratively, ^ndjleurissanf literally. It is 

a pity that ' blooming ' should hâve become hopelessly 

vulgarised. 
,, 14. ne fit qu'un petit saut de carpe, 'only gave a slight 

twitch.' The saut de carpe of a clown is a sudden turn on 

the side while lying flat on the face. 
,, 18. a fait des siennes, ' has been playing its tricks. ' This use 

of the feni. (like l'échapper belle, ' to hâve a fine or narrow 

escape ' ) takes us back to the time when the language, feeling 

the want of the lost neuter of Latin, eniployed the féminine 

instead ; cf. past participles used as nouns (rétendue, la 

portée). 
, , 26. une linotte . . une tête à l'évent, ' a frivolous mad-cap ' ; 

mettre à l'évent, ' to expose to the open air.' 

88. 31. replète : see note, p. 5 1. 29. 

90. 2. ce que c'est que : see note, p. 3 1. 25. 

,, 18. le desservant, ' clergyman.' Desservir, ' to perform the 
service or duties,' and par excellence those of the priestly 
office, dcsseti'ir une église, une cure. Its everyday sensé is 
' to clear avvay ' a meal. 
Hérode : Herod the Great, of whom we read in St. Matthew 
and Josephus, did not live to a great âge (cf. p. 23 1. 7). 
He was represented as a violent old man in the Mystery 
Plays, and as such. became a familiar figure for âge in France, 
and ranting in England. 

91. 2. des neuvaines : periods of spécial dévotion, lasting nine 

days ; say 'spécial intercession.' 
,, 5. chaire: it was not till the sixteenth century that this word 
became chaise. In modem French its use is restricted to 
elevated antique chairs, a master's desk, and a pulpit. 



Notes 1 1 5 

Page MNP 

91. 16. délices : cf. amour. Sce note, p. 5 1. 14. 

92. 7. slaves; ihc word '.Slav,' or 'Slavonic,' is applicd to ihc 

inhabit.inls of the north and east of Europe. The Slavi 
originally ciwelt on the banks of the Dnieper ; becoming 
captives and servants, they saw their name, which really 
meant ' noble,' degenerate into its popular everyday use. 

., 18. d'en prendre votre parti : cf. note, p. 22 1. 18 and p. 81 

1. 22. 

.. 29. Scévola : see note, p. 8 1. 25. 

93. 26. comment allez-vous ? comment vous portez-vous only lingers 

as a term of gênerai salutation in out-of-date French conver- 
sation-books. 

94. 12. on chuchotait: the sound is an écho to the sensé. Other 

such words are babiller, cancan, craquer, bruissement, 
cliquetis, fanfare, etc. 



APPENDICES 

p. Y 

THE GENERAL EDITORS 

ApPENDIX I. — WORDS AND PHRASES FOR K/JO! VOCE DrII.I. 

,, II. — Sentences ON Syntax and Idioms for r/r.i 

VOCE Practice 
,, IIT. — Passages for Translation into French 

,, I\'. — Word-Formation 



I. WORDS AND PHRASES 



FOR r/r.i VOCE dkii.l 

Note. — This Appendix gives the primary and ordinar^' meanings of words, 
and therefore does not in everj' case supply the best word to be used in the 
translation of the text. 

Some words and phrases are intentionally inserted several limes. 

AU nouns to be given with the definite or indefinite article to show the 
gender. 

Abbrcviation — sg. = ' sometbing." 



'ai 


50 WORDS 


WOKUS 


PHRASES 


1 


a dwarf 


the grief 


to shed tears 




the width 


the care 


to do sg. secretly 




above ail 


ugly 


the most disagreeable woman I 
ever knew 


2 


an ant 


puny, feeble 


a discordant voice 




a poplar tree 


daily [adv) 


his heavy gait 




to value, esteem 


the income 


above everything 


3 


tattered.shabby 


the farmer 


to prune the trees 




the mud 


to stuff 


to do as one likes 




the cottage 


the task 


right in the country 


4 


to coddle, pet 


cleanliness 


to upset some one 




to tease 


to yawri 


to go against some one 




to suspect 


even though . . 


to attend the lessons 


5 


absurd, ridi- 


the whini, freak 


to watch over some one 




culous 


the hall 


as a guardian angel 




a sheep [Jigu>) 


a blade of grass 


tucked up to his knees 




a tinge, shade 






6 


to blossoni 


sullen 


to nibble a few cnists of bread 




the rabbit 


the fiight {of 


to slip sg. into one"s pocket 




the vicarage 


Unis) 


in a harsh voice 




the armchair 






7 


the snuff box 


a wig 


to shake one' s head 




a pocket- 


the si^h 


a red velvet coat 




handkerchief 


the cliat 


tô burst out laughing 




the blot, spot 







Mon Oncle et mon Curé 



Page AvoRDS 


WORDS 


8 to knead 


to be obstinately 


the clay 


bent upon 


ail the more 


to shake 


to dabble 




9 the loss 


to shudder 


thanks to . . 


the wolf 


a coward, pol- 


pride 


troon 




10 to tease 


the nail {finger) 


to make an 


the next day 


effort to . . 


the wheat-field 


to refuse to . . 




11 the kitchen- 


the fist 


garden 


to hurt 


angry, enraged 


abruptly 


a spot 




12 a boot 


indeed not 


the league(^«/- 


to jump 


ance) 


a fly 


a smile 




13 a fùnch of snuff 


to whirl round 


the point ofvievv 


the heel 


to dépend on 


to get angry 


14 the property 


above ail 


near . . 


to complain 


confused, 


toapproveofsg. 


flurried 




15 .the fault, short- 


to let go, loose 


coming 


stunned, a- 


topout, be sulky 


stounded 


a revolt 


the amazement 


16 a laurel-bush 


a bone 


a fit, paroxysm 


to taste 


furious, raging 


to fall back 


17 the proof 


to recoup 


to open one's 


the looking-glass 


heart 


to extol 


a third party 




18 the palate 


to freeze 


to rain 


the hail 


to snow 


sulphur 


19 to sigh 


to burst forth 


the temptation 


suddenly 


bitter 


the wrath 


20 a scoundrel 


beyond 


to bequeath 


insufficiént 


agent, instrument 


the novel 



to play a part 

to be fond of heroes 

if the case should arise . . 

the end of his little finger 
a great many stupid things 
he knows how to use it 

to struggle with . . 

they weary me 

to eut into little bits 

to catch some one up 
to think fit to . . 
to slam the door 

to knit one's brow 

it is not vvorth while talking 

about it 
to shrug one's shoulders 
do not talk nonsense 
to stand against the fire-place 
to be dead and buried 
to sit down by some one's side 
I hâve heard her say so 
to clap one's hands 

it vv'ill end by iny getting angry 

you will repent of it 

to give some one a lecture 

(scolding) 
to eut off some one's retreat 
to prétend to do sg. 
to make a terrible noise 
from that time 
to dare to open one's mouth 
for whole hours 

to rub one's hands 

to sit down to table 

in my time 

not otherwise 

to raise one's eyes to heaven 

to give some one a reproachful 

to shake one's head [look 

to be like some one 

to hâve nothing to do with it 



W'oids aiul IMirascs 



Page woRns 

21 a markct-day 
tlie fariner 

a jauiitiiig-car, 
trap 

22 to shake one 
salad-baskets 
the rung 

23 at randoni 

to feel, exjieri- 

ence 
unconsciously 

24 agiddy-head(/) 
oïl the sly 

the sob 

25 to go to sleep 
the fog 

a butterfly 
a problem 

26 to be grieved 

to . . 
the heroine 
to émerge 

27 the shelf 

the writing - 

table, dosk 
to do without 

28 a goddess 
the twins 
a plate 

29 the bosom 

to steal away 
the buttertiy 

30 especially as . . 
sad 

straight 

31 with ail that, 

nieanwhilo 
an intorval 
to whirl round 

32 henceforward 
to wipe ont 
the basis 

33 to pile up, 

gather (infr) 



the fdt 
the skin 
the blemish 

the sash, franie 
a bump 
the ointment 
to intoxicate 
one's self 
to be elated 
the dining-room 
a grief, sorrow 
to wip)e off 
to deîay, tarry 
the husband 
to retail ; to re- 
late 

the nieans 
the lock 
rufîied, rough 

the salt-cellar 

the sait 

dryly ; sharply 

the handle 
the strawberry 



the fly 
to hum 
a haystack 
to rub 
the means 
the grief 

at the risk of . 
to scoUl 
delighted 



the prophecy 
the thunder 
lightning 
a stride 
the {dMr-)htil[ 



IHKASF.S 

for the first tinie in my life 

at eiglu o'clock in the morning 

in full dress 

things went on as usual 

without losing a minute 

to tumble on to the Hoor 

o|iposite me 

to yearn for sg. 

how did this accident happen ? 

to pay attention to sg. 

to be in love with some one 

not more so than usual 

I couldn't hâve told 

ail this wearies me 

ail in one breath 

not to lose the opjxjrtunity 

to make some one's acquaint- 

ance 
to return directly 
to make up one's mind to do sg, 
to lose no time in doing sg. 
to be in a bad humour 

he does not know how to take 

a joke 
he knows how to joke 
she is like him 
to make an allusion to sg. 
to sing at the top of one's voice 
to raise one's eyes 
let me go on 

to hasten to change the subject 
tliere is a great deal of tmth in 

what he says 
to attach too much importance 

to sg. 
to break one's neck 
to permit one to continue doing 

sg. 
to promise sg. gladly 
there is going to be a storm 
to be weary to death 
at the same moment 
to put under shelter 



122 



Mon Oncle et mon Curé 



Page woRDs 
to jump 
theman-servant 

34 to hesitate to . . 
to stream, drip 
a farmer 

the Etranger 

35 to introduce one 
to notice that . . 
to be delighted 

to . . 

36 distant 
plump 

a shortcoming 

37 a turkey 
aroaster, Dutch 

oven 
the flesh 

38 by way of, in- 

stead of 
a water-bottle 
to swallow 

39 tosour.embitter 
to eut to pièces 
to confess 

40 tospend (money) 
to mutter, 

mumble 
foolishness 

41 to half open 
haughty, arro- 
gant 

at once 

42 to answer for . . 
the resuit 

to sigh 

43 purgatory 
to laugh at 
not at ail 

44 to climb 

a cherry-tree 
to shake 
the blaze 

45 the System 
to fall ont, 

quarrel 
to light up 



WORDS 

to émerge 



PHRASES 

to hâve confidence in one' s self 



to be at ease my heart beat very fast 

to unwrinkle, to rush towards sonie one 
cheer to be near uttering a cry 



the embarrass- 

ment 
to take snuff 
to talk, chat 
thin 

to growl 
sufficient 

to fall in love 

with . . 
the tapestry 
dirty 
to speak badly 

of . . 
an idiot 
to whine 
to tear out 
to drown one' s 
to adorn [self 
it enrages me 
to make gloomy , 

blight 
a lark 
to sip 
grumbling, 

peevish 
the happiness 
madly 
the vice 

to admit that . . 
the ewe, lamb 
wet 

to gossip 
to stun, astound 
to pass by {of 

time) 

to stir 

to count on . . 
to heconie 
heated 



to do some one a service 

very many years ago 

to hold out one's hand to some 

one 
it is no use my speaking 
there is not a shadow of a 

doubt about that 
devoid of charm 
to weigh at least twelve Ibs. 
is there much of it ? 
to rap at the door 

without ceremony 

for the first time in my life 

to utter cries of joy 

to burst out laughing 
he stared at me [reproachfully) 
mind you do not attack him 
to say what should not be said 
to take life the wrong way 
it does not foUow that . . 

to share some one's opinion 
to hâve words with some one 
let us talk of something else 

if it is the same to you, . . 

to lose sight of some one 

she is said to be very beautiful 

to sponge [mop] one's face 

to take a walk 

to be on the way to ruin 

my little troubles and dislikes 

to get up to go 

in [after) a short time 

to give up ail hopc 

to turn some one out 

we will think of that later on 



Words and Phrases 



«=3 



Page WORDS 

46 to bury 
brutishncss 
the niistress 
sooner 

47 on account of . . 
a smile 

the duty 

48 lo be endos\ed 

with . . 
the crape 
diversion, 

ganibol 

49 to detain 

so nuich the 

worse 
frightful 

50 a kiss 
tobebewildered 
bushy 

51 a frame 

the suffering 
the shade {of 
colcur) 

52 the package 
a vehicle 
poor, wretched 

53 the self-posses- 

sion 
parliamentary 
to assert 

54 the sister-in-law 
lo lie sure 

to get married 
to marry one 

55 an avenue 
an elm 

the complexion 

56 to forget to . . 
to take refuge 
to blush 

57 to wake up 
to whirl 

to upsct 

58 kind 
mutual 
dunïbfounded 



WORDS niRASES 

to bc bhnded to be in love with some one 

in tcars, dis- to trcat a thing lighily 

trcssed mind your own business 

to struggle what is going to become of us? 

strange to prevent some one doing sg. 

shortly to fall dangerously ill 

evidently to rig some one out ; to make 
the station some one look a fright 

(raihviiy) to t;ike off one's hat 

stiff to put sg. in one's pocket 

to make haste to get out of one's carriage 

a spécimen to cast down one's eyes 

to take leave to register one's luggage 

cunning, sly to kiss some one's cheeks 

jeering, chaffing to be seated opposite some one 

the physique a man of médium height 

a study to be subject to attacks of goût 

by chance he, on his part 

frankness not in the very least 

to irritate, annoy to rejoice at doing sg. 



to fold up 
adoll 

not otherwise 

crude 

disagreeable 

the corner 
to ruminate, 
think over 

disdainful 
the gait 

the amazement 
to lunch 
the taste 
scarcity, dearth 
the waist 
a waterspout 
a whirlwind 
to chide, tauiu 
the tooth 
to file past 



to hâve a great numbcr of 

questions to ask 
to venture to break the silence 
don't get angry 
to hâve common sensé 
to get on with some one 

to take charge of some one 
to hâve a craze for doing sg. 
to share some one's ideas 

to hâve blue ej'es 

dark eyelashes 

well-formed eyebrows 

to be buried alive (feni) 

1 remember it well 

to take some one to his rooms 

to put on a dress 

to wait for one's guests 

he introduced me to him 

white as snow 

to shake hands with some one 

how silly ! 



124 



Mon Oncle et mon Curé 



Page woRDS 

59 to recover, get 

back 
far from . •. 
to be sure 

60 discontented 
to displease 
to stop [intr) 

61 to fly away 
a butterfly 

to flatter about 

62 frantic 
a fan 

a stroke with a 
sword 

63 elated 

the conquest 
the despair 

64 an arm-chair 
to cross 
toholdone'sself 

straight 

65 a goose 
almost 

the relationship 

to strive, exert 

one's self 

66 very good ! 

• to repress, put 
down 
to try to . . 

67 to abolish 
the cough 
silly, idiotie 
to reflect 

68 the dowager, 

niatron 
a fairy-tale 
to cling to . . 

69 the gossip 
carefuUy 

the indication, 
clue 

70 to yawn 
cursed, 

wretched 
to maintain 



WORDS 

décorum, éti- 
quette 
silly, idiotie 
to impair 
to imitate 
to pinch 
the victim 
puzzled, abashed 
half [non») 
a maxim 

the cavalier, 

partner 
the knight 
a simpleton 
to worry 
to undress 
solemn 
the advice 
unbecoming 
his Christian 

name 
to inconveni- 

ence, annoy 
to balance 



PHRASES 

to join in the conversation 

not exactly 

to recover one's spirits 

to begin to laugh 

to shake one's head 

to say something foolish 

a doubt crossed my mind 

that's ail the more reason not 

to say so 
to keep sg. to one's self 
a Sound scolding 
she whispered to me 
it is hardly worth while going 

there 
to tire some one out 
it is time to go 
to hasten to obey 
to fail in respect 
a great many times 
to feel inclined to do sg. 

I think hini capable of it 
neither more nor less 
to do stupid things 



the relative I do not see the connexion 

connexion to play at battledore and shuttle- 

an individual cock 

an eel to begin to laugh 

a lecture, scold- to hâve a fit of coughing 

ing this time, for once 

to pout, sulk what does it matter to hini ? 



to hide, bury 
to veil with . . 
to melt . . 

ill-omened, un- 

lucky 
the eyelid 
the yawn 
to fret and fume 
the reniedy 
an easy-chair 



a remote corner 

I hâve heard it said 

to recover from one's amaze- 
ment 

to begin to hope again 

to play a game at chess 

what did he care about Beet- 
hoven ! 

what is coming over you ? 

to be in a bad humour 

to walk up and down the room 



Words and Phrases 



'-5 



Page WORDS 

71 to strangle 
the nervc 
to soothe 

72 to enervate 
to rage, fume 
the whini, fancy 

73 the spring, 

source 
a lure, bail 
a myth ; fiction 
the share, lot 

74 to stunt 
to shrink 
to shrivel 

75 the veil 
dreadful, killing 
fatiguing, irk- 

some 

76 feudal 

a passage 
tofrighten.scare 

77 sand, beach 
to extol 
the solace 
on the whole 

78 the thread 
to confirm, 

estabhsh 
the cranip 

79 to chase, drive 

away 
inopportune 
to free, deliver 

80 the household 
to bound, jump 

up 
many a time 

81 unheard of 
constantly 
to increase 
to suffocate 

one's self 

82 the day after 

to-morro\v 
the chin 



\V(1Kl>S 

tcrra-cotta 
the sand 
knickknacks 
to lecture, scold 
a soap-bubble 
to burst 

a rag ; irunipcry 
a rag, a tatter 
to put in a 
shroud, bury 

to pound, crush 
a skeleton 
the sap 
the step 
to moan, groan 
to tread, traniple 
on 

to groan 

nobodies 

the sob 

the things hère 

below 
the future 



niKASKS 

nobody sliall notice niy sorrow 

to throw eut of the window 

to go suddcnly mad 

five at a time 

for ever and ever 

to yield to some one's entreaties 

anylhing you like 

by return of post 

at niost, at the outside 



I no longer believe in anything 

I admit (//) 

there was an ill wind blowing 

what was that to me ? 

to take good care not to rouse 

them 
he does not even deign to notice 

them 
to say sg. in quite a low voice 
to hâve confidence in some one 
in a surly tone 

ail my logic is to no purpose 
to make one giddy 
strewn with débris 



to cling to, hang to hâve a good cry 

on devoid of common sensé 

down-stream I expected it 

the indisposi- 
tion, ailnient 

in the first place it is nothing 

to dread what are you thinking of doing ? 

a point of view do you like that ? 



10 be mistaken 
to hesitate to . . 
the consent 

the look, mien 
mournful, dis- 
mal 



the calmness, 
composure 
to succeed 



how can you believe such a 

thing? 
to hâve plenty of good sensé 
to do sg. at last 
I swear on my honour 
to swallow poison 
to die through being disap- 

pointed in love 
to shakc hands with one 
do what you like 
my carnage will take you as 

far as C. 



126 



Mon Oncle et mon Curé 



Page woKDs 

to accomplish 

83 clcar-headed, 

sharp 
to fall in love 
with . . 

84 former ly 
the shoulder 
a prig 

85 to heal 

the handker- 

chief 
the glove 

86 the sin 

the nether vvorld 
to satiate, sat- 
isfy 

87 the clock 
the furniture 
to préserve 

to be sure of it 

88 petrified 
convinced 
hot 

89 to roar 

to whistle 
the hut 



90 the hving (ceci) 
to grow old 

to watch, 
supervise 

91 suffering 
a pulpit 

to lean over 

92 theway, manner 
a foreigner (/) 
ardently 

93 to refresh, 

freshen up 
a snail 
the drop 



to discharge, 

dismiss 
a phenomenon 
the contempt 
the hedge 
the parleur 
the lavkf 
to sob 
a bird 
the cloak 
a sudden change 
to pick up 

the hearth 
to be dying 
the snuffbox 

a hare-brained 

créature 
a giddy-head 

a trial 
to cough 
to jog along 

the remem- 

brance 
the bitterness 
a virtue 



to replace one 
the bishop 
a jaunting-car 

the parish 
to preach 
to tuck up 
the fright, fear 
to burn 
the right hand 
to curb, bend 
the weight 
the shaking 



PHRASES 

I do not know what you mean 

what is the good of that to me ? 
to rejoice at the idea of seeing 

hini again 
to be at breakfast 
lo jump down from . . 
in spite of my ancestors 
hâve we come to that ? 
at the bottom of my pocket 
home-made bread 
to go to confession 

to clear the table 

what hâve you to tell me ? 

you do not look it 

of what are you dying ? 

I looked round me 

to hang sg. up on the wall 

I could not help laughing 

to be in a good state of health 

to take advantage of the fine 

weather 
the wind was lashing the 

window-panes 
the ramshackle doors of the old 

house 
to run through the garden in 

ail directions 
to overcome a difficulty 
never mind what âge ! 
it does not dépend on me 

to get into the pulpit 

to put on one' s hat 

to résume one's discussions 

to fall in love with some one 

let us hope so ! 

what are you thinking of ? 

to water the flowers 

to fall into a semi-slumber 

the creaking of the gâte 



II. SENTENCES ON SYNTAX AND IDIOMS 
FOR VIVA VOCE PRACTICE 

I 

1 . The poor fellow had neîther relatives nor friends. 

2. If I wcre you, I should not do it on the sly. 

3. This thought had more than once made her shed tears. 

4. She is the most disagreeable woman I hâve ever met wiih. 

5. As far as I can judge, you are wrong. 

6. We had never seen or even imagined such a thing. 

7. They nearly broke their necks in their fall. 
S. I entered without any one noticing me. 

9. So important an event had not happened in the litllc town 
within the memorj' of man. 

10. Our house is about half a league from the village. 

1 1 . Ever)'body knows him twenty miles round. 

12. What an excellent man your uncle is ! 

13. Though they lived in the countrj', we always saw them two or 

three times a week. 

14. If I do it, it is not because I wish it. 

15. Ile was on the alert, as if his honour had been at stake. 

16. My aunt was always présent at the lessons, although she did 

not understand anything in them and yawned ten times an 
hour. 

17. Her anger was ihe greater as she could not say anything. 
iS. I soon saw him approaching with his hat undcr his arm. 

1 9. She welcomed him with a sullen look ; aflcr which, she sat 

down again as stift" as a poker. 

20. They had known each other for many years. 

21. I was wondering what I should do if I were in his place. 

22. We can start at once or wait for the next train, just as you like. 



128 Mon Oncle et mon Curé 

23. It is in vain you try, you will not succeed. 

24. He did it, which greatly surprised us ail. 

25. I still abide by what I hâve said. 

26. \Vhen you are older, you will not speak like that. 

27. If you had lived in their time, they would hâve torn out your 

longue and your nails. 



II 

1. We had scarcely sat down when the door opened. 

2. Do you think there is any one who will accept ? " 

3. I struck the table with my fist, which hurt me a good deal. 

4. What will he say, when he cornes and sees that ? 

5. It is such a trifle that it is not worth while mentioning it. 

6. I mean him to love me so much that he will not be contented 

when I am unhappy. 

7. " How very illogical you are ! " she exclaimed. 

8. They hâve been dead for so many âges that they ought not to 

interest you much. 

9. How should you like me to do the same ? 

10. You would hâve agreed together wonderfully well. 

1 1. Had you never heard of him before ? 

1 2. If he does not love her, to make up for it he loves her money. 

13. We hâve heard him say so himself. 

14. I am afraid that they will guess the cause of our absence. 

15. It is not certain that I shall not do so some day or other. 

i6.- " It is évident that you are right," said she, clapping her hands. 

17. Was it not you that I met this morning? 

18. You ought to hâve arrived much earlier. 

19. You must hâve been very tired. 

20. She had placed herself in front of the door to eut off my 

retreat. 

21. If he begins again, send him about bis business. 

22. She remained petrified, with her hand in the air. 

23. I thought I ought to appear as if I knew a lot about him. 



III 

1. She silenced me before I had finished my sentence. 

2. Not a single day passed without his coming to see us. 

3. Can you tell me what the question is about ? 

4. The good nian preferred the heroes of antiquity, whose enter- 

prising spirit nobody need dread any longer. 



Sentences on Syntax and Idioms 129 

5. Do yoii not think it is dclii^htful to walk in such wcathcr? 

6. Had it bccn freezing or hailing, I fcel sure that hc would hâve 

expressed the same satisfaction. 

7. IIow adniirably Ihis white dress siiits her ! 

8. Ho answcred in a tone which could leavc no doubt as to his 

fcelings. 

9. In niy tinio girls only spoke when questioned. 

10. Men, woinen, children, ail perished. 

11. In her opinion the stronger se.x was not worth a rap. 

12. The few words he had said to me lay heavy on my heart. 

13. It is certain that such a man would not deserve great con- 

fidence. 

14. Is it certain that we shall arrive in time? 

15. It is not at ail certain that they \vi^ corne. 

16. " And what about my friends ? " he asked. — " Oh ! your friends 

are not concerned." 



IV 

1. Most of the officers were in fuU dress. 

2. Whether he consents or not, I will do it. 

3. On that mémorable Monday things went on as usual. 

4. It was an event, the conséquences of which I was far from 

suspecting. 

5. He is not the sort of man to get disheartened at so little. 

6. She had just succeeded in reaching the top when she fell down 

head foremost. 

7. I think I hâve found the very thing for you. 

8. Never in my life had I been allowed to read a novel. 

9. Even if he told me so, I could not believe it. 
I o. Is not that the play we saw acted last week ? 

11. "The foolish girl," said my aunt, " must hâve climbed a tree 

or a ladder." 

12. Although I did not pay much attention to what was going on 

around me, I knew that he was watching me stealthily. 

13. He advised me to go to bed wilhoul any more delay, which I 

willingly did. 

14. No one could hâve guessed who it was. 

1 5. I was the more vexed as I did not know why I had cricd. 

16. However great his fortune may be, I do not envy him. 

17. Ile pronounced his long speech in one breath. 

18. The good priest retraced his steps, shaking his head and 

passing his hand through his hair. 

19. It was not long before the plot was discovercd. 

K 



130 Mon Oncle et mon Curé 

20. If you cannot fincl it, do without it. 

21. Better late than never. 

22. He knows how to joke, but does not know how to take a joke. 

23. Her children must hâve been very unhappy. 

24. I had never believed that the thing could be donc. 

25. She at once began to sing at the top of her voice. 

26. My heart was fiiU as I thought of my aunt's words. 

27. Do you imagine it is amusing to hâve an uncle like mine? 

28. I was wondering whether I really was a fright. 

29. Of course he and I very seldom were of the same opinion. 



V 

• 

1. A carriage I had not heard coming suddenly entered the yard. 

2. She nearly fainted when she saw it. 

3. We shall wait until you hâve done. 

4. It seemed to me that we had always known each other. 

5. It seemed as if he could not speak. 

6. It is in vain you talk, you will not persuade me. 

7. This gentleman is neither a prince nor an emperor, I suppose ? 

8. When you hâve crossed the bridge, take the first road you see 

to the right. 

9. I soon heard him knocking at the door with ail his might. 

10. He could not help laughing on seeing her. 

11. What a singular way you hâve of laying the cloth ! 

12. Come and dine with us without ceremony. 

13. My cousin always saw the bright side of everything. 

14. If it was you who did it, I pay you my compliments. 

15. He acted so that nobody suspected anything. 

16. Act so that nobody suspects anything. 

17. Perhaps you are right, but I doubt it. 

18. It is not surprising that such a life should hâve embittered his 

temper. 

19. If they are unhappy, it is because they look at everything on 

the wrong side. 

20. You hâve succeeded, it is true, but does it follow that I shall 

succeed ? 

21. I suppose that you will accept his proposai. 

22. Let us suppose they do it, what will they gain by it ? 

23. Do you imagine he lives on larks and boiled eggs ? 

24. It is the only one of his works that we really admire. 

25. What a pity you are not hère oftener ! 

26. Since it is ail the same to you, I would rather not go. 



Sentences on Syntax and Idioms 131 

27. My country-house is only threc miles from his. 

28. It is more than two years since we lost sight of her. 

29. IIow I wish I werc with ihem ! 

30. I had bcen ihinking of it for al Icast two hours. 

31. Not that I had any doubt as to thc answer. 

32. Though satisfied, hc was none the less a little astonished. 

33. I should hâve liked the evcning ncver to corne to an end. 

34. She had become so impertinent that we were obliged to turn 

her ont. 

35. How can you want us to do such a thing? 

36. It seems to me necessary for them to change their way of living. 

37. A little diversion will soon make her forget ail this. 

38. " Mind your own business," he said, in an abrupt tone. 

39. I will do as I please, and not as you please. 

40. What will become of us, if we can see each other no longer ? 

41. My aunt, who had been ill for several weeks, died two days 

after. 

VI 

1. I was conscious that my hat did not suit me at ail well. 

2. We passed through the town as quickly as the stiff legs of our 

horse would allow. 

3. The thing shall be donc, if it be true that it is possible. 

4. rie gave me his hand to alight, after which he scanned me from 

head to foot. 

5. Make haste to do it, whilst I get your luggage registered. 

6. Even if I were to live a hundred years, l should not forget it. 

7. What I like best in him is his modesty. 

8. It seemed the more singular to us as we had been told the 

contrary. 

9. I kncw what he meant before he had begun to speak. 

10. " What do you think of it ? " — " Oh ! I am not a good judge." 

1 1. Never before had I travelled in a coach and four. 

1 2. Besides the fact that it is not in my nature to remain silent very 

long, I had a great many questions to ask. 

13. I fancy I know as much as you do on that point. 

14. How is it you made me wait so long ? 

1 5. I am very glad you are willing to undertake this task. 

16. When he had done spcaking, he looked at me. 

17. You may be sure that he will manage as well as he can. 

18. I don't know what I should hâve done, if he had not warned me. 



132 Mon Oncle et mon Curé 



VII 

1. What pleasure it was to put on for Ihe first time a dress such 

as I had never had before ! 

2. I was running se fast that I nearly knocked aown my oncle in 

the corridor. 

3. What a kind face his was ! 

4. He reminded me of my cousin, although there was not any 

real likeness between them. 

5. I had often heard of her, but never seen her. 

6. Why did you not shake hands with me, when y ou entered the 

room ? 

7. How quickly my heart beat on perceiving him ! 

8. Is it not my turn to play ? 

9. It is not for me to answer your question. 

10. I was not near enough to hear what they said. 

11. They both looked at me, smiHng and shaking their heads in a 

fatherly way. 

12. I had often seen her do so when anything displeased her. 

13. Her manners, however cold they might be, did not disturb me 

in the least. 

14. She uttered thèse words in a voice that startled him. 

15. As soon as they had gone, my uncle sent for me. 

1 6. Hâve whatever opinion you like, but keep it to yourself. 



VIII 

1. I attempted to dissuade him, but it was Hke beating the air. 

2. Since they are not there, it is hardly worth while to go. 

3. I do not think it Hkely that they will accept. 

4. How long hâve you been living in this country ? 

5. She did not set much value on such compliments. 

6. If you believe me, you will try and do without it. 

7. He had asked me to call upon him as soon as I could. 

8. I saw from his solemn look that my conjectures were well 

founded. 

9. If you go on in that way, you will make them lose their heads. 

10. Do you want to make them die in harness ? 

11. How can he believe that such is my intention? 

1 2. Tell me why you behaved in such a singular fashion last night. 

13. That is ail very well at home, but not in society. 

14. We hâve been waiting for him for nearly twenty minutes. 



Sentences on Syiitax and Idioms 133 

15. " Thal's righl ! " hc cxclaimed in a satisficd tone. 

16. You look like a man : Iry to havc the dignity of onc. 

17. However it niay he, the house is empty. 

18. This tiiiie I underslood thaï lie was quitc in carnest. 



IX 

1. Therc is neilher rime nor rcason in ail you say. 

2. I redoublcd niy efforts, but what did it niatlcr to him ? 

3. \Ve had only been there for an instant when they ai^pearcd. 

4. Is not thaï the gentleman whose acquaintance you made last 

week ? 

5. When I rccovered from my émotion and opened my eyes again, 

there was no one near me. 

6. To hcr surprise I went and begged her to start at once. 

7. Ile showed an enthusiasm, the secret reason of which I feigned 

not to understand. 

8. " You yawncd ! " I exclaimed, suddenly starting to my feet. 

9. A mère accident had enablcd him to make ihis discovery. 

10. Ilis conduct on that occasion ought to hâve enlightcned you. 

11. I firmly believed that it would be easy for me to hide my 

thoughts from him. 

1 2. Why do you lay the blâme on us ? 

13. I threw them ont of the window, and felt some pleasure in 

hearing them break upon the ground. 

14. Can it be that you hâve suddenly gone mad ? 



1. I had kept my promise, and wrilten to him twice a week. 

2. Happiness is anything you like, excepl a reality. 

3. You will greatly oblige me if you answer by return of post. 

4. I should do it willingly, were I sure that it is allowed. 

5. Most of the prisoners had lost their lives in trj-ing to escape. 

6. This, I confess, is not what I meant. 

7. I hope I shall succeed, provided you do not betray me. 

8. IIow tiring it is to climb up those steps ! 

9. Ail this may interest you, but what is it to me? 

10. Do you know how long this monument has existed? 

11. I did not find any one of whom I could ask my way. 

12. Ile was looking al me so kindly that I was afraid of bursting 

into a fit of sobbing. 



134 Mon Oncle et mon Curé 

13. I had never understood so well how unstable the things of 

this world are. 

14. Since his departure everything had been going to rack and ruin. 

15. I do not reproach hini with anything, unless it be that lie does 

not please me enough. 

1 6. Do you not feel inclined to listen to him ? 

17. Alas ! it was ail over with my dreams ! 



XI 

1. I went so far as to think that I should never see him again. 

2. My mind was soon niade up. 

3. It is better to wait a little longer, if you don't mind. 

4. Do not come, I beg you ; you would only be in my way. 

5. He promised to repeat to me ail he heard. 

6. It will be easy for you to find some vehicle or other. 

7. I almost wish that my desires may not be realised. 

8. Even if their marriage did not take place, what good would 

that be to me ? 

9. Judging from my own feelings, I did not think that such a 

thing was possible. 

10. I resolved to fall upon his neck, were it only toprove my in- 

dependence. 

11. He approached with stealthy steps and looked through the 

window. 

12. It had been so hot for the last few days that we could hardly 

work. 

13. The good man spoke to me as to a poor little bird whose 

broken wing he would hâve liked to mend with kind words. 

1 4. I hâve been looking for my book for half an hour. 

15. lîow shall we manage to get rid of him ? 

16. I am dying of hunger, we will talk when we hâve eaten. 

17. If you are ill, at any rate you do not look so. 

18. Thèse were the very words I had heard him pronounce. 

19. Your imagination has again been playing its usual pranks. 

20. What a giddy-head ! I hâve never seen such a hare-brained 

créature. 

21. " Instead of dying, you had better marry him." — " No doubt ; 

but unfortunately he does not care for me." 

22. " It is not possible ! " said he, with such a tone of conviction 

that I could not help laughing. 

23. He had scarcely spoken when she began to weep bitterly. 

24. I would not leave the old house before I had been over it from 

top to bottom. 



Sentences on Syntax and Idioms 135 

25. Notliint^ coukl hâve given nie greatcr plcasvire. 

26. I was quito sure ihal lie woiiUl leavc no slonc iinturncd lo 

satisfy me. 

27. It is easy to see that you don't know what misforluno is. 

28. I wish I could accompany you, but it docs not dépend upon me. 



XII 

1. I shall not dwcU on thc joy \ve had in seeing each other again. 

2. Should you like me to make him repeat it before you ? 

3. He did not suspect anything, and so was perfectly happy. 

4. It is not possible that she should fall in love with a foreigncr. 

5. You had better make up your mind to it as soon as you can. 

6. Wisdom, in his opinion, consisted in wishing for happiness. 

7. He would hâve burnt his right hand for me if I had asked him. 

8. This quiet scène reminded her of the best hours in her life. 

9. Look at ail thèse snails! Would you believe that I hâve already 

found more than five huntlred ? 
[o. At the Sound of this well-known voice, I felt thc greatest 
émotion I had ever experienced. 

11. I was still sitting in the same place when I saw him coming up 

to me with great strides. 

12. " What a pretty bride !" they whispered in the crowd ; "how 

happy she looks ! " 



III. PASSAGES FOR TRANSLATION INTO 
FRENCH 

CHAPTER I 



At the âge of fifteen I was so little that I might almost 
hâve been called a dwarf ; this fact has caused me to 
shed many a tear in secret. It was not my only trouble ; 
I had an aunt who was the most disagreeable woman 1 
ever knew. She had a vulgar face, a noisy voice, a 
heavy tread, and she was absurdly tall. My uncle had 
died a short time after his marriage, and I never knew 
hini,-but I always attributed his early death to my aunt. 
I was only two years old, when my parents departed to 
another world, leaving me with a fortune of 400,000 francs 
in landed property. My aunt consented to bring me up, 
for she was poor, and she thought I would bring comfort 
with me into her house. 

II 
Her little estate was called le Buisson, and it lay in 
the heart of the country. The only events of our life were 
the arrivai of the tenants when they brought their rent, 
and the visits of the curé. The latter used to come three 
times a week to fill my brain with ail the knowledge he 
possessed ; but I was a bad pupil, for I had two grave 
faults. In the first place, I was terribly lazy, idleness was 
my pet vice ; and secondly, the reasoning faculty developed 



Passages for Translation into Frcnch 137 

in me rapidly, and I woiild enter into arguments which 
almost drove thc poor curé out of his mind. At our 
lessons, things used to go on ail right as long as it was 
a question of exercises to correct, for, while they were as 
short as possible, they were always carefully donc. But 
after that \ve passed on to rcading. Now the curé was 
very fond of the heroes of antiquity, and admired their 
physical courage. For my part, I shared neither his tastes 
nor his admiration, but fclt a positive antipathy to the 
Greeks and Romans. It was in vain that the curé got 
annoyed and argucd ; I would tease, and worry, and bore 
him, and eventually he would say, " Miss de Lavalle, you 
will look over your Roman Emperors again, and you will 
take care not to confuse Tibcrius with \'espasian " ; and 
then he would trot off without saying another word. 



chaptp:r II 



One day the cuié and I had scarccly sat down at our 
table when the door opened, and Perrine entered in a state 
of great excitement. " Is the house on fire?" my aunt 
asked. " No, madam, but the cow is in the barley-field, 
and the rabbits are in the kitchcn -garden." When my 
aunt had rushed out after thc servant, I turned to the 
curé and said, " Do you think therc is a woman in the 
whole world as abominable as my aunt ? Do you know 
what she did yesterday ? She beat me ! But I hâve found 
means of avenging myself." I sat down beside him. " You 
hâve heard of my uncle at le Pavol ? Now my aunt 
fears above evei-jlhing that I shall complain to M. de Pavol, 
and ask him to take me into his house. I will threaten 
to Write to my uncle." At this moment my aunt came 
in like a whirlwind. " Reine, come hère," she cried. I 
made a low bow, and jumping on a chair to my aunt's 
amazement, I slipped out of the window into the garden. 
In the evening, during dinner, she looked as gracious as a 



138 Mon Oncle et mon Curé 

bulldog whose bone bas been taken from him. Enraged 
by my air of indifférence, she took a décanter and flung 
it out of the window. I at once seized a dish of rice and 
sent it after the décanter ! " Don't corne near me," I cried ; 
"if you touch me, I will write to my uncle de Pavol." — 
" Your uncle will not believe you ! " she said. *' Oh yes, 
lie will ! Your fingers bave left their mark on my 
shoulders." With that I left the room like a queen. 



CHAPTER III 



War was now declared, and from that moment I spent 
my time in fighting against Mme de Lavalle. Formerly, 
I scarcely ventured to open my lips before her ; she would 
silence me even before I had finished a sentence. Now 
I love chattering, so I no longer tried to put a check on 
my tongue. Not a meal passed without our having endless 
disputes which threatened to develop into a storm. The 
curé used to dine with us every Sunday, and thèse scènes 
were constantly renewed in bis présence. 



CHAPTER IV 



Meanwhile I determined to pursue my studies with the 
help of the novels in the library. One Monday my aunt, 
the curé, and Suzon were to go to the neighbouring town, 
leaving me, as usual, in charge of Perrine. When they 
had started, I proceeded to carry out my plan. The ques- 
tion was how to get possession of the library, the key of 
which the curé had taken away with him. I placed a ladder 
under the library window, climbed the rungs, broke a pane 
of glass, slipped into the library and fell, head foremost, 
on the floor. After rummaging for some time among the 
books, I discovered the works of Sir Walter Scott, and, 



Passages for Translation into Frcnch 1,59 

selecting The Fuir Maid of PcrtJi^ I went off with il to 
my room. I had never read a novel in my life, so you 
may imagine my fcelings on reading this book. It seenied 
as though a new world were suddenly revealed to me, and 
I felt like a prisoner carried from his dungeon out amid 
the flowers, thc trees, and the sunlight. 



During the month which followcd, I devoured most of 
Scott's Works. I forgot everything in thinking only of my 
novels and the characters in them. One day, in the 
middle of June, I was reading in the meadow, when 
suddenly I raised my eyes and found the curé standing 
before me. " Reine," he began, " I should never hâve 
thought it of you ! " — " It is only an amusement," I replied ; 
" I feel so unhappy. Do you think it is amusing to hâve 
an aunt like mine .? She is always telling me I am frightfully 
ugly." — " Corne now, Reine," he said, " you must not 
attach toc much importance to such things, everybody does 
not think like your aunt. I will allow you to go on reading 
Scott, I will even read him again myself in order to talk 
to you about him ; but you must promise not to get into 
the library again at the risk of breaking your neck." I 
made the promise, and besides the interest I was taking 
in my novels was soon wiped out by an event which 
happened a few weeks later at le Buisson. 



CHAPTER V 



It was a Sunday ; the weather was excessively hot, and 
\ve ail thought there would be a storm before the day was 
over. Presently a light carriage, which I had not heard 
approaching, entered the court, a man got out, and, when 
my aunt appeared, he asked to be allowed to take refuge 
at le Buisson from the storm. He introduced himself as 
Paul de Conprat, a name which seemed familiar to the 



I40 Mon Oncle et mon Curé 

curé, who said he knew his father very well. We soon 
learned that he was also related to my uncle, M. de Pavol, 
and with a bow to me, he said he was deHghted to make 
the acquaintance of such a charming cousin. As the rain 
had not stopped, and dinner-time was approaching, my 
aunt invited M. de Conprat to dine with us. He confessed 
at once that he was as hungry as a hunter, and accepted 
with a readiness that dehghted me. Fortunately, Suzon 
was just cooking a fat turkey weighing at least twelve 
pounds ; so having ordered plenty of salad, some straw- 
berries and cherries, I returned to our guest. 



At dinner, M. de Conprat was charmed with everything ; 
he compHmented Suzon, and uttered regular shouts of joy 
when the turkey appeared. " Monsieur le curé," said he, 
"one must confess that life is a fortunate discovery, and 
that Heraclitus was an idiot." — "Who in the world was 
Heraclitus?" asked my aunt. "A fool, madam, who 
spent his time in whining." — " Perhaps," I suggested, 
"he lived with several aunts, and that embittered his 
character." M. de Conprat looked at me astonished, and 
burst out laughing ; but my aunt, who was carving the 
turkey, had not heard. Meanwhile the food was dis- 
appearing in a remarkable fashion. " I warned you," said 
M. de Conprat, with a laugh, "that I was frightfully 
hungry ; the same thing happens to me three hundred 
and sixty-five times a year. I adore life ; I think that 
every one ought to consider it beautiful. It has only one 
drawback, and that is, it comes so quickly to an end." 

IX 

After dinner, while my aunt was out of the rooni, I 
asked M. de Conprat what he thought of her. " Why . . . 
she is rather majestic," he repHed somewhat embarrassed. 
" You mean disagreeable, don't you ? However let us 
talk about something else. I wish I had my cousin's 
happy nature, and could discover the good side of my 



Passages for Translation into Frcnch 141 

aunt's charactcr. IIow iinfortiinatc it is, M. de Conprat, 
that you are not niy aunt ! How we should like one 
anotlier ! " " Oh," he cried laughing, " we should require 
no philosophy to arrive at that resuit. But if it is ail the 
same to you, I would rather not change my sex, but 
remain your unclc." Later in the evening the rain stopped, 
and M. de Conprat took leave of us. A few days after- 
wards the cure quarrelled with my aunt in trying to 
persuade her to send me for a short time to M. de Pavol. 
He said that I was evidently smitten with M. de Conprat, 
that solitude was a bad thing for me, and that I required 
rest and relaxation. In answer to this, my aunt told him 
to mind his own business, leave the house, and never set 
foot in it again. However, the next morning my aunt 
fell dangerously ill, and a week later death knocked at 
the door of le Buisson, and changed the current of my 
life. 

CHAPTER VI 



Soon after my aunt's death I started ofif for le Pavol. I 

had first to drive to C , the nearest railway station, and 

then go by train to le Pavol. We drove straight to the 
station, where I found my uncle waiting for me. His first 
words were : " Good-morning, nièce " ; then, examining me 
from head to foot, he added : " No taller than a doll, but 
confoundedly pretty ! " — " That is just my opinion, uncle," 
I replied ; "but hère is a letter for you from the curé ; he 
bas been detained by business." — " That is a pity," said 
my uncle ; " I should hâve been very glad to see him. 
But you hâve no hat, child ? " — " Yes, I hâve, uncle ; it is 
in my pocket." — " In your pocket ! Why ? " — " Because 
it is so ugly." — " Well, be quick and put it on, while I am 
having your luggage registered." During his absence I 
said good-bye to Jean and Perrine, and a few minutes 
afterwards I was in the train, sitting opposite my uncle, 
absolutely dazed by the bustle of the station, and the 



142 Mon Oncle et mon Curé 

novelty of my position. On our arrivai at V , we got 

into a two-horsed landau, which was to take us to le Pavol. 



As my uncle read his papers and said nothing, I began 
to get annoyed, so I said : " Uncle, might we hâve a little 
chat ? " — " With pleasure," he replied ; " what shall we 
talk about ? The Eastern question, political economy, doUs' 
dresses, or the manners of the Hottentots ? Choose your 
subject." Paying no heed to this, I said : " I hâve been 
very unhappy at le Buisson ; I hope you will always keep 
me with you, uncle. When I say always, I mean until my 
marriage, for I intend to marry soon." — " What, you intend 

to marry soon ! " but before he could add another word, 

we had arrived at the castle, where my cousin was waiting 
for us on the steps. The latter was a tall, strong girl of 
eighteen, and unusually good-looking. One of M. de 
Pavol's friends had said one day that at twenty-five 
Blanche would be exactly like Juno, and from that moment 
the name clung to her. After some conversation, I went to 
my room, and spent a good part of the night gazing at 
the gloomy masses of trees around the castle, where I was 
to. see my fate develop. 

CHAPTER VII 



The following Monday morning Paul de Conprat and 
his father, the commandant, came to lunch with us. I was 
ail the more delighted, because I had on a new dress which 
fitted me to perfection. At lunch I asked him why he had 
not come again to le Buisson. He answered that he was 
not free to do as he liked. " But why," said I, " did you 
not shake hands with me when you arrived ? " — ^" It was 
for you to do so, mademoiselle, according to étiquette." I 
was struck by the coldness of his manner, and I noticed 
that he did not attach the same importance as I did to 



Passages for Translation into Frcnch 143 

what he Iiad said to me at le Buisson. Whcn our gucsts 
had left, niy uncle scolded me for having said that Paul was 
a charming fellow. I said it was vcry natural to say what 
onc thinks. " Not in society, my child," he answered ; 
" the half of one's time one must say what one docs not 
think, and conceal one's real thoughts. You will succccd in 
doing so some day ; but in the meantime, bow to étiquette." 
— "Etiquette again !" I cried. 



CHAPTER VIII 



I distinctly remember my first bail ; I also remember 
the silly things I said at it, because they let me in for a 
sharp lecture the following day. My partner perhaps 
would start a little conversation. " You hâve not been 
living long in this part of the country, mademoiselle ? " — 
" No, monsieur ; about six weeks." — " In any case, your 
name is well known hère ; there was a chevalier de Lavalle 
shut up in Mont St. Michel in 1423." — " Really! what 
was he doing there?" — " Why, he was defending the 
Mount which was attacked by the English." — " Instead of 
dancing ! " I exclaimed, " what a donkey he was ! But let 
us waltz instead of chattering " : and then I would make 
my partner dance till he was e.xhausted. 



When my uncle signalled to me that it was time to go, 
I cried out from one end of the room to the other : " Uncle, 
you will only drive me away at the point of the bayonet." 
But I had to do without the bayonet, and give in. The next 
day, my uncle spoke to me seriously about my conduct. 
He complained that I had called M. de Conprat by his 
Christian name. " That is ail right," he said, " at home, 
but not in society." — "Then," I replied, "one must act in 
one way at home, and in anothcr in society ! Why, that is 



144 Mon Oncle et mon Curé 

hypocrisy, neither more, nor less." — " In Heaven's name," 
he cried, " be a hypocrite, that is ail I ask. It is hard to 
scold you, Reine, you slip through my fingers like an eel ; 
but whatever you say, I solemnly déclare that, if you will 
net listen to me, you shall not go out again." I saw that I 
must not turn this formidable lecture into a joke, so I went 
and shut myself in my room, where I sulked for exactly 
twenty-eight minutes and a half. 



CHAPTER IX 



On the 2 5th of October we had an evening party at a 
castle near le Pavol. I noticed, vvith vexation, that Paul 
often danced with Blanche, while he seldom asked me. I 
also overheard in the course of the evening a conversation, 
in vvhich one old dowager said to another : " They say that 
M. de Conprat is going to marry Blanche de Pavol." — " So 
I hâve heard," replied the other. After this, I made up 
my mind to vvatch M. de Conprat closely. In the after- 
noon of the following day we were ail in the drawing-room. 
The commandant and my uncle were playing chess. Blanche 
was playing one of Beethoven's sonatas, and Paul was 
sitting close to the piano, listening to the music, as I 
thought, with a bored air. Urged on by jealousy, I 
startled every one by declaring in a loud voice that Paul 
was gaping, and without waiting to see the effect of this 
outburst, I fled to the solitude of my room. 



CHAPTER X 



' I had kept my promise to the curé and I wrote to him 
regularly twice a week. Absorbed by my troubles, my 
letters began to be filled with the most gloomy ideas, a fact 
which caused the poor curé much anxiety. One day my 



Passages for Translation into l'rench 145 

unclc (Iccided that \ve should go and spcnd ihe afleinoon 
at Mont St. Michael. I was in a very bad tcmper, and I 
grumblcd ihe whole day long. " How wearisome it is," I 
said, " climbing ail thèse steps ! I hâve a good mind to 
stop hère." — " Corne now, Reine," said my uncle, " you are 
not suftering from goût." It was ralher late whcn we 
reached home, and yet my uncle took Blanche away, saying 
he wished to hâve a serions talk with her. I went to bed 
with the conviction that the sword of Damocles was hang- 
ing over my head. The ncxt moming Blanche came into 
my room ànd said : " Reine, Paul lias proposed to me." — 
" Well," I said with an effort, " what do you intend doing ? 
Do you like the idea?" — " I like getting married, of course,'' 
she replicd ; " but up to the présent I only like Paul as a 
cousin. He is an excellent fellow, but I do not like that 
kind of man. I do not think we suit one another, and I 
hâve asked for a month to think it over." I said to myself : 
" In her place I would havc said yes in a second, and a 
fortnight afterwards I should hâve been married ! " Alas ! 
It was ail over with my dreams, and I fell into deep 
despair. 

CHAPTER XI 



My despair increased, there were rings round my eyes, 
and I said to myself that, as life was no longer endurablc 
away from the man I loved, the simplest thing was for nie 
to départ into another world. But before carn,ing out this 
project, I decided that it would be only proper and polite 
to warn the curé of my intention, for I could not die without 
shaking hands with him again. So I started off the follow- 
ing moming to see the good old man. Having arrived at 
the vicarage, I rushed into the little parlour, flung myself 
into his arms, and cried for a long time on his shoulder. 
\\Tien I had somewhat recovered, he said, " Corne now, 
Reine, what hâve you to tell me ? ' — " I am dying," I 
replied. " My dear child, you don't look like it. What 

L 



146 Mon Oncle et mon Curé 

are you dying of?" — " Why, I am dying of love for M. de 
Conprat." — "But, Reine," he said, " instead of dying, you 
would do better to marry him." — " Yes," I answered, "but, 
unfortunately, he does not like me, and he loves another ; 
he is in love with Blanche, and has asked for her hand." 
Then I told him ail that had happened recently at le Pavol. 
When I had finished, the curé did his best to point out to 
me the beauty of résignation, and we spent the evening in 
argument and gossip. The next day I returned to le Pavol. 



CHAPTER XII 



A few weeks later Blanche suddenly changed her mind, 
and married a Count de Kerveloch. In order to recover 
from his disappointment, M. de Conprat left the country and 
travelled about in Russia. The only event of importance 
during the close of the winter was the installation of the 
curé in the parish of le Pavol. I nearly exhausted the old 
man's patience in my anxiety about Paul, for I was dread- 
fuUy afraid the latter might fall in love with some Russian 
lady during his stay in St. Petersburg. Six months passed. 
Then one day I was sitting in the vicarage garden. The 
curé was amusing himself looking for snails. Now and 
again he would say to me, " It is amazing, ail thèse snails ! 
Would you believe it, Reine, I hâve already found more 
than five hundred ? " Suddenly a well-known voice came 
from the garden - gâte : " Good-morning, my dear curé, 
how are you ? How delighted I am to see you ! Where is 
Reine ? " and Paul de Conprat came up. He took my hand 
and kissed it. " My dear Reine," he whispered in my ear, 
" if I had known your secret sooner, I would not hâve 
stayed so long away from you." I made no reply, for I 
was crying with joy. 



IV. WORD-FORMATION 

FORMATION OF SUBSTANTIVES WITH SUFFIXES OF 
AUGMENTATIVE AND PEJORATIVE FORCE 

(i) -on 

The suflfix -ou, which has in niany French substantives a dimintitive 
meaning (cf. Appendix IV to Petites Ames), has in Italian augnienta- 
tive force ; and so it cornes about tliat in some French nouns the force 
of this sufti.x is both diminutive and augmentative, e.g. nu carafon 
nieant in the eighteenth century une grosse carafe, whilst it now 
signifies une petite carafe. Again, le 7nddaillon, derived from la 
médaille, is une petite médaille, and borrowed from Italian tncdaglione 
it means une grande médaille. 

The suffix -on has augmentative or péjorative force in — 

un caisson, 'an ammunition waggon.' 

un biberon, 'atippler, ' 'drunkard.' 

un glouton, ' a glutton.' 

un grognon, ' a grumbler. " 

un grisou, ' a greybeard.' 

un glaçon, ' a pièce of ice,' 'drift-ice. ' 

un grêlon, ' a hailstonc. ' 

un salon, 'a drawing-room.' 

Note. — The augmentative force of this siiflîx existcd .ilready in Latin in 
words like — 

caf>ito, 'a biR-licidcd person ' ; jf/jz/c, 'a glutton"; naso, 'a large-nosed 
person' (cf. the family name, P. Ovidius Naso). 

(2) -as, -asse ; -ace : -ache ; -iche ; -isse : -oche ; -uche 

This suffix corresponds to Latin -aceus, -iceiis, -oceus, rarely -uceus. 
Its primary meaning is ' a kind of," e.g. — 

un coutelas (cultelaceus), ' a kind of knife,' ' a cutlass. ' 
un châssis, ' window-sash ' {une esf>he de châsse, 'franie'). 
une sacoche, ' saddlebag ' [une esj>he de sac, ' bag '). 



148 Mon Oncle et mon Curé 

The féminine form of thèse suffixes soon took a péjorative meaning, 
which is already felt in coutelas, and becomes quite distinct in vvords 
hke :— 

la populace, 'themob.' /a ^rwwa^^, 'wry face,' 'grimace. ' 

la paperasse, ' waste-paper. ' un savantasse, ' a smalterer ' (in 

Mohère savantas). 
In some words the augmentative force of thèse suffixes prevails : — 
la bécasse, ' longbeak ' ; ' the woodcock. ' 
la rosace, (archit. ) 'rose,' ' rose-window. ' 
une bourriche, ' a basket for game or fish. ' 
7/ne caboche, ' noddle ' ; ' hobnail. ' 
Note. — The Latin -acimn, -icimn should be -as, -is in French, fem. -asse, 
-isse; but in other Romance dialects, especially iu Italian, Latin c before e, i 
had become ch, hence the French suffixes -ache, -ichc, -ochc, -uchc. 

In words hke — 
lajiloche, 'net' la corniche, 'comice' 

la galoche, ' golosh ' la bamboche, ' puppet ' 

une barbiche, ' a billygoat beard ' la peluche, ' plush ' 

the force of the suffix is not felt. 

In others, thèse suffixes assume a collective meaning rather, e. g. — 
la filasse {amas de filaments), tow. ' 

îme liasse [masse de papiers liés c?7semblc), ' bundle,' ' file.' 
la paillasse (amas de paille), ' straw mattress,' 'palliasse.' 
le lattis (réunion de lattes), 'lath-work. ' 

Note. — The suffix -?'s is also found in a number of words derived from vcibs, 
specially Past Part, of the first conj., e.g. 

Lat. colare, colaiicus ; Fr. coulis in -un vent coulis, ' draught.' 
Lat. levare, tevaticus; Fr. Icvis'xn un pont-levis, 'drawbridge.' 

Cf. also— 

s ébouler, ' to fall in ' (un éioulis, ' heap of fallen rubbish '). 
gâclier, ' to mix (mortar) ' (le gâchis, ' mortar,' ' slush '). 
glacer, ' to glaze ' (te glacis, ' glazing '). 
hacher, ' to chop ' (le hachis, ' hash,' ' mince '). 
le pâtis, ' pasture (le pilotis, 'pile-work'). 
le semis, 'seed-bed.' 

(3) -ard, -arde 

This suffix is of Teutonic origin, and is équivalent to German -hart 
in Meinhart, Rcginhart. With it are formed : — 

(i) Many proper names, c. g. — 

Abélard, Allard, Bayard, Érard, Rcgnard, Ronsard, 
Blanchard. 

(2) Many common nouns with a péjorative meaning, e.g. — 
(a) Persons (most of thèse can also be used as adjectives in both 

genders) : — 

la béquille, ' crutch ' ; le béquillard , ' old cripple,' 'codger. ' 



Word-I^'ormation 149 

la cagne, 'coward,' ' cur ' (Ital. cagna, chienne); le cagnard, 

' sluggard," ' loafer," 'coward.' 
OF. coiw {queue), from Lat. cauda, 'tail' ; le couard, 'coward.' 

(In heraldry le lion couard is a lion qui porte la queue basse.) 
la gueule, 'mouth,' 'jaws'; le gueulard, ' screanier,' ' bawlcr.' 
la moujle, ' niufilcr ' ; le moujlard, ' a person with a bloalcd 

face. ' 
la mouche, ' fly ' ; le mozichard, ' policc-spy,' ' informer.' 
la solde, ' pay ' ; le soudard, ' old blade,' i.c. ' an old soldicr. ' 

From verbs : — 

baver, 'todrivel,' ' sputter ' ; le bavard, ' gossip. ' 

babiller, ' to prattle, ' ' chatter ' ; le babillard, ' babbler, 

' twaddler. ' 
brailler, 'tobawl,' 'squall'; le braillard, 'bawler,' 'screanier.' 
crier, ' to cry," ' shout ' ; le criard, 'crier,' 'shouter.' 
/uir, 'toflee,' 'fly'; le fuyard, 'fugitive.' 
grogner, ' to growl ' ; le grognard, ' grumbler. ' 
pendre, 'tohang'; le pendard, 'scoundrel.' 
piller, ' to plunder ' ; le pillard, ' plunderer. ' 

This suffix is without péjorative force in — 

le vieillard, ' old man ' ; le montagnard, ' highlandcr ' ; le 
Savoyard, though the people of Savoy prefer to bc called 
Savoisiens. 

{b) Animais: — 

le canard, ' gander ' ; le grisa rd, 'badger'; le renard, 'fox.' 

In la poularde, 'a fat pullet," this suffix is aug^ientativc ; in le 
chevrillard, ' a young roebuck," it is diminutive. 

(c) Things : — 

la meule, ' millstone ' ; le mcjtlard, 'large grindstone.' 
la bombe, ' bonib ' ; la bombarde, ' bonib-vessel. ' 

In thèse two the suffix has augmentative force. 

Note also — 

le billard, ' billiard-table ' ; le brancard, ' stretcher ' ; les /pi- 
nards, ' spinach ' ; l'étendard, ' standard ' ; le poignard, 
' dagger ' ; le placard, ' placard ' ; le Milliard, ' thousand 
millions ' ; le puisard, ' sink ' ; une nasarJe, ' a fîUip on the 
nose'; la moutarde, ' mustard ' ; la mansarde, 'garret,' 
named after the architect Mansard. 

(4) -ald, -aud 

This suffix is likewise of Teutonic origin, and corresponds to -roald 
in Grimwald, Keinwald. It is used in very niuch the sanie way as 
-ard. When applied to persons the nouns with this suffix hâve often 
both genders, and can also be used as adjectives. 



150 Mon Oncle et mon Curé 

It occurs primarily in proper names. The Teutonic -wald becomes 
in Frcnch -ald, -ait, and -aud, -aut, e.g. — 

Reinwald, Reinald, Reinazid, Renaud. 
Other proper names formed with this suffix are — 

Bonald, Rodoald, Arnaud, Arnauld, Arnault, Marivault, 
Rcgnault, Rigaiilt. 

Note also the place-name, Saint-Cloud [Chlodowald). 
In some dialects -wald is -wold, which in French proper names has 
become -oui, e.g. — 

Rciinvold Reinold, Renout. 

When added to conimon nouns this suffix lias niostly péjorative 
force, e.g. — 

un badaud, 'alounger,' 'saunterer.' 

un courtaud, 'a short, thickset person.' 

U7i courtaud de boutique, ' a counterjumper. ' 

7tn finaud, ' a cunning dog,' ' an artful dodger. ' 

un lourdaud, ' a blockhead. ' 

un nigaud, ' a simpleton,' 'booby.' 

un moricaud, ' a nigger. ' 

un rougeaud, ' a red-faced person.' 

un salaud, ' a dirty beast.' 

2(n saligaud, ' a dirty person. ' 

i/n rustaud, ' a boor.' 

u?î noiraud, ' a swarthy-looking person.' 

Note also — 

un clabaud, (hunt. ) 'a liar'; un pataud, 'a large-pawed 
puppy' ; îifi crapaud, ' a toad.' 

In levraut, ' a young hare,' this suffix has diminutivc force. 

(s) -âtre 

This suffix corresponds to Latin -aster in patraster, ' stepfather. ' 
It is mostly added to adjectives, and then nieans 'with a tinge of, ' 
e. g. — 

bleuâtre, noirâtre, douceâtre. 

In substantives it has a depreciative sensé, e.g. — 
iiu parâtre, ' stepfather, ' ' unkind father. ' 
u// gentil là tre, ' a lordling,' ' jioor lord.' 
une marâtre, ' stepmother,' ' unkind mother.' 



Printcd liy R. & R. Ci.ark, Limited, Edi>dn<rgh 



MACMILLAN AND CO.'S PUBLICATIONS. 
SIEPMANN'S FRENCH SERIES. 

liurncu i;y 
OTTO SIEPMANN, 

Assistant M.-xster at Clifton Collège, 
AND 

EUGÈNE PELLISSIER, 

Professeur Agrégé au Lycée de Rochefort-sur-Mer, formerly Assistant Master at 

Clifton Collège, and Lecturer in French at the C'niversity Collège, Bristol. 

Note. — Those tnarked * are ready ; ihose inarked t art in the Pms; 

and the others are in préparation. 

ELEMENTARY. 
BIART.— Monsieur Pinson. Edited by Otto Sieimann, Clifton Collège, 
t PIERRE CŒUR.— L'Âme de Beethoven. Edited by de V. Payh.n-Payne, 

Kcnslncion Collège. 
tE. DAUDET.— La Tour des Maures. Edited by A. H. Wall, Marlborough 

Colleté. 

DESNOYÊRS.— Jean-Paul Choppart. Edited by L. VON Glehn, Clifton 

Collège. 
DUMAS.— Histoire de Napoléon. Edited by W. W. Vaughan, Clifton Collège. 
tLAMY.— Voyage du Novice Jean-PauL Edited by D. Devaux, St. Paul's 

.":^chool. 

t LAURIE.— Une Année de Collège à Paris. Edited by F. Ware, Bradford 

Gramniar Sclioo!. 
NORMAND.— L'Émeraude des Incas. Edited by F. Aston Binns, Sherborne 

Schû..l. 
SOUVESTRE.— Le Chasseur de Chamois. Edited by F. Vogelsang, Seafield 

Technical Collège. 

Otiiers to/ollovj. 

ADVANCED, 
•de BERNARD.— L'Anneau d'Argent. Edited by Louis Sers, Wellington 

Collège. 2S. 
t COPPÉÈ.— Contes Choisis. Edited by Miss M. F. Skeat, Royal Holloway 

Collège, Egliam. 
DAUDET".— Tartarin de Tarascon. Edited by Otto Siepmann, Clifton 

Colleee. 
HUGO.— Ruy Blas. Edited by Prof. C. Bévenot, Mason Science Collège, 
•de LA BRETE.— Mon Oncle et mon Curé. Edited by E. Goldberg, 

lonbridge School. 

• MICHAUD.— La Première Croisade. Edited by A. V. Houghton, Islewortb 

Collège. 2S. 6d. 
t POUVILLON.— Petites Ames. Edited by S. Barlet, Mercers' School, London. 

• SANDEAU.— Sacs et Parchemins. Edited by E. Pellissier, Lycée Roche- 

furt. 3S. 6d. 
*THEURIET.— L'Abbé Daniel. Edited by Paul Desages, Cheltenham 

Collège. 2S. 6d. 
•de VIGNY.— Cinq-Mars (abridged). Edited by G. G. Loane, St. Paul's School. 
de VOGUÉ.— Cœurs russes. Edited by E. Pellissier, Lycée Rochefort. 

Ûtliers to/oUov], 

NEARLY READY. 
Keys to the Appendices, for the use of Teachers only. ;s. 6d. net c.-vch. 
Word- and Phrasebooks, with French translation, for Home Work. 6d. each. 

MACMILLAN AND CO., Ltd., LONDUN. 



MACMILLAN AND CO.'S PUBLICATIONS. 
SIEPMANN'S GERMAN SERIES. 

EDITED BY 

OTTO SIEPMANN, 

Assistant Master at Clifton Collège. 

Note. — Those marked * are ready ; tlwse ma7-kcd t are in the Press; 
and the others are in préparation. 

ELEMENTARY. 
t EBNER.— Walther von der Vogelweide. Edited by E. G. H. North, 

Wellington Collège. 
GOEBEL.— Hermann der Cherusker. Edited by J. Esser, Madras Collège, 

St. Andrews. 
GOEBEL.— Eubezalll. Edited by D. B. Hurley, Newcastle Middle School. 
SCHMIDT.— Reineke Fuchs. Edited by A. L. Gaskin, Bath Collège. 
SCHRADER.— Friedricli der Grosse. Edited by R. H. Allpress, City of 

London School. 

* WACHENHTJSEN.— Vom ersten bis zum letzten Schuss. Edited by T. H 

Bayley, Loretto School. 
tvon WILDENBRUCH.— Das edle Blut. Edited by Otto Siepmann, Clifton 

Collège. 
ZASTROW.— Wilhelm der Siegreiche. Edited by P. Ash, Haileybury 

Collège. 

Oihe}-s to/oUow. 

ADVANCED. 
*ELSTER.— Zwischen den Schlachten. Edited by Dr. Hirsch, Alieyn's 

School, Dulwich. 3s. 6d. 
» FONT ANE.— Vor dem Sturm. Edited by Professor Weiss, R.M.A., 

Woolwich. 
FREYTAG.- Die Ahnen— Part I. Ingo. Edited by Otto Siepmann, Clifton 

Collège. 
GOETHE.— Die ItalieniSChe Reise. Edited by Prof. Fiedler, Mason Science 

Collège. 

* GRILLPARZER.— Sappho, Trauerspiel. Edited by Professer Rippmann, 

Bedford and Queen's Collèges, London. 3s. 
von KLEIST.— Michael Kohlhaas. Edited by R. T. Carter, Clifton Collège. 
HEINE. — Die Harzreise. Edited by Dr. ScHLAPP, Edinburgh University. 
tKURZ.— Die Humanisten. Edited by A. Voegelin, St. Paul's School, 

London. 
ROSEGGER.r— Als ich Jung noch war. Edited by Prof. SchOddeivOpf, The 

Yorkshire Collège, Leeds. 
von SCHEFFEL.— Der Trompeter von Sakkingen. Edited by E. L. Milner- 

Barry, Mill Hill School. 
von WILDENBRUCH.— Die Danaïde. Edited by Dr. Breul, Cambridge 

University. 

Others tofollow. 

NEARLY READY. 
Keys to the Appendices, for the use of Teachers only. 2s. 6d. net each. 
Word- and Phrasebooks, with German translation, for Home Work. 
6d. each. 

MACMILLAN AND CO., Ltd., LONDON. 



PQ Gherbonnél, Alcie 

2605 Mon oncle et mon cure 

H6M6 

1898 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY